news_opseu_french_banner.jpg

Le SEFPO, solidaire du STTP, pour dénoncer la loi de retour au travail

Je soutiens le STTP
Facebook
Twitter
Email

Fermement solidaire du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes et de ses 50 000 membres en grève au Canada, le SEFPO condamne la tentative du gouvernement Trudeau de mettre fin illégalement à la grève par l’adoption d’une loi de retour au travail.

« Ce n’est pas compliqué : les Canadiens ont le droit constitutionnel de faire grève », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Les libéraux fédéraux violent ces droits et ce sont les Canadiens qui paieront, au bout du compte, des millions en frais juridiques inutiles. »

« Au lieu d’enrichir quelques avocats, nous demandons au premier ministre Trudeau de poser le bon geste et de remédier aux conditions de travail injustes et dangereuses auxquelles sont confrontés quotidiennement les membres du STTP. »

Le président Thomas applaudit la détermination du STTP de lutter contre la loi de retour au travail.

Le SEFPO a déposé une contestation fondée sur la Charte pour dénoncer la loi de retour au travail qui avait été adoptée par le gouvernement provincial pour forcer le retour au travail des membres du personnel scolaire des collèges qui avaient déclenché une grève en 2017 pour demander l’équité salariale et lutter contre l’explosion du travail précaire.

« Lorsqu’un gouvernement viole les droits de certains Canadiens, il viole les droits de tous les Canadiens », a conclu le président Thomas. « Mais les Canadiens peuvent compter sur des syndicats solides et démocratiques, à l’instar du SEFPO et du STTP qui se serrent les coudes pour défendre une cause juste. »