Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO au Collège Saint-Laurent pour sa campagne de syndicalisation

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Kingston – Les présidents de collège de l’Ontario doivent cesser de bafouer les droits de leurs employés à temps partiel, déclare le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario.

Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, a fait ces remarques au Collège Saint-Laurent, à Kingston, aujourd’hui où des organisateurs syndicaux distribuaient des exemplaires de la Charte canadienne des droits et libertés. « En essayant d'expulser nos organisateurs des campus, les présidents de collège violent la Charte. Cela doit cesser. Il s’agit du droit de s'organiser en syndicat et de négocier de meilleurs salaires et conditions de travail », a indiqué Warren (Smokey) Thomas.

Le Collège Saint-Laurent est l’un des sept collèges communautaires qui ont essayé d'interdire les activités de syndicalisation sur la propriété du collège.  « Dans le passé, nous avons eu des problèmes avec le Collège Saint-Laurent qui avait demandé à nos organisateurs de quitter le campus, a déclaré Thomas. J’ai bon espoir que ces pratiques soient maintenant derrière nous; nous sommes ici, aujourd'hui, au Collège Saint-Laurent, pour souligner le fait que nous avons le droit d'être ici. »

« Nos organisateurs n'interfèrent pas dans le travail des collèges, a ajouté Thomas. Ils parlent au personnel à temps partiel avant le travail, après le travail et pendant les pauses. C'est parfaitement légitime. »

Même s’ils effectuent exactement le même travail que leurs collègues à temps plein, les employés à temps partiel obtiennent rarement le même salaire. De plus, ils n'ont jamais eu droit aux prestations de maladie, aux congés de maladie payés ou aux congés annuels.

«  Ces collèges communautaires sont du mauvais côté de l'histoire. Les présidents de collège devraient plutôt coopérer avec nous afin que leurs employés à temps partiel obtiennent les droits qu'ils méritent », a conclu Thomas.

Le SEFPO représente plus de 20 000 membres du personnel scolaire et du personnel de soutien qui travaillent à temps plein dans les collèges d'un bout à l'autre de la province.

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas  613 329-1931