Skip to content

Le SEFPO au syndicat fédéral des agents correctionnels : cessez de gaspiller les cotisations de vos membres pour diffuser des fausses nouvelles

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, exhorte les dirigeants du Syndicat des agents correctionnels du Canada (communément appelé la CSN) à cesser de gaspiller du temps et de l’argent pour solliciter les agents correctionnels de l’Ontario et à se focaliser sur la sécurité de leurs propres membres et de leurs familles.

« Je suis choqué de voir que les dirigeants d’un syndicat gaspillent l’argent de ses membres durant une pandémie pour perturber l’excellent travail que les dirigeants de la Division des services correctionnels du SEFPO font au nom de leurs membres », a déclaré le président Thomas. « La COVID-19 se propage rapidement dans les établissements pénitentiaires du Canada et les travailleurs correctionnels fédéraux et leurs familles courent un risque sérieux. Mais au lieu de se focaliser sur ses propres membres, le syndicat gaspille leurs cotisations pour colporter, ce qu’ils savent être, des fausses nouvelles aux membres du SEFPO. »

« C’est détestable, ce n’est pas le temps de faire des bassesses. Des vies sont en danger. »

Depuis le début de la pandémie il y a un mois, le SEFPO a accumulé une série de victoires importantes en matière de santé et de sécurité, gagnant le respect et les éloges des travailleurs, des membres et même du premier ministre Doug Ford. Fort de ses 165 000 membres, le SEFPO a obligé les employeurs à prendre des mesures de sécurité et à procurer de l’équipement de protection, a empêché des mises à pied et les vacances forcées, et a fait en sorte que la grande majorité de ses membres ne perdent pas de salaire, d’ancienneté ni de sécurité d’emploi.

« Les travailleurs de première ligne n’ont jamais été aussi importants et nous luttons quotidiennement pour les garder, ainsi que leur famille, en sécurité », a déclaré le président Thomas.

Pour protéger près de 10 000 membres des services correctionnels, les dirigeants élus et les experts de la santé et de la sécurité du SEFPO ont travaillé sans relâche et avec succès pour garder leurs membres en sécurité, notamment pour :

  • Faire en sorte que tous les membres obtiennent l’équipement de protection nécessaire.
  • Plus que doubler le temps de congé compensatoire et le prolonger sur une année complète.
  • Mettre en place des mesures de dépistage actif dans tous les établissements.
  • Arrêter tous les transferts non essentiels de détenus.
  • Faire en sorte qu’un président de section locale soit en congé à cent pour cent dans chaque établissement afin d’avoir une voix à temps plein pour assurer la santé et la sécurité.
  • Assurer une présence forte et durable dans les médias.
  • Mettre en place un modèle de dotation critique pour que seul un tiers des agents de probation et de libération conditionnelle soient présents dans les bureaux pendant que les autres travaillent à distance. Le personnel travaille en rotation toutes les trois semaines pour assurer la continuité des services de sécurité publique en suivant ce modèle de prestation de service alternatif.
  • Faire en sorte que les agents de probation continuent à répondre aux besoins des jeunes tout en travaillant à distance.

Dans le même temps, le syndicat ontarien n’a cessé de montrer l’exemple à suivre aux autres employeurs. Le SEFPO a fermé ses bureaux, a annulé les réunions face-à-face et a demandé à ses 350 employés de travailler à la maison avant même que la plupart des autres employeurs aient reconnu l’importance de la distanciation sociale.

Et plus tôt cette semaine, le président Thomas, le premier vice-président/trésorier Eduardo (Eddy) Almeida et tout le personnel exécutif exclu du SEFPO ont réduit leur salaire de 20 pour cent pendant la durée de la crise pour soutenir leur propre personnel de première ligne.

« Le SEFPO est un grand syndicat, fort et diversifié, et nos employeurs le savent », a déclaré le président de la Division des services correctionnels du SEFPO, Chris Jackel. « C’est pourquoi nous avons ouvert la voie en ce qui concerne les mesures de sécurité pour nos membres, ainsi que pour toutes les autres juridictions du système correctionnel canadien. La CSN n’a pas le droit de représenter nos membres et nous tenons à souligner le fait que causer des dissensions/de la division parmi nos travailleurs durant une pandémie en dit long sur leur crédibilité ou sur leur absence de crédibilité. »

Chris Jackel admet qu’un petit nombre de gestionnaires sans scrupules ont demandé à certains membres de signer une renonciation pour utiliser leur propre masque. Mais ces renonciations ont été annulées dès que les dirigeants du SEFPO ont protesté devant l’employeur.

« Ces abus de quelques gestionnaires mal informés ne sont désormais plus un problème », a indiqué Chris Jackel. « Les membres du SEFPO savent qu’ils peuvent et doivent refuser de signer une renonciation ou un sous-contrat. Notre exécutif divisionnaire a vite mis fin à ces abus. »

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, qui est aussi un agent correctionnel, a déclaré que lui-même, le président Thomas, avec le Conseil exécutif du SEFPO et les dirigeants de la Division des services correctionnels, travaillent sans relâche pour veiller à la sécurité de leurs membres. Il suggère aux dirigeants de la CSN de faire la même chose pour leurs propres membres.

« Au lieu de gaspiller du temps et de l’argent à envoyer des notes de services confuses et inutiles aux membres du SEFPO, sans adresse de retour, la CSN ferait bien de consacrer toute son attention à ses propres membres », a déclaré Eddy Almeida. « Nous savons que les travailleurs correctionnels fédéraux qui sont membres de la CSN rencontrent actuellement des difficultés pour se protéger de l’infection. Nos pensées sont avec eux et leurs familles, et nous leur souhaitons bonne chance et une solidarité sans faille. Si nous pouvons faire quelque chose pour les aider, nous nous ferons un plaisir d’assurer ce leadership. »

Renseignements :

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, 613-329-1931