Skip to content
news_announcements_french.jpg

Le SEFPO demande au gouvernement Ford de ne pas toucher aux services paramédicaux et aux centres de répartition des ambulances

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le SEFPO est très inquiet des rapports comme quoi le gouvernement Ford envisagerait restructuration et privatisation massives des services paramédicaux et centres de répartition des ambulances.

Le SEFPO condamne les projets de privatisation de la prestation des services paramédicaux du gouvernement Ford.

C’est inacceptable et les soins aux patients seront négativement affectés. Le SEFPO s’oppose à tout changement pouvant mettre en danger la vie des patients.

Le modèle de prestation actuel des services paramédicaux répond aux besoins des communautés de l’Ontario.

Il est fiscalement responsable, transparent, intégré et assez souple pour rediriger les ressources au fur et à mesure que leurs besoins changent.

En dépit de certains défis, le modèle de prestation actuel a fait d’importants progrès en ce qui concerne l’évolution du rôle des techniciens ambulanciers au sein de la communauté.

Les techniciens ambulanciers demeurent l’autorité médicale dans toutes les situations d’urgence avant l’hospitalisation et sont aujourd’hui l’épine dorsale des soins paramédicaux communautaires, de la surveillance distante des patients chroniques et des cliniques de mieux-être, entre autres.

Tous ces programmes montrent de bons résultats, réduisant les appels répétés au 911, les visites aux urgences et la durée des hospitalisations.

La loi telle qu’elle est écrite aujourd’hui permet également le transport vers d’autres destinations, le traitement et le congé et le traitement et le renvoi. Jusqu’à présent, aucune ligne directrice n’a été dévelopée pour aider à la mise en oeuvre de ces options de soins de rechange.

La privatisation est axée sur le profit. Le profit est réalisé en compromettant les conditions de travail, l’équipement et les ressources. La privatisation n’est pas raisonnable sur le plan financier. La privatisation n’est pas transparente. La privatisation n’est pas homogène. La privatisation n’est pas flexible. La privatisation aura un impact négatif sur les soins aux patients.

Ce n’est pas une coïncidence si le document intitulé EMS Vision-Ontario 2050, co-rédigé par Bob DeShane et associés et Grosso McCarthy et associés, reflète l’annonce par le gouvernement de la privatisation et de la réduction de 59 à 10 services paramédicaux et de 22 à 10 centres de répartition des ambulances.

Bob DeShane était l’ancien propriétaire exploitant des services ambulanciers de Lindsay et est devenu plus tard le gestionnaire de services de Rural Metro, alors un des plus importants fournisseurs d’ambulances privés en Amérique du Nord.

Grosso et McCarthy ont de solides liens et une longue histoire de pressions en faveur de la privatisation. Un examen de EMS Vision-Ontario 2050 par un logiciel anti-plagiat suggère qu’environ 40 pour cent du contenu a été copié d’un document américain intitulé EMS Agenda 2050 Envision the Future, publié le 1er mai 2018.

Dans un récent affichage sur les réseaux sociaux, Bob DeShane déclare ce qui suit, « c’était juste une des nombreuses propositions présentées par différentes parties »; toutefois, à date, aucune autre proposition n’a été vue par le public.

Le SEFPO ne laissera pas tomber ses gardes parce que les médias rapportent que le gouvernement se distance des propositions de privatisation et restructuration massives. Il n’y a jamais de fumée sans feu.

Le SEFPO s’engage à travailler avec tous les intervenants pour formuler des solutions qui résulteront en améliorations au modèle de prestation actuel, pour réduire les insuffisances, la duplication des efforts et les redondances.

Quand est-ce que les associations, autres que les syndicats, impliquées avec les services paramédicaux sortiront-elles de l’ombre pour dénoncer les plans de privatisation du gouvernement Ford?

La privatisation est pour le profit, pas pour le peuple.

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO

Jamie Ramage, président de la Division des services ambulanciers du SEFPO