news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO demande à Liz Sandals de dévoiler son intention sur les écoles pour enfants ayant des troubles d’apprentissage

OPSEU / SEFPO flag
Facebook
Twitter
Email

TORONTO – La ministre de l'Éducation, Liz Sandals, doit dire si elle est sur le point de fermer cinq écoles provinciales et d’application pour les élèves sourds ou malentendants, aveugles ou ayant une basse vision, sourds et aveugles ou ayant des troubles d’apprentissage graves, demande le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO).

« Tout ce que fait la ministre montre que ces écoles vont fermer », déclare Daryl O'Grady, conseiller d'établissement et président de la section locale 456 du SEFPO. « Elle impose maintenant le bâillon à tout le personnel du ministère et de l'école. Elle doit être franche avec nous. »

Les écoles en question sont la Robarts School for the Deaf et le Centre Jules-Léger à Ottawa, l'Amethyst Demonstration School à London, la Trillium Demonstration School à Milton et la Sagonaska Demonstration School à Belleville. Quelque 164 élèves et 151 membres du personnel seraient touchés par ces fermetures.

O'Grady déclare que plusieurs mesures du ministère montrent que les fermetures pourraient avoir lieu cet été, y compris :

  • La suspension de toutes les nouvelles inscriptions.

  • Le retour des membres du personnel enseignant des conseils scolaires qui sont détachés à leurs écoles d'origine.

  • Le ministère fait valoir que les écoles provinciales et d’application ont subi une baisse d'effectifs et déclare que l'Ontario est la seule province à offrir le programme en résidence aux élèves ayant un handicap grave.

Le ministère de l'Éducation a engagé une consultation pour sonder les élèves, les parents, les partenaires du secteur de l’éducation et les partenaires communautaires. O'Grady estime que cette consultation de 1,8 million de dollars est un trompe-l'oeil pour justifier la fermeture des cinq écoles – une recommandation qui figure dans le Rapport de 2012, rédigé par l'ex-banquier Don Drummond.

« Il s'agit d'une ruse et d'une tactique dilatoire », déclare O'Grady. « On jette de la poudre aux yeux de nos enfants, de leurs parents et du public pour les berner. En juin, lorsque l'Assemblée législative sera fermée et que les gens seront en vacances, le gouvernement annoncera tranquillement la fermeture des écoles. C'est ma prédiction. »

Le ministère affirme que les élèves pourraient intégrer des écoles locales dans leurs communautés d'origine, mais O'Grady ne mord pas à l'hameçon.

« Le sous-financement qui menace ces écoles a également sapé le financement de l'éducation de l'enfance en difficulté dans les conseils scolaires d’un bout à l’autre de la province. Les écoles locales disent aux parents elles n'ont tout simplement pas les moyens de bien s'occuper de leurs enfants. »

Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, est, lui aussi, très sceptique. « Ces libéraux n'écoutent que les banquiers. Ne nous y trompons pas : le bien-être des enfants vulnérables n'a rien à voir la-dedans. Il s'agit de réduire les coûts. Je dis à Liz Sandals : pour le bien de ces enfants – et de leurs familles  – ne fermez pas ces écoles. »

Renseignements : Daryl O’Grady, 613 329-6365