Skip to content
news_press_releases_french.jpg

La vidéo du SEFPO montre que la sécurité des travailleurs est liée à celle des patients à Waypoint

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Penetanguishene – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) a diffusé une nouvelle vidéo qui met l'accent sur la corrélation entre la sécurité des travailleurs et celle des patients au Centre de soins de santé mentale Waypoint.  Cette vidéo du SEFPO est la quatrième de la série intitulée : Through the shadows.

{“fid”:”29653″,”view_mode”:”default”,”fields”:{“format”:”default”,”filename_field[en][0][value]”:”Through the shadows: Everyone needs to be safe”},”type”:”media”,”attributes”:{“alt”:”Through the shadows: Everyone needs to be safe”,”class”:”media-element file-default”}}

Le Centre Waypoint loge un grand nombre de personnes que l’on a jugées ne pas être criminellement responsables ou être inaptes à subir un procès dans un tribunal.  Les travailleurs disent que les attaques des patients contre le personnel sont de plus en plus graves et fréquentes et de nombreux membres du personnel soignant vont au travail en ayant peur pour leur vie.

« Il serait plus facile de procurer des soins à nos patients dans un milieu de travail sécuritaire où l’on se sentirait en sécurité, parce que lorsque les employés se sentent en sécurité, les patients se sentent aussi en sécurité », déclare le travailleur dans la vidéo. 

La division de psychiatrie légale du Centre Waypoint, qui est un établissement à sécurité maximale, a été construite comme un hôpital général.  Les chambres des patients auraient dû être construites avec des blocs en béton et de l'acier au lieu de cloisons sèches.

Dans la vidéo, le travailleur, dont l'identité a été dissimulée, décrit comment la dangerosité du milieu de travail se répercute également sur les patients à Waypoint.  « Nombre d'entre eux veulent s’améliorer et aller de l’avant dans la vie, alors que d'autres continuent à avoir des comportements à tendance criminelle.  Des patients ont peur d’être brutalisés par d’autres patients dont le traitement médicamenteux est plus ou moins efficace ou qui sont logés dans une chambre construites en cloisons sèches. » 

Le SEFPO exhorte la direction du Centre Waypoint et le gouvernement de l'Ontario à prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité dans ce milieu de travail.  « Dire que les conditions de sécurité de ces travailleurs sont inadéquates est en-dessous de la vérité », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, qui a travaillé dans le domaine de la santé mentale la majeure partie de sa vie adulte.

« Il est déplorable que, compte tenu de cette population de patients, cet établissement ait été construit sans aucune considération pour la sécurité du personnel soignant ou des patients.  Il s’agit d’un autre exemple de partenariat public-privé qui est loin de répondre aux attentes du public de toutes les manières possibles et imaginables. »  

Cliquez ici pour regarder la vidéo

Renseignements :  Pete Sheehan, 705-209-9050