Skip to content
news_notices_french.jpg

Guide des électeurs 2015 du SEFPO

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Table of Contents

Nous vous présentons ci-dessous un aperçu des plates-formes électorales des trois partis qui détiennent des sièges fédéraux en Ontario; ce guide sera utile aux membres du SEFPO qui désirent obtenir plus d’information avant le jour des élections, soit le 19 octobre prochain. Nous tenons à souligner que les plates-formes que nous vous présentons ici ne sont pas complètes. Pour avoir plus de détails, cliquez sur les liens dans chaque section ou lisez le contenu des plates-formes de chaque parti en suivant ces liens.

Guide des électeurs

1.Services publics

Parti conservateur

Selon le directeur parlementaire du budget, les coupures effectuées par le gouvernement conservateur depuis 2009-2010 ont réduit les dépenses de programmes du gouvernement de 12,5 milliards de dollars par année. Les conservateurs ont pris la hache pour couper dans les programmes de partout :

  • D’ici à l’année prochaine, sous le régime conservateur, l’Agence canadienne d’inspection des aliments aura perdu 20 pour cent de sa main-d'œuvre et 24 pour cent de son budget.
  • D’ici 2016, les conservateurs auront éliminé 24 % du personnel de première ligne du ministère de l’EDSC, ce qui représente 5 700 emplois à travers le pays.
  • Les conservateurs ont fait d’énormes coupures à Environnement Canada; d’ici 2017, ils auront réduit ce ministère de 36 %. Le gouvernement a mis à pied toutes sortes d’employés œuvrant à la protection de l’environnement, y compris des climatologues.
  • D’ici 2017, le gouvernement aura éliminé 1 100 membres du personnel qui protège nos frontières.
  • Le gouvernement a fermé neuf bureaux d’Anciens combattants Canada à travers le pays, y compris à Thunder Bay et Windsor. Le personnel d’Anciens combattants Canada a également été réduit de 24 %.
  • Le gouvernement a éliminé 300 emplois de la Garde côtière et des centres de communications à travers le pays, y compris à Thunder Bay.

Presque toutes les nouvelles dépenses contenues dans la plate-forme électorale des conservateurs pour 2015 prennent la forme de réductions d’impôt ciblées, telles que le crédit d’impôt pour la rénovation domiciliaire, qui représente plus de 40 % de l’ensemble des nouvelles « dépenses » des conservateurs sur quatre ans. Les conservateurs prévoient également une année de « gel d’exploitation » pour économiser 565 millions de dollars en 2016-2017 et un montant similaire chaque année par la suite, ce qui suffit pour couvrir une poignée de petites dépenses qui ne sont pas  des crédits d’impôt.

Nouveau Parti démocratique

Outre les dépenses d’infrastructure et d’assurance-emploi (voir plus bas), le NPDenvisage de dépenser quelque 20,8 milliards de plus pour les services publics sur quatre ans. Les néo-démocrates dépenseront plus pour la garde des enfants, instaureront une couverture universelle pour les médicaments d’ordonnance, construiront des logements abordables, bonifieront le Supplément de revenu garanti, investiront dans l’éducation des peuples des Premières Nations, rétabliront les fonds amputés au budget de la CBC/SRC, amélioreront le sort des anciens combattants, et autres.

Parti libéral

Outre les dépenses pour l’infrastructure et l’assurance-emploi (voir plus bas), les libéraux envisagent d’attribuer quelque 19,6 milliards de dollars en nouvelles dépenses pour les services publics sur une période de quatre ans. Les libéraux veulent dépenser plus pour les soins à domicile, les technologies « vertes », la CBC/SRC et le Conseil des arts du Canada , l’éducation des Premières Nations, les Anciens combattants, etc.

2.Financement des soins de santé

Le Transfert canadien en matière de santé (TCS) est un programme fédéral dans le cadre duquel on envoie de l’argent aux provinces pour financer les soins de santé et maintenir des normes nationales. C’est un des plus importants financements des soins de santé au Canada, avec des transferts de 34 milliards de dollars en 2015-2016. En vertu de l’Accord sur la santé du Canada, négocié avec les provinces et les territoires, le TCS a augmenté de six pour cent par année entre 2003-2004 et 2013-2014.

Parti conservateur

Les conservateurs ont laissé expirer l’Accord sur la santé du Canada de 2004-2014 et n’ont pas prévu de négociations pour un nouveau financement avec les provinces. Au lieu de ça, ils ont annoncé, en 2011, qu’ils continueraient d’augmenter les fonds de 6 pour cent par année pendant encore trois ans, soit jusqu’à 2016-2017, et qu’après ça, les transferts seraient augmentés de trois pour cent ou du taux de croissance du produit intérieur brut (le plus élevé des deux). La Coalition canadienne de la santé a déclaré que le plan conservateur pour les 10 années suivant 2016-2017 représente une réduction réelle aux soins de santé d’au moins 36 milliards de dollars sur 10 ans, lorsqu’on compare avec les augmentations préalables de six pour cent.

Nouveau Parti démocratique

Les néo-démocrates augmenteraient le TCS d’au moins six pour cent par année pendant 10 ans.

Parti libéral

Les libéraux disent qu’ils « négocieront un nouvel Accord sur la santé  avec les provinces et les territoires, qui inclura une entente de financement à long terme », mais ne mentionnent pas d’augmentation annuelle des transferts ni du taux de cette augmentation.

3.Un régime d’assurance-médicaments national

Le Canada est le seul pays développé avec un système de soins de santé national public qui n’a pas aussi un programme national conçu pour assurer l’abordabilité  des médicaments pour ses citoyens. Un régime d’assurance-médicaments pourrait permettre aux Canadiens et à leurs gouvernements d’économiser jusqu’à 11 milliards de dollars par année, si bien conçu, mais la collaboration est lente. Les Canadiens paient encore trop cher pour leurs médicaments – seuls les Américains paient plus!

Parti conservateur

Les conservateurs n’envisagent pas de mettre sur pied un régime d’assurance-médicaments national. Stephen Harper n’est pas intéressé à créer de nouveaux programmes nationaux qui touchent les juridictions provinciales.

Nouveau Parti démocratique

Le NPD envisage de réduire le prix des médicaments d’ordonnance de 30 pour cent en instaurant une couverture universelle pour les médicaments d’ordonnance. Le NPD commencerait en finançant le programme en 2017-2018, portant le nouveau financement total à 1,55 milliard de dollars par année d’ici 2019-2020.

Parti libéral

Justin Trudeau, chef du Parti libéral, a déclaré qu’il se joindrait aux provinces pour économiser de l’argent sur les médicaments en les achetant en vrac. La plate-forme libérale ne contient rien en termes de nouveau financement pour les médicaments.

4.Soins à domicile et soins de longue durée

Parti conservateur

La plate-forme des conservateurs ne fait aucune mention spécifique des soins à domicile et des soins de longue durée.

Nouveau Parti démocratique

Le NPD investirait 1,8 milliards de dollars sur quatre ans pour financer davantage de services de soins à domicile et ajouter 5 000 nouveaux lits de foyer pour personnes âgées.

Parti libéral

Les libéraux investiraient un peu moins de 3 milliards de dollars sur quatre ans pour améliorer les soins à domicile.

5.Prestations pour enfants et garde d’enfants

Le programme de financement fédéral pour les programmes visant les enfants est complexe. En 2006, la Prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE) remplaçait le financement fédéral des programmes de garde d’enfants. Le PUGE est un paiement direct du gouvernement, en espèces, à tous les parents/tuteurs. Ce paiement est imposable. La Prestation fiscale canadienne pour enfants est un revenu exonéré d’impôt conçu pour aider les parents à élever leurs enfants, et peut inclure le Supplément de la prestation nationale pour enfants, un paiement de tous les gouvernements aux parents/tuteurs d’enfants vivant dans la pauvreté. Jusqu’à cette année, la Prestation fiscale canadienne pour enfants était un crédit d’impôt non remboursable de 2 255 $ par enfant. Le gouvernement offre aussi des baisses d’impôt aux familles avec enfants par le biais du crédit d’impôt pour la condition physique des enfants, du crédit d’impôt pour activités artistiques des enfants, etc.

Parti conservateur

Dans leur budget 2014, les conservateurs annonçaient qu’à partir du 1er janvier 2015, ils feraient passer la Prestation universelle pour la garde d’enfants de 100 $ à 160 $ par mois pour les enfants âgés de moins de six ans et introduiraient un nouveau paiement de 60 $ par mois à 160 $ par mois pour les enfants âgés de six à 17 ans. Les conservateurs ont supprimé le crédit d’impôt pour enfants, compensant partiellement l’augmentation du PUGE. Toutefois, cette augmentation coûte toujours plus de 2,6 milliards de dollars net.

Nouveau Parti démocratique

La pierre angulaire de la plate-forme néo-démocrate est la création d’au moins un million de nouvelles places en garderie au coût maximal de 15 $ par jour et par enfant pour les parents et les tuteurs. Le NPD promet de « travailler avec les provinces et les territoires » pour offrir  « des services de garde accessibles, abordables
et de grande qualité aux familles canadiennes ». Le NPD investirait 600 millions de dollars pour la garde d’enfants en 2016-2017, et ce montant passerait à 2,5 milliards de dollars par année d’ici à 2019-2010.

Parti libéral

Si élu, le Parti libéral proposerait d’éliminer le PUGE, la Prestation fiscale canadienne pour enfants, le Supplément de la prestation nationale pour enfants et la mesure de fractionnement du revenu des conservateurs. À l’argent économisé, les libéraux ajouteraient 2 milliards de dollars, puis utiliseraient la pile d’argent résultante pour créer la prestation canadienne pour enfants, un paiement mensuel non imposable qui, soi-disant, offrirait plus d’argent pour 90 % des familles, comparé à ce que les conservateurs font actuellement. Contrairement au PUGE, la Prestation canadienne pour enfants ne serait pas versée à toutes les familles. Les familles à faible revenu obtiendraient le montant maximal, mais celles dont le revenu annuel dépasse 150 000 $ ne recevraient rien. Celles qui sont entre deux recevraient la Prestation canadienne pour enfants selon un barème, avec des paiements moindres pour les familles qui occupent une position plus élevée sur l’échelle salariale.

6.Taxation

Le financement fédéral des services publics, allant de l’inspection des aliments à la sécurité de nos frontières, dépend des recettes et presque toutes les recettes fédérales viennent des impôts.

Parti conservateur

Réduire les impôts pour réduire le financement des services publics est une politique fondamentale des conservateurs de Harper. Depuis son élection, en 2006, les conservateurs ont :

  • réduit le taux de l’impôt sur le revenu des sociétés de 21 à 15 pour cent;
  • réduit le taux de la taxe sur les produits et services de deux points de pourcentage; et
  • réduit l’impôt sur le revenu des particuliers en changeant les taux et en ajoutant diverses déductions, exemptions et crédits.

Ces changements ont réduit les revenus du gouvernement de 25 milliards de dollars par année, 13 milliards de dollars par année et 17 milliards de dollars par année, respectivement. 55 milliards de dollars, c’est un montant considérable, égal à 19 pour cent du budget fédéral actuel. C’est des revenus perdus qui ne sont pas dépensés sur les services publics fédéraux, les transferts aux provinces ou le remboursement de la dette.

Dans le budget fédéral de 2015, les conservateurs ont introduit un programme de « fractionnement du revenu » (la « Baisse d’impôt pour les familles ») conçu pour réduire les impôts des familles à deux revenus, où le revenu d’une personne est beaucoup plus élevé que celui de l’autre, réduisant ainsi les impôts payés par les ménages d’un maximum de 2 000 $. Ce changement coûtera 2,2 milliards de dollars par année au gouvernement, mais ne réduira les impôts que de 15 pour cent des ménages canadiens, selon le directeur parlementaire du budget.

Aussi, dans le budget 2015, les conservateurs ont doublé le montant qui peut être mis à l’abri de l’impôt  dans un compte d’épargne libre d’impôt (CÉLI). La plate-forme électorale des conservateurs promet une réduction supplémentaire de 2 milliards de dollars sur l’impôt des particuliers, sous forme, en grande partie, du Crédit d’impôt pour la rénovation domiciliaire. Ils réduiraient également le taux d’imposition des petites entreprises de 11 à 9 pour cent.

L’obsession des conservateurs en ce qui concerne les réductions d’impôt explique pourquoi les recettes du gouvernement fédéral sont, en tant que part de l’économie,  à leur plus bas niveau depuis 1940. Ça explique aussi pourquoi le gouvernement continue de couper dans les services publics et dans les transferts financiers aux provinces.

Nouveau Parti démocratique

Le plan fiscal du NPD promet de :

  • éliminer les « échappatoires » fiscales injustes dont bénéficient les chefs d’entreprise,
    afin de payer moins d’impôt sur les options sur actions et de faire tomber 500 millions de dollars par année dans les coffres du gouvernement;
  • s’attaquer aux fraudeurs et aux entreprises qui recourent aux « paradis fiscaux », qui leur permettent d’éviter de payer des impôts au Canada;
  • augmenter le taux de l’impôt sur le revenu des sociétés de 15 à 17 pour cent pour renflouer les recettes gouvernementales de 3 milliards de dollars par année;
  • réduire le taux d’imposition des petites entreprises de 11 à 9 pour cent;
  • supprimer la mesure de fractionnement du revenu des conservateurs, mais la garder pour les revenus de pension; et
  • supprimer le doublement des plafonds de cotisation au CÉLI.

Parti libéral

Les libéraux disent qu’ils vont :

7.Déficits, dette et budget fédéral

Parti conservateur

Comme tous les gouvernements du monde, le gouvernement conservateur a enregistré des déficits budgétaires pendant plusieurs années suite à la récession de 2008. En tirant des fonds du régime d’assurance-emploi, les conservateurs ont pu enregistrer un excédent budgétaire en 2014-2015 et dire qu’ils continueraient d’avoir des surplus les quatre prochaines années.

Nouveau Parti démocratique

Le NPD a dit que les déficits des conservateurs résultent des réductions d’impôt imprudentes accordées aux Canadiens les plus riches. Le NPD a dit qu’il maintiendrait un budget équilibré en supprimant les « cadeaux fiscaux irréfléchis » que Stephen Harper « a faits aux Canadiens les plus nantis » et « en demandant aux sociétés rentables de payer leur juste part ». Le NPD promet d’équilibrer le budget sans réduire les services publics : « Nous déposerons des budgets équilibrés et, contrairement aux derniers gouvernements conservateurs et libéraux, nous y parviendrons sans sabrer le budget des programmes et des services de première ligne sur lesquels les Canadiens comptent. »

Parti libéral

Les libéraux prévoient des déficits « modestes » (moins de 10 milliards de dollars par année) pendant trois ans pour couvrir les dépenses d’infrastructure et autres priorités de dépenses, retournant à un budget équilibré en 2019. Les libéraux disent aussi qu’ils procéderaient à un « examen des dépenses » pour trouver des possibilités d’économies. Parmi les possibilités d’économies énumérées dans la plate-forme des libéraux, notons :

  • Lutter contre la fraude fiscale.
  • Diminuer le recours à des consultants externes pour ramener les dépenses plus près de leur niveau de 2005-2006.
  • Diminuer le budget du gouvernement alloué à la publicité.
  • Imposer un plafond pour le montant maximal pouvant être réclamé en vertu de la déduction pour option d’achat d’actions.

8.Emplois et économie

Parti conservateur

Le premier ministre actuel a les pires résultats économiques de tous les premiers ministres du pays depuis la Deuxième Guerre mondiale lorsqu’il s’agit de création d’emplois et de croissance économique. Le Canada a perdu 400 000 emplois de fabrication depuis que Stephen Harper a pris le pouvoir et 275 000 d’entre eux ont été perdus en Ontario. De plus en plus d’emplois sont à temps partiel, temporaires et précaires avec faible revenu et peu d’avantages sociaux.

Néanmoins, Harper croit encore que le rôle du gouvernement est de s’effacer et de laisser le « marché libre » régler tous les problèmes. Ceci explique son obsession avec les réductions d’impôt, la diminution des dépenses publiques, la privatisation et les soi-disant accords de « libre-échange ».

L’opinion conservatrice qui dit qu’en réduisant les impôts des entreprises, on les encourage à investir est erronée : l’investissement des entreprises a en fait baissé au Canada à l’époque des réductions d’impôt.

La dernière mesure prise par Stephen Harper, soit la signature d’un partenariat transpacifique entre 12 pays pendant une campagne électorale, montre qu’il ignore les leçons de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Le PTP met en péril au moins 25 000 emplois du secteur automobile en Ontario et autorisera les entreprises étrangères à poursuivre les gouvernements canadiens si ceux-ci se mettent en travers des profits des entreprises.

Nouveau Parti démocratique

L’approche du NPD pour bâtir l’économie accorde une grande importance à la construction d’une infrastructure publique (voir plus bas). De bonnes routes, de bons chemins de fer, ponts et réseaux de transport en commun permettent aux marchandises et aux gens de se déplacer efficacement; ils contribuent à la création de bons emplois pendant qu’on les construit et après. De même, de bons hôpitaux et de bonnes écoles sont essentiels au bien-être des citoyens et à une main-d’œuvre plus productive.

Le NPD met l’accent sur les services de garde d’enfants pour aider un plus grand nombre de parents, et plus particulièrement les femmes, à réintégrer le marché du travail; de même, en accélérant la reconnaissance des titres de compétence des professionnels de l’étranger, le NPD permettrait à plus de gens d’être aussi productifs qu’ils peuvent l’être.

Le NPD travaillera avec des leaders au sein de l’industrie et du gouvernement afin de développer une stratégie nationale pour le secteur de l’automobile afin de préserver et d’augmenter les emplois de fabrication à haute valeur ajoutée dans ce secteur, et créera un Fonds de fabrication de pointe en aérospatiale pour aider les PME de ce secteur à croître. Le NPD économisera de l’argent pour créer des emplois pour nos jeunes.

En ce qui concerne le Partenariat transpacifique, Thomas Mulcair, chef du NPD, a juré de protéger les industries automobile et laitière, et a dit que le NPD ne serait pas lié par cette entente secrète négociée par Monsieur Harper. L’opposition de Thomas Mulcair face au PTP s’aligne aux commentaires des candidats à la présidence américaine Hilary Clinton et Bernie Sanders, qui se sont tous deux dits inquiets en ce qui concerne cette entente. Sanders a dit que le PTP nuirait aux consommateurs et coûterait des emplois aux Américains et a promis de tout faire pour empêcher son adoption. Mulcair a dit que s’il était élu, il renégocierait le PTP afin de mieux protéger les intérêts des Canadiens.

Parti libéral

L’approche qu’adoptent actuellement les libéraux de Trudeau pour bâtir l’économie accorde aussi une grande valeur à la construction de l’infrastructure publique (voir plus bas). Le plan fiscal des libéraux, qui ferait passer un certain montant d’argent des mains de riches individus aux ménages de la classe moyenne, contribuerait aussi à la croissance économique, mais modestement; les personnes à faible revenu et à revenu moyen sont plus susceptibles de dépenser ce qu’elles ont et de le dépenser localement que les personnes aux échelons supérieurs de la société. Les libéraux prévoient aussi d’utiliser les dépenses directes pour créer des emplois, principalement grâce à l’investissement de 300 millions de dollars dans la Stratégie emploi jeunesse du gouvernement fédéral, avec comme objectif de créer 40 000 nouveaux emplois par année pour les jeunes au cours des trois prochaines années.

Comme l’ancien premier ministre Jean Chrétien, qui avait signé l’ALENA, Justin Trudeau est favorable au libre-échange et soutient largement les objectifs du Partenariat transpacifique. Si élu le 19 octobre prochain, le Parti libéral promet d’avoir un débat public franc et ouvert au Parlement afin d’assurer que les Canadiens sont consultés en ce qui concerne cet accord commercial historique. Si l’on se fie aux déclarations précédentes, les libéraux voteront en faveur du PTP et n’exigeront que peu ou pas de changements au texte de l’accord.

9.Infrastructure publique et partenariats public-privé

Parti conservateur

Depuis 2006, les investissements des conservateurs en matière de projets d'infrastructure publique sont pour le moins modestes, pour ne pas dire insignifiants. La plate-forme conservatrice ne mentionne pas de nouveaux fonds pour des projets d'infrastructure importants, sauf pour la « flotte de bateaux remorqueurs sur la côte ouest » – 8 millions de dollars pour de nouvelles dépenses en 2017-2018 –si on considère ça comme des projets d'infrastructure.

La majorité des projets d'infrastructure que le gouvernement conservateur a mis en œuvre au cours des dernières années ont été effectués par le biais de PPP Canada, une agence gouvernementale qui finance seulement des « partenariats public-privé » privatisés et subventionne les profits des sociétés privées et coûtent plus chers aux Canadiens.

Nouveau Parti démocratique

Le NPD s'est engagé à investir 1,5 milliard de dollars par année pour des nouvelles routes, les systèmes d'eau et d'égout partout au pays et 1,1 milliard de dollars par année pour construire de meilleures infrastructures de transport en commun pour les collectivités canadiennes.

En ce qui concerne le recours à des partenariats public-privé pour les projets d'infrastructure, le chef du NPD, Thomas Mulcair, affirme qu'il a une approche « pragmatique » de cette question. « Le gouvernement fédéral peut faire un meilleur usage des partenariats public-privé, mais, au départ, nous ne devons pas avoir un parti pris idéologique, que ce soit en faveur ou contre les PPP », a-t-il déclaré à l'Association canadienne de la construction, en juin 2015. « Chaque PPP doit être évalué en fonction de critères clairs et en toute transparence, afin d’assurer que le public obtienne le meilleur rapport qualité-prix.  Nous avons besoin d’une approche qui met à contribution toute une gamme d’outils et d’options politiques pour combler l’important déficit en matière d’infrastructure. »

Parti libéral

Les libéraux disent qu'ils doubleraient les investissements fédéraux dans l'infrastructure et augmenteraient l'ensemble des dépenses prévues actuellement de 65 milliards de dollars sur 10 ans à 125 milliards de dollars sur 10 ans.

Les libéraux de Trudeau, comme leurs cousins de l'Ontario et du gouvernement de Kathleen Wynne, sont de fervents partisans des projets d'infrastructure privatisés. Dans un de ses discours, l'hiver dernier, Trudeau a exhorté les sociétés à se lancer massivement dans l'infrastructure publique. « Justin Trudeau a fait savoir qu'il appuie sans réserve les partenariats public-privé », a souligné le Canadian Business Journal. (traduction libre)

10.Droits du travail

Parti conservateur

Les conservateurs de Harper ont présenté plusieurs textes législatifs visant à miner la capacité des syndicats à représenter leurs membres.

  • Le projet de loi C-377, qui a été promulgué en juin 2015, est conçu pour affaiblir les syndicats avec de la bureaucratie de sorte qu'ils aient moins de ressources et moins de temps pour représenter leurs membres.
  • Le projet de loi C-59, un soi-disant projet de loi budgétaire, qui dépouille les fonctionnaires fédéraux de leur droit de négocier les congés de maladie et donne le droit à leur employeur d'outrepasser leurs conventions collectives.
  • Le projet de loi C-525, qui a été adopté en décembre dernier, est conçu pour rendre l’obtention de l'accréditation syndicale beaucoup plus difficile pour les travailleurs dans les secteurs de compétence fédérale, comme, par exemple, pour les travailleurs dans les aéroports. Cette loi permettrait également à une minorité de travailleurs de faire désaccréditer le syndicat.

Nouveau Parti démocratique

Dans sa plate-forme, le NPD s'est engagé à abroger le projet de loi C-377, le projet de loi C-525,  ainsi que d'autres législations antisyndicales qui ont été adoptées par les conservateurs.

De plus, le NPD :

  • rétablirait la Loi sur les justes salaires et les heures de travail, qui a été abrogée par les conservateurs, cette loi assurait une rémunération équitable aux gens de métier ayant obtenu des contrats fédéraux;
  • réformerait immédiatement le Programme des travailleurs étrangers temporaires pour mettre fin à toute forme d’abus et permettre à des travailleurs étrangers temporaires de demander la citoyenneté canadienne.
  • interdirait le recours à des travailleurs de remplacement pendant les grèves ou lock-out dans les lieux d'emploi qui sont sous la responsabilité du fédéral.

Parti libéral

Les libéraux disent que leur parti :

  • abrogera les projets de loi C-377 et C-525;
  • « rétablira des lois du travail justes et équilibrées;
  • rétablira le Régime des justes salaires pour l’approvisionnement fédéral de façon à l’actualiser et à le rendre inclusif; et
  • négociera de bonne foi avec les syndicats du secteur public canadien. »

11.Assurance-emploi

Parti conservateur

Dans le budget 2014, les conservateurs ont annoncé qu'ils réduiraient les cotisations d'assurance-emploi de 1,88 $ à 1,49 $ par tranche de 100 $ de revenu assurable, à partir de 2017. Selon le directeur parlementaire du budget, cela entrainerait une baisse des fonds de l'assurance-emploi en dessous des taux d'équilibre. Cela ne peut que créer de nouvelles pressions pour réduire l'accès à l'AE et/ou les prestations d'AE.

Nouveau Parti démocratique

Le NPD gèlerait les taux des cotisations à l'AE aux niveaux actuels. En faisant cela, le NPD aurait plus de 5 milliards de dollars par année pour accroître l'accès à l'AE et améliorer les prestations des bénéficiaires. Le NPD propose huit améliorations distinctes, donc les deux plus importantes sont la bonification des prestations de maladie de l'AE et l'instauration d'une période de référence de 360 heures.

Parti libéral

Les libéraux réduiraient les cotisations d'assurance-emploi de 1,88 $ à 1,65 $ par tranche de 100 $ de salaire assuré. Cette réduction des cotisations moins élevée que celle des conservateurs permet de garder les taux d'équilibre des fonds de l'AE au-dessus du seuil de rentabilité et aux libéraux d'avoir plus de 2 milliards de dollars par année pour accroître l'accès à l'AE et améliorer les prestations des bénéficiaires. Les libéraux proposent six améliorations distinctes, la plus importante étant la réduction de la période d'attente à une semaine.

12.Salaire minimum

Au Canada, le salaire minimum est fixé par les gouvernements provinciaux et territoriaux, mais il y a des travailleurs qui occupent des emplois sous réglementation fédérale qui verraient leur salaire augmenter si le gouvernement fédéral règlementait son propre salaire minimum.

Parti conservateur

Les conservateurs n'ont pas l'intention d'augmenter le salaire minimum des travailleurs relevant de la compétence fédérale.

Nouveau Parti démocratique

Le NPD augmenterait le salaire minimum des travailleurs relevant de la compétence fédérale à 15 $/l'heure. Cela permettrait d'augmenter le salaire de plus de 100 000 travailleurs et de donner l'exemple aux provinces et aux territoires, ajoute le NPD.

Parti libéral

Les libéraux n'ont pas l'intention d'augmenter le salaire minimum des travailleurs relevant de la compétence fédérale.

13.Retraite

Le gouvernement fédéral administre trois programmes principaux qui contribuent à la stabilité du revenu de retraite des Canadiens : le Régime de pensions du Canada (RPC), financé par les cotisations des travailleurs; la Sécurité de la vieillesse (SV), payée à même les recettes générales du gouvernement; et le Supplément de revenu garanti (SRG), une prestation fondée sur le revenu qui est versée aux personnes âgées à faibles revenus.

Parti conservateur

Dans le budget fédéral 2012, les conservateurs ont annoncé que l'âge d'admissibilité pour toucher la SV et le SRG augmenteraient progressivement de 65 à 67 ans, à partir d'avril 2023. En dépit des demandes des Canadiens ordinaires, du mouvement syndical, et de certaines provinces, Stephen Harper n'a montré aucun intérêt à élargir le Régime de pensions du Canada. Harper considère les cotisations de retraite comme des charges sociales, pas comme de l'épargne-retraite. Harper a refusé de coopérer avec le gouvernement de l'Ontario de Kathleen Wynne qui s'efforce de mettre en place un régime de retraite provincial.

Nouveau Parti démocratique

Le NPD dit qu'il rétablirait l'âge d’admissibilité à la SV et au SRG à 65 ans. Le NPD envisage également de bonifier progressivement le SRG de 400 $ millions de dollars par année dans les quatre ans, une augmentation qui selon le parti « contribuera à faire sortir 200 000 aînés de la pauvreté ». Le NPD travaillerait également avec les provinces pour élargir la portée du Régime de pensions du Canada et du régime de rentes du Québec.

Parti libéral

Durant cette campagne électorale, les libéraux disent qu'ils rétabliront l’âge d’admissibilité à la SV et au SRG à 65 ans. Ils disent qu'ils « collaboreront avec les provinces et les territoires, les travailleurs, les employeurs et les organismes de retraite pour améliorer le Régime de pensions du Canada. »

14.Sécurité nationale et libertés civiles

Le gouvernement conservateur a adopté le projet de loi C-51 plus tôt cette année. Ce projet de loi crée la Loi sur la communication d’information ayant trait à la sécurité du Canada et la Loi sur la sûreté des déplacements aériens et modifie trois autres lois. Les conservateurs affirment que le projet de loi C-51 était nécessaire pour protéger les Canadiens des menaces à leur sécurité; les adversaires de ce projet de loi disent qu'il va trop loin en limitant les libertés civiles des citoyens.

Parti conservateur

Les conservateurs appuient pleinement le projet de loi C-51.

Nouveau Parti démocratique

Le NDP abrogerait le projet de loi C-51.

Parti libéral

Les libéraux ont voté en faveur du projet de loi C-51, mais disent que s'ils sont élus, ils l'amenderaient afin de mieux protéger les droits et libertés des citoyens.

15.Réforme électorale pour un Canada plus démocratique

Le « système majoritaire uninominal à un tour » du Canada a fait l'objet de critiques pour une raison simple : un parti peut recevoir beaucoup moins de votes que la majorité des votes à une élection générale et remporter la majorité des sièges au Parlement. Lors de cette élection, au moins trois partis (le NPD, les libéraux et le Parti vert) disent qu'il est temps de prendre des mesures pour rendre le vote plus équitable.

Parti conservateur

Comme tous les gouvernements majoritaires avant eux, les conservateurs sont satisfaits de la façon dont le système fonctionne actuellement.

Nouveau Parti démocratique

Le NPD dit qu'il va « faire en sorte que votre vote compte vraiment »  en appliquant un système de représentation proportionnelle, c'est-à-dire, un système où le pourcentage de sièges qu'un parti obtient au Parlement reflètera le pourcentage du vote populaire qu'il reçoit aux élections et qui préservera la représentation régionale.

Parti libéral

« Nous ferons en sorte que chaque vote compte », peut-on lire dans la plate-forme du Parti libéral. « Nous sommes déterminés à faire en sorte que l’élection de 2015 soit la dernière élection fédérale organisée selon un scrutin majoritaire uninominal à un tour. » Les libéraux disent qu'ils créeront un comité parlementaire spécial, formé de membres de tous les partis, « qui se penchera sur un éventail de mesures de réforme, comme les bulletins de vote hiérarchisés, la représentation proportionnelle, le vote obligatoire et le vote en ligne ». Ils promettent de déposer un projet de loi sur la réforme électorale dans les 18 mois suivant leur arrivée au pouvoir.

16.Livraison du courrier à domicile dans les centres urbains

En décembre 2013, Postes Canada a annoncé qu'elle éliminerait progressivement, sur 5 ans, la livraison du courrier à domicile dans les centres urbains.

Parti conservateur

La décision de Postes Canada a le plein appui du gouvernement conservateur.

Nouveau Parti démocratique

Le NPD dit qu'il « abolirait le plan des conservateurs qui affecte injustement les aînés et les
personnes handicapées et rétablirait la livraison à domicile pour un million de ménages canadiens où le service a déjà été éliminé. Le NPD ordonnerait à Postes Canada d’élaborer un nouveau plan pour rétablir la livraison à domicile et produire des revenus viables à long terme pour maintenir ce service, tout en protégeant les contribuables canadiens. »

Parti libéral

Les libéraux disent qu'ils « reviendront sur la décision de Stephen Harper de mettre fin à la livraison du courrier à domicile au Canada et procéderont à un nouvel examen des activités de Postes Canada pour nous assurer que des services de qualité à un prix raisonnable sont offerts aux Canadiens partout au pays. »

Pour en savoir plus

Les plates-formes électorales des trois partis qui détiennent des sièges fédéraux en Ontario sont beaucoup plus détaillées que les renseignements contenus dans ce résumé. Pour en savoir plus, consultez leurs plates-formes en ligne :

Distribution autorisée par Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario