Skip to content

Le SEFPO met en garde Doug Ford : Ne vous servez pas de l'incompétence des dirigeants de la LCBO comme d'une excuse pour privatiser encore plus

Smokey THomas speaking at meeting
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, dit que son syndicat ne tolèrera pas que Doug Ford se serve de la mise en place bâclée du nouveau système de gestion des entrepôts par les dirigeants de la LCBO comme un moyen de justifier son plan irresponsable qui permet à des sociétés privées de siphonner encore plus de profits dans notre système public de distribution d’alcool.

Les problèmes du système de gestion des entrepôts, qui avaient pourtant été signalés au début par les travailleurs de première ligne de la LCBO qui sont membres du SEFPO, ont conduit, l’été dernier, à une pénurie généralisée dans les succursales de la LCBO à travers la province.

« Nous avions prévenu la direction que le système n’était pas au point pour être mis en place, mais ils se sont précipités quand même », a déclaré le président Thomas. « La direction nous a dit que la pénurie n’avait pas fait baisser les ventes. Mais lorsque le rapport annuel de la LCBO sera publié plus tard cette année, je ne serais pas surpris qu’on nous annonce une perte de revenus à cause de cette débâcle.

Et j’ai un avertissement pour le premier ministre : ne vous mettez pas dans la tête d’utiliser les problèmes du nouveau système de gestion des entrepôts ou des pénuries pour justifier de nouvelles privatisations, car nous vous en tiendrons rigueur.

Seulement deux mois après l’élection de monsieur Ford, la directrice des communications de sa campagne électorale – Melissa Lantsman – s’était inscrite comme lobbyiste pour un gros détaillant d’alcool, établi en Alberta, du nom d’Alcanna.

Le gouvernement Ford, qui a élargi la vente d’alcool dans les épiceries, double le nombre de « comptoirs express de la LCBO » et a ouvert la voie à la vente d’alcool dans les dépanneurs. Il a en outre modifié les lois régissant l’alcool, ouvrant la voie aux sociétés privées afin de leur permettre l’entreposage et la distribution d’alcool.

« Il y a de quoi être inquiet par l’obsession de M. Ford pour la privatisation de la vente d’alcool », a déclaré le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « On dirait qu’il ne veut pas voir tous les éléments de preuve qui montrent que c’est une mauvaise idée. Ça fait augmenter les prix. Ça fait augmenter les coûts des soins de santé et de la perte de productivité. Et ça fait baisser la quantité d’argent que le gouvernement reçoit de la LCBO. »

Le président Thomas a déclaré qu’il est évident que le lobbyisme de l’industrie privée des boissons alcoolisées a porté ses fruits.

« Je ne serais même pas surpris si M. Ford souhaitait en réalité l’échec du nouveau système de gestion des entrepôts de la LCBO », a-t-il ajouté. « Il s’agit d’une astuce sortie tout droit du manuel de la privatisation : abaisser la qualité du service public afin de pouvoir s’en indigner bruyamment et dire “le service public est incapable de le faire et nous devons donc faire appel à des sociétés. »

« On se retrouve ensuite aux prises avec une augmentation des coûts et une baisse de la qualité alors que les propriétaires des sociétés se marrent sur le chemin de la banque. »

Renseignements :

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, 613-329-1931