Le Syndicat de L'Ontario Dans un Monde Qui Change bannière

Le SEFPO souhaite la bienvenue au personnel du Native Women's Resource Centre

Adherez au SEFPO
Facebook
Twitter
Email

Toronto – Les employées du Native Women’s Resource Centre de Toronto, qui n'appartiennent pas à l'encadrement, ont rejoint les rangs du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO). Ces travailleuses ont voté en faveur de leur adhésion au syndicat le 22 janvier dernier.

Ce centre procure un environnement sûr et accueillant aux femmes autochtones et à leurs enfants qui résident dans la région de Toronto. Le personnel leur procure des services de soutien, notamment de logement, d’aide familiale, de défense des droits, d’aide à l'emploi, d'éducation et à la jeunesse.

« Ces femmes consacrent leur vie à aider les femmes autochtones et le syndicat veillera à ce qu'elles aient les ressources pour faire leur travail », a déclaré Kareen Marshall, présidente de la Division des organismes communautaires du SEFPO. « En s’obstinant à faire peu de cas de leurs efforts, l’employeur a répandu la consternation. »

Kareen Marshall a indiqué que la suppression par l’employeur de la semaine de congé payé pendant la pause de Noël, sans explication ni préavis, est la goutte d’eau qui a fait débordé le vase. Les travailleuses étaient, en outre, très préoccupées par le fait que l’employeur avait de plus en plus recours à du personnel contractuel.

« La sécurité d'emploi était un enjeu important pour ces travailleuses à la recherche d'une représentation syndicale. Les travailleuses précaires peuvent rencontrer d’énormes difficultés pour concilier leurs obligations familiales avec des horaires de travail variables », a fait remarquer Kareen Marshall. « Avec l’augmentation du nombre de travailleuses contractuelles, les employées permanentes s'inquiètent pour leur sécurité d'emploi. »

« Ces nouvelles membres trouveront un accueil bienveillant au SEFPO, qui a une multitude de ressources destinées aux membres autochtones et de partenariats avec les communautés autochtones. »

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, s’est fait l’écho de Kareen Marshall. « À Toronto, les femmes autochtones et leur famille se heurtent à de nombreux défis pour intégrer la communauté. Depuis plus de trois décennies, les travailleuses dévouées du Native Women's Resource Centre font tout leur possible pour les aider à s'établir et à réussir. »

« Le SEFPO fera la même chose pour ces nouvelles membres », a ajouté le président Thomas. « Nous allons les intégrer dans la grande famille du SEFPO et les aider à se préparer pour négocier leur premier contrat. Je m’en réjouis d’avance. »

Renseignements :Kareen Marshall, 416-540-3759