Skip to content
SEFPO Coalition des traveailleurs racialises

Le Caucus des gens de couleur du SEFPO soutient Black Lives Matter

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Des membres du Caucus des gens de couleur du SEFPO ont participé à une manifestation de Black Lives Matter, le 26 mars, devant le quartier général du Service de police de Toronto.

Cette manifestation faisait partie du rassemblement permanent qui est organisé pour dénoncer la violence policière raciste.  Black Lives Matter manifeste depuis que l'Unité des enquêtes spéciales (UES) de l’Ontario a annoncé sa décision de ne pas porter d’accusations contre l’agent de police qui a abattu Andrew Loku, un réfugié du Soudan du Sud.

« Nous sommes scandalisés qu'un agent de police ait une nouvelle fois tué impudemment un être humain. Cette fois, un agent de police a abattu Andrew Loku en totale impunité, a déclaré Peter Thompson, président du Caucus des gens de couleur du SEFPO.  La décision de l'UES de ne pas porter d’accusations contre l’agent de police responsable de la mort de Loku constitue une forme de racisme anti-noir. Ça montre qu’elle considère que la vie d’un Noir est dérisoire et ne compte pas. »

Black Lives Matter attire également l'attention sur la mort de Jermaine Carby, qui est tombé sous les balles du Service de police de Peel lors d'un contrôle routier en 2014.

« Le fait est que les membres des communautés racialisées ne savent que trop bien qu’ils sont perçus comme une menace et même comme des criminels dans leurs vies de tous les jours », a déclaré Elizabeth Ha, la vice-présidente du Caucus des gens de couleur.

« Nous ne pouvons pas accepter que les violences policières racistes soient tolérées et institutionnalisées. Il est inacceptable de justifier le recours à la force létale et de considérer que la vie des Noirs est sans importance. »

« L’histoire a montré que les Noirs étaient considérés comme “jetables” et ça continue aujourd'hui. Les membres des communautés racialisées sont trop souvent ciblés par la police lors des contrôles effectués pour le fichage et des raisons motivées par le profilage racial. Ils sont plus susceptibles d’occuper un emploi précaire et d’être les cibles d’une législation discriminatoire telle que la loi antiterroriste », a indiqué Thompson.

Le Caucus des gens de couleur du SEFPO est solidaire de Black Lives Matter, des autres organisations syndicales et organismes communautaires.

« Il s’agit de dénoncer des actes injustifiables qui sapent tous nos droits collectifs, a ajouté Thompson. Dans nos lieux de travail, syndicats ou collectivités, nous sommes solidaires de Black Lives Matter. Nous exigeons qu’on respecte la vie des Noirs et qu’on lui accorde la même valeur et importance. Nous devons combattre toutes les pratiques, en particulier les pratiques systémiques, qui engendrent des inégalités et de la violence envers les communautés racialisées, ainsi que l'inéquité du système de justice pénale. »

Le Caucus des gens de couleur du SEFPO exhorte le maire John Tory, le chef de police Mark Saunders et la première ministre Kathleen Wynne à prendre des mesures immédiates pour satisfaire aux principales demandes de Black Lives Matter :

  • La divulgation immédiate du nom de l’agent de police qui a tué Andrew Loku.
  • Le dépôt d’accusations contre l’agent de police qui a tué Andrew Loku.
  • La publication des images captées par les caméras de l'immeuble où Andrew Loku a été tué.
  • Une enquête du coroner sur le décès d'Andrew Loku comme le demande l'African Canadian Legal Clinic.
  • La condamnation du recours excessif à la force par le Service de police de Toronto et de ses manœuvres d'intimidation persistantes à l’encontre des manifestants de Black Lives Matter.
  • La refonte de l’Unité des enquêtes spéciales de l’Ontario, en consultation avec les familles de victimes de violence policière, la communauté noire et la collectivité dans son ensemble.
  • L’engagement d'éliminer définitivement la pratique du fichage par les agents de police, ce qui inclut la suppression de toutes les données enregistrées précédemment, le changement des règlements pour interdire le fichage, la mise en application coordonnée des règlements entre les différents services de police et des mesures disciplinaires à l’encontre des agents de police qui continuent la pratique du fichage.
  • La divulgation immédiate du nom de l'agent de police qui a tué Alex Wettlaufer et le dépôt d’accusations en conséquence.

Black Lives Matter a également lancé un appel aux dons via le service Interac de virement de fonds par courriel à blm.to.solidarity@gmail.com. La réponse à la question de sécurité est : tentcity.

Événement : Black Lives Matter Toronto Tent City

Date : La lutte continue…