La Conférence des jeunes travailleurs du SEFPO fête 10 ans de mobilisation des jeunes

OPSEU Young Workers Conference - Bargaining for the Future. Aug 11-13, 2017, Toronto
Facebook
Twitter
Email

Rapport de la Conférence

Cette année, « Négocier pour l’avenir » était le thème de la Conférence des jeunes travailleurs. L’événement a accueilli plus de 150 jeunes travailleurs de tous les coins de la province. Plus de 80 % des participants inscrits assistaient à la conférence pour la toute première fois! Organisée par le Comité provincial des jeunes travailleurs (CPJT) du SEFPO, la conférence avait pour objectif premier de mobiliser autant de jeunes travailleurs que possible au sein de leur syndicat. Que ce soit au niveau de la section locale, d’une équipe de négociation ou d’un comité provincial de l’équité, les jeunes travailleurs de tous les milieux étaient encouragés à répondre aux questions qui les affectent le plus, eux et leurs communautés. Les autres objectifs de la conférence étaient :

  • partager l’information et les expériences relatives à certaines situations en milieu de travail;
  • connaître les dangers auxquels se heurteront les travailleurs dans l’avenir;
  • s’inspirer des travailleurs et membres de la communauté qui ont relevé des défis dans le passé;
  • identifier la meilleure façon de faire en sorte que la voix des jeunes soit entendue aux différentes étapes du cycle de négociation; et
  • explorer l’avenir du travail dans une perspective mondiale de solidarité et mobiliser et organiser en conséquence. 

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, et le premier vice-président, Eduardo (Eddy) Almeida, se sont tous deux adressés aux participants. Ils ont réaffirmé l’engagement soutenu du syndicat à l’égard des jeunes travailleurs, reconnaissant le rôle essentiel qu’ils jouent dans l’avenir du SEFPO et du mouvement syndical. Les deux dirigeants ont parlé de l’importance des mentors et ont partagé quelques histoires personnelles concernant des personnes qui les ont inspirés en cours de route. 

« Choisissez une personne que vous respectez et qui vous amènera à réfléchir de façon critique sur l’impact des décisions que vous prenez », a déclaré le président Thomas. Un conseil précieux donné aux participants. 

« Le SEFPO est un bassin de militants incroyablement profond et j’en suis vraiment fier », a ajouté le premier vice-président/trésorier Almeida.

Mike Palecek, président national du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), a prononcé le discours-programme. Il a parlé des difficultés auxquelles son syndicat a été confronté dans la dernière ronde de négociations. Ils ont inclus la négociation de l’équité salariale pour sa main-d'œuvre à prédominance féminine et empêché des réductions massives qui auraient complètement mis fin à la livraison à domicile dans le pays. Il a également partagé une série de stratégies créatives sur la façon d’augmenter l’engagement des membres, ainsi que de modifier le mode de pensée pour aller de « négocier pour le syndicat » à « négocier pour la communauté ».

Tout au long de la conférence, les participants ont discuté de questions qui ont un impact considérable sur les jeunes travailleurs, telles que la sécurité d'emploi, souvent quasi inexistante ou inexistante, la dette étudiante toujours plus élevée, le sous-emploi et, bien sûr, la privatisation. Les membres ont parlé spécifiquement des impacts que la privatisation a déjà eu sur leurs vies, les clients qu’ils servent et leurs communautés. En réponse au climat d'austérité actuel, les participants ont pris part à un défi anti-privatisation organisé par la campagne Ça nous appartient. Ils ont parlé des dangers de la privatisation à des membres du public. C’est à partir de cette position précaire que les jeunes travailleurs ont réussi à établir que l’ennemi, ou la menace, est un employeur qui sacrifie les emplois bien rémunérés pour augmenter ses propres revenus.

Les ateliers ont introduit de nouveaux militants et des militants avec plus d’expérience aux diverses étapes du cycle de négociation. Ces étapes ont été conçues pour répondre à la tendance actuelle croissante de contrats négociés et utilisés pour diviser toute une génération. Les participants ont identifié certaines concessions concernant l’embauche de nouveaux employés et clauses « orphelin » contre lesquelles tous les travailleurs doivent se battre. Ils savaient que, en parlant aux nouveaux employés et à d’autres en début de carrière ou à des personnes approchant la retraite, que les ententes à niveaux nuisent à tout le monde.

On a aussi parlé de l’importance de la solidarité communautaire et globale tout au long du weekend. Les jeunes travailleurs ont reconnu que le mouvement syndical va bien au-delà des questions d’augmentations salariales, de pensions et de prestations. Tandis que ces sujets de discussion étaient importants, les conditions de travail sécuritaires, les droits des travailleurs et les liens étroits tissés avec les communautés ont également été identifiés comme étant prioritaires. « Udita » (Arise), un documentaire sur la lutte des travailleurs du vêtement au Bangladesh, a été diffusé samedi soir. Il a suivi la vie de femmes qui ne cessent de lutter pour l’équité salariale et la sécurité au travail. Les coups, arrestations et licenciements auxquels les travailleurs ont fait face, en plus des tragédies de Tazreen et de la Rana Plaza, ont tous été documentés. 

Dimanche matin, nous avons eu le plaisir d’écouter Cole Webber. Il a parlé de son travail avec les résidents de Parkdale, un quartier de Toronto. Plus tôt ce printemps, quelque 200 locataires ont décidé de faire la grève des loyers. On se battait contre le déplacement de la classe ouvrière et des locataires immigrants, dont de nombreux ont reçu un avis d’éviction pendant la grève des loyers. Cole Webber, jeune travailleur membre du SEFPO, a partagé son expérience personnelle de l’importance d’établir de solides relations à l’intérieur d’une communauté et de travailler directement avec les gens pour trouver une solution qui soit juste.

Le travail accompli pendant la conférence a représenté un pas dans la bonne direction. Les jeunes travailleurs ont démontré qu’ils refusent d’adopter une attitude complaisante. Ils ont rejeté la notion de s'estimer heureux d’avoir un emploi. En adoptant cette attitude, ils ont montré qu’il existait un moyen de sortir de cet état de précarité. Au lieu de blâmer les autres travailleurs, ils ont mis le doigt sur le véritable problème. 

La Conférence des jeunes travailleurs du SEFPO est une activité annuelle qui coïncide avec la Journée internationale de la jeunesse de l’Organisation des Nations Unies (le 12 août). Cette journée reconnaît les efforts des jeunes pour faire de ce monde un endroit meilleur où vivre. Année après année, le SEFPO se joint avec enthousiasme à l’ONU pour célébrer et encourager les jeunes. Au SEFPO, nous réaffirmons également constamment notre engagement envers les jeunes travailleurs, et ce, parce que nous savons qu’ils sont l’avenir de notre syndicat et du mouvement ouvrier.

Le CPJT tient à remercier les nombreux défenseurs du SEFPO et les conférenciers invités, qui ont su démontrer leur engagement envers les droits des jeunes travailleurs en participant à cet événement. Il tient aussi à remercier sincèrement les membres du Conseil exécutif du SEFPO pour leur leadership et leur soutien constant visant à faire en sorte que de plus en plus de jeunes travailleurs soient engagés et impliqués dans les activités du syndicat. Enfin, nous remercions le personnel du SEFPO, dont l’engagement, le dévouement et le travail acharné ont permis d’assurer le succès de cette conférence.

Matériel de la conférence

Programme de la conférence (bilingue)
Affiche de la conférence (bilingue)
Cycle de négociation (français)
Roue de la stratégie (anglais)
Fichier Rôles et responsabilités des membres de l'équipe de négociation (français)