Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les professionnels de l'éducation membres du SEFPO ratifient une nouvelle entente

conseils scolaires et instituions culturelles. Man in wheelchair, accessing book in library.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le Conseil des travailleurs de l’éducation de l’Ontario (CTEO), duquel le SEFPO est membre, a voté à l’unanimité en faveur de la ratification d’une nouvelle convention collective.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, se réjouit que l’entente ait été acceptée. « Les négociations dans le secteur de l’éducation ont été très difficiles pour tous, et l’urgence de la COVID-19 n’a pas aidé », a déclaré M. Thomas. « Toutefois, les négociations exhaustives ont porté fruits, et nos membres peuvent se concentrer sur ce qu’ils font le mieux, soit créer des milieux pédagogiques accueillants, qui permettent à nos étudiants de progresser et de s’épanouir dans tous les aspects de leur développement. »

Le CTEO est un conseil de négociation qui représentent quelque 7 000 professionnels de l’éducation travaillant à titre d’assistants enseignants, aides-enseignants, aides-enseignants en matière de comportement, éducateurs de la petite enfance, personnel de bureau, personnel de la TI et bien d’autres au sein des conseils scolaires public et catholique. Ces travailleurs sont répartis entre sept syndicats, dont le SEFPO et son affilié, l’Educational Resource Facilitators of Peel (ERFP).

La convention de trois ans, avec effet rétroactif au 1er septembre 2019, prévoit des augmentations de salaire de 1 % par année, ainsi que des améliorations importantes aux prestations.

Même si l’augmentation salariale annuelle est décevante, le premier vice-président/trésorier du SEFPO, (Eddy) Eduardo Almeida, nous rappelle que le syndicat a lancé une contestation du projet de loi 124 fondée sur la Charte, qui limite les augmentations salariales des employés du secteur public à un pour cent.

« C’est un mauvais projet de loi », a-t-il déclaré. « Il porte clairement atteinte à l’esprit de l’article 2(d) de la Charte canadienne des droits et libertés, s’attaquant à notre droit de négocier collectivement et librement. Il y a quatre ans, la Cour suprême s’était prononcée contre le gouvernement Wynne pour avoir imposé des limites à la négociation, et nous sommes convaincus que la cour fera la même chose avec cette contestation.

« Compte tenu du fait que les salaires de nos professionnels de l’éducation talentueux sont parmi les plus bas au sein du secteur public, ne reflétant en rien leurs contributions à la réussite des étudiants, il n’est que juste qu’ils soient en mesure de négocier des hausses salariales qui répondent et dépassent le taux d’inflation. »

Le SEFPO représente environ 3 000 travailleurs de l’éducation aux Conseil scolaire de district de Peel, Conseil scolaire de district catholique de Dufferin-Peel, Conseil scolaire de district de Simcoe, Conseil scolaire catholique d’Ottawa, Conseil scolaire de district de la Région de York, Conseil scolaire de district de Rainbow, Conseil scolaire de district de Moosonee et Conseil scolaire de district catholique de Kenora. L’Educational Resource Facilitators of Peel (ERFP), qui est affilié au SEFPO, représente quelque 4 000 membres.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931