Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Mettez à pied les comptables à la petite semaine surpayés, pas les infirmières, a dit le président Thomas

Owen Sound – Après l’interruption, cette semaine, des pourparlers entre la section locale 276 du SEFPO et la Owen Sound Family Health Organization (OSFHO), le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, suggère que les propriétaires coupent dans leurs propres rangs pour trouver l’argent supplémentaire dont ils ont tant besoin.

« Il est clair que l’argent est ce qui compte le plus pour eux », a dit M. Thomas. « Il est également assez évident que le poste superflu ne se trouve pas au rang des infirmières de première ligne, et que c’est le poste de directrice générale. Si l’appât du gain les empêche de conclure une entente, alors les propriétaires pourraient peut-être se débarrasser de quelques comptables à la petite semaine surpayés plutôt que des infirmières. C’est juste une suggestion. »

Après la rupture des négociations, cette semaine, les propriétaires ont immédiatement recouru à des menaces de mise à pied de la majorité du personnel de la Family Health Organization, infirmières comprises, faisant valoir que la grève a révélé la « redondance » de certaines tâches et que les nouveaux procédés rehausseront « l’efficacité du système de soins aux patients. »

« Comment peut-on améliorer l’efficacité des soins aux patients avec moins d’infirmières qualifiées? », a demandé M. Thomas. « Le terme efficacité est un code bien connu qui signifie moins d’argent pour les travailleurs de première ligne. C’est de l’antisyndicalisme à son meilleur, et ça relève d’un comportement plutôt enfantin. Si la communauté n’a pas encore senti les relents des véritables intentions des propriétaires, elle ne peut plus les manquer aujourd’hui. »

« Je sais très bien comment un budget fonctionne », a dit Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO. « Et je peux vous dire qu’éliminer des travailleurs de première ligne ne vaut pas un cent; ça coûte en fait toujours très cher à la santé de nos communautés. En revanche, qu’apporte la directrice exécutive aux soins des patients? »

Suite à la déclaration de Christine Elliott, ministre de la Santé, cette semaine à la législature, comme quoi la grève est une « affaire privée », le président Thomas lui a rappelé la promesse électorale de son gouvernement.

« Dans sa campagne, le premier ministre Ford avait promis de gouverner pour le peuple », a dit M. Thomas. « Ces propriétaires sont rémunérés avec de l’argent public et c’est de notre système de soins de santé public dont nous parlons ici. C’est loin d’être une affaire privée, et ces propriétaires doivent être tenus de respecter des normes plus rigoureuses. La santé de nos communautés va bien au-delà d’un slogan électoral. »

« Ces travailleurs de première ligne sont au cœur même des soins de santé à Owen Sound », a ajouté M. Thomas. « Ils ne méritent pas d’être menacés de licenciement simplement parce qu’ils exigent respect et équité. Notre syndicat entier continuera de les soutenir. Tout ce qu’il reste à faire maintenant, c’est à l’employeur de grandir et de retourner à la table. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931