Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les médecins d'Owen Sound refusent de rencontrer Eddy Almeida

SEFPO Professionnels des soin de sante communautaires
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Owen Sound – Plus tôt aujourd’hui, Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO), s’est mis à la tête d’un groupe de plus de 100 personnes, rassemblées pour soutenir les membres en grève de la section locale 276, employés de la Owen Sound Family Health Organization (FHO).

« Ces grévistes ne sont pas seuls à se battre, loin de là », a déclaré M. Almeida pendant le rassemblement. « Regardez cette foule… des membres du SEFPO, d’Unifor, de la FTO et de l’OECTA sont là pour montrer que les travailleurs de tout l’Ontario combattent ce fléau ensemble. »

Monsieur Almeida a demandé que les médecins d’Owen Sound, et ceux du Centre de santé Port Arthur, à Thunder Bay, où les travailleurs de première ligne membres d’Unifor sont aussi en grève, commencent à prendre leurs responsabilités au sérieux face à la communauté.

« Ces médecins demandent une augmentation de leurs honoraires de 15 pour cent mais refusent d’offrir quoi que ce soit à leur personnel de première ligne », a déclaré M. Almeida. « C’est une honte, et les Ontariens ne l’accepteront pas. J’espère que ces médecins prennent mieux soin de leurs patients que de leur personnel. »

Après le rassemblement, M. Almeida s’est dit « choqué mais pas surpris » que les médecins propriétaires de la FHO refusent de le rencontrer, avec Bob Eaton, adjoint exécutif du président Thomas, et Ron Elliott, administrateur de l’Unité de la négociation collective du SEFPO.

« Qui sait combien ils dépensent sur leurs avocats de Toronto et sur leurs gardes de sécurité privés », a déclaré M. Almeida. « Ils ne veulent pas négocier. Ils cherchent à nous briser. Mais je peux vous promettre quelque chose, nous ne nous laisserons pas briser. »

Plus tard, monsieur Almeida s’est dit outré d’apprendre que les médecins avaient tenté d’intimider les travailleurs en embauchant Michael Guilfoyle, chef du détachement de l’OPP du comté de Grey à la retraite. « Tandis que ces travailleurs exercent courageusement leur droit constitutionnel de négocier collectivement, ces médecins dépensent une fortune pour qu’un inspecteur de la police provinciale retraité les surveille », a-t-il encore dit.

« La première responsabilité de tout médecin est de ne faire aucun mal. Il est temps que ces médecins s’en souviennent. »

Le président Thomas, qui s’est également joint aux grévistes sur le piquet récemment, a dit que les médecins devraient avoir honte de continuer de traiter ses membres de cette façon.

« Ces médecins veulent que les contribuables augmentent leurs honoraires de quinze pour cent et ils dépensent leur argent sur de grands avocats et gardes de sécurité privés pour effrayer nos membres modestement payés. Eh bien, il faudra qu’ils se rendent compte que ça ne marche pas comme ça en Ontario. »

Pour plus d’information :
Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; Eduardo (Eddy) Almeida, 647-390-2135