Communiqués bannière

Président du SEFPO : L'adoption du projet de loi 148 preuve d'un pouvoir ouvrier croissant

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Facebook
Twitter
Email

Toronto – L’adoption aujourd’hui à Queen’s Park du projet de loi 148, la Loi de 2017 pour l'équité en milieu de travail et de meilleurs emplois, montre clairement que les travailleurs en Ontario fixent à nouveau les règles de l’équité au travail, a dit le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario.

« Ce que je retiens tout particulièrement du projet de loi 148, c'est que lorsque les travailleurs se mettent ensemble pour défendre leurs besoins, ils ont le pouvoir d’arriver à leurs fins », a déclaré Warren (Smokey) Thomas. « Le projet de loi 148 est un pas important vers les droits des travailleurs et j’estime que tous les syndicats, groupes communautaires et personnes qui ont contribué à l’adoption de ce projet de loi peuvent être fiers d’eux. »

Le projet de loi, qui a pris plus de deux ans à préparer, inclut des augmentations du salaire minimum, des changements pour faciliter la syndicalisation de certains travailleurs, ainsi qu’un certain nombre de nouvelles protections pour tous les travailleurs, et un libellé pour exiger des employeurs de fournir une « rémunération égale pour un travail égal ».

« Une grande raison de la croissance du travail précaire dans cette province est que la loi a permis aux employeurs de payer les travailleurs moins que le taux en vigueur lorsqu’ils travaillent à temps partiel, sur une base temporaire ou viennent d’agences de placement », a ajouté Monsieur Thomas. « Cela fait des dizaines d’années que notre syndicat sonne l’alarme à propos de ces traitements injustes. »

« Nous avons intensifié notre campagne en 2009, tandis que nous déposions une revendication pour une rémunération égale pour un travail égal sur la table de négociation à la LCBO, et nous continuions toujours de l’exiger la semaine dernière dans le cadre de la grève de plus de 12 000 membres du personnel scolaire des collèges », a-t-il encore dit. « Je suis extrêmement fier du fait que notre syndicat ait joué un rôle dans ce que nous considérons être une énorme victoire pour le mouvement syndical, pour nos alliés au sein de la communauté et pour chaque personne salariée dans cette province. »

Monsieur Thomas a rappelé que le projet de loi 148 n’a d’aucune façon mis fin à la lutte du mouvement syndical pour de meilleures lois du travail et normes d’emploi.

« Le projet de loi 148 est loin d’être parfait », a-t-il encore dit. « Il nous met sur la bonne voie, même s’il ne nous emmène pas encore assez loin. Ce qu’il fait, par contre, c’est de renforcer notre position pour les luttes à venir. »

« Le projet de loi 148 nous permet d’avancer et nous donne davantage d’outils pour lutter », a déclaré Monsieur Thomas. « Et nous avons bien l’intention de les utiliser. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931