Skip to content

Équité salariale : Ne remplissez pas ce sondage

Equite salariale maintenant - Apres 30 ans, on attend toujours. SEFPO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les membres du SEFPO qui ont reçu un lien à un questionnaire de la Commissaire de la Commission de l'équité salariale de l’Ontario ne devraient pas le remplir, a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

« Je viens d’apprendre que la Commissaire, Emanuela Heyninck, a envoyé un sondage sur l’équité salariale à de nombreuses sections locales et membres de syndicat », a-t-il dit. « Les sections locales et les membres ne devraient pas remplir ce sondage. C’est clairement une tentative par la Commissaire d’exclure les syndicats du processus d'équité salariale, et si les syndicats sont exclus de ce processus, alors on peut dire au revoir à l’équité salariale en Ontario. »

La Loi sur l'équité salariale, entrée en vigueur en 1988, est censée éliminer la discrimination sexuelle en ce qui concerne la rémunération dans tous les lieux de travail en Ontario. Mais l’histoire nous a montré que l’équité salariale ne fonctionne que dans les milieux syndiqués, a encore dit Monsieur Thomas.

« Même le plus simple des programmes d’équité salariale est compliqué, et il n’est simplement pas réaliste de s’attendre à ce que des individus puissent appliquer ou maintenir l’équité salariale sans agent de négociation autorisé par la loi », a-t-il ajouté. « Si l’équité salariale fonctionne en Ontario, c’est parce que les syndicats en assurent le fonctionnement. »

Le sondage est partial envers l’employeur et ses préoccupations, a déclaré Patty Coates, secrétaire-trésorière de la Fédération du travail de l'Ontario.

« Il est important de garder à l'esprit que de nombreux employeurs du secteur parapublic exercent d’énormes pressions pour mettre fin au maintien de l'équité salariale, et plus particulièrement dans les secteurs dominés par les femmes, comme les services aux personnes atteintes d'un handicap de développement. Ce sont des secteurs où de nombreuses femmes n’ont pas encore atteint l'équité salariale », a-t-il dit. « Il est très inquiétant de voir que la Commissaire à l’équité salariale envoie des questionnaires sur l’équité salariale à des individus qui ont une représentation syndicale exclusive. »