Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le PM doit agir pour sauver les soins de santé, arrêter la privatisation

Toronto – Le gouvernement du Canada doit accroître le financement des soins de santé et utiliser ses pouvoirs pour retenir les provinces qui veulent privatiser le système, selon le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario.

« Tandis que les premiers ministres du Canada se rencontrent ce soir, nous espérons que le premier ministre Justin Trudeau dise deux choses en ce qui concerne les soins de santé », a déclaré Sara Labelle, présidente de la Division des professionnels hospitaliers du SEFPO.

« La première, que le gouvernement fédéral s’engagera à offrir aux provinces une augmentation annuelle dans le long terme de six pour cent des paiements de transfert fédéraux pour les soins de santé », a-t-elle encore dit. « Le PM doit sortir du chemin emprunté par Stephen Harper et revenir à un niveau de financement des soins de santé qui soit acceptable pour tous les Canadiens. »

« Et la deuxième, que le financement soit lié à leur engagement de défendre les principes de la Loi canadienne sur la santé. Nous parlons ici d’un système public qui ne force pas les patients à payer eux-mêmes pour les soins dont ils ont besoin. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a félicité la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, pour avoir mis en garde les provinces à plusieurs reprises, afin qu’elles cessent de céder le système des soins de santé public au secteur privé.

« Le gouvernement fédéral a démontré la volonté de sévir contre les provinces qui se moquent des principes de la Loi canadienne sur la santé », a dit Monsieur Thomas, « mais son pouvoir à cet égard dépend entièrement de son engagement à financer le système dans les provinces ». Le financement du fédéral est absolument essentiel pour assurer la qualité des soins de santé publics pour tous les Canadiens, peu importe où ils vivent. »

« Il est vrai que les provinces ont souvent mal utilisé les fonds du fédéral pour les soins de santé », a déclaré Sara Labelle. « En Ontario, par exemple, nous savons que la province n’a pas dépensé la totalité du financement fédéral prévu pour les soins de santé sur les soins de santé au cours des quelques dernières années. »

« Nous sommes tout à fait d’accord que le financement fédéral devrait être soumis à certaines conditions afin de faire en sorte qu’il soit utilisé pour les soins de santé publics, et rien d’autre. »

Le SEFPO représente 45 000 travailleurs de la santé en Ontario.

Pour plus d’information, communiquez avec Sara Labelle, au  905-914-4037, ou avec Warren (Smokey) Thomas, au 613-329-1931.