Communiqués bannière

Un sondage révèle que 8 Ontariens sur 10 veulent qu’on optimise nos hôpitaux, et non pas qu’on privatise

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, dit que les Ontariennes et Ontariens veulent que la crise de capacité qui frappe les hôpitaux soit résolue, et non pas qu’on privatise; une opinion qui est appuyée cette semaine par un nouveau sondage d’opinion publique. « Ce sondage révèle ce que nous, les travailleurs du secteur public, savions déjà », a déclaré Smokey Thomas. « Après une année de COVID-19, la population ontarienne veut maintenant que son gouvernement s’attaque aux problèmes de capacité dans nos hôpitaux en augmentant les financements et les niveaux de dotation en personnel. »

Entre le 30 mai et le 2 juin 2021, la firme Nanos Research a effectué un sondage hybride au hasard, par téléphone et en ligne, auprès de 520 Ontariens et Ontariennes. Le sondage a révélé que près de six Ontariens sur dix croient que les hôpitaux de l’Ontario sont face à un problème majeur lorsqu’il s’agit de gérer la capacité pour répondre aux besoins en matière de soins de santé. Ce sondage, commandé par l’OPSEU/SEFPO, avait une marge d’erreur de ± 4,3 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

« En raison de la propagation des variants mortels et de la menace d’autres crises à l’avenir, les Ontariennes et Ontariens sont profondément préoccupés par leur santé et celle de leurs proches – aujourd’hui, mais aussi pour demain », a déclaré le président Thomas. « Ils admettent que notre syndicat avait raison de répéter depuis des années que les hôpitaux de l’Ontario sont aux prises avec une crise de capacité qu’il faut résoudre au plus vite. »

« Mais admettre qu’on est aux prises avec un problème n’est que la première étape », a ajouté Smokey Thomas. « La population ontarienne dit au gouvernement comment y remédier, et ce n’est pas par la privatisation. »

« Les soins de santé publics et universels seront toujours notre meilleure solution pour surmonter une crise », a indiqué Smokey Thomas. « Il n’est donc pas surprenant que huit Ontariens sur dix pensent que le système de santé public, correctement financé, est mieux à même de préparer l’Ontario à faire face aux futures crises sanitaires que les services de santé privatisés. Cela peut être une évidence pour beaucoup de monde, mais ça vaut la peine de le répéter aux politiciens qui ont longtemps essayé de vendre notre système public, morceau par morceau. »

Le syndicat a toujours su que la population ontarienne appuie largement le système de santé public et universel et la crise de la COVID-19 a contribué à consolider et à renforcer l’opinion des gens selon laquelle notre système public a une valeur inestimable.

« La crise de la COVID-19 a donné au public un aperçu des horreurs des soins de santé privés et à but lucratif », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO. « Ils ont vu la négligence endémique et les pertes de vie inutiles dans les organismes de santé à but lucratif et ils savent que les conséquences de cette crise auraient été moins catastrophiques dans le cadre d’un système entièrement public. Aujourd’hui, ils veulent des progrès significatifs. »

Eddy Almeida croit que le ferme soutien de la population ontarienne en faveur du système de santé public contribuera à transformer le paysage politique et social, notamment durant cette année qui précède les élections provinciales.

« Nous savons déjà que le soutien à l’égard des services publics, et de tous les héros et héroïnes de première ligne qui les dispensent, est à un niveau sans précédent », a ajouté Eddy Almeida. « Les résultats de ce sondage prouvent que les gens souhaitent davantage de financement et de personnel pour les hôpitaux ontariens – et non pas de nouvelles coupures et certainement pas de nouvelles privatisations. »

« La population ontarienne souhaite, et exigera, une meilleure préparation pour faire face à la prochaine crise », a conclu le président Thomas. « Et, plus important encore, les gens pensent qu’un système de santé public, universel et correctement financé, est la voie à suivre. À ceux qui sont au pouvoir, je conseille d’écouter le peuple ».

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931
OPSEUCommunications@opseu.org