Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Lockout possible des membres de la section locale 511 du SEFPO chez Radius

Appuyez nos membres du secteur du traitement des enfants - chez Radius - aujourd'hui
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le 12 novembre prochain, les membres de la section locale 511 du SEFPO, secteur du traitement des enfants, qui travaillent pour le programme SAFE-T de Radius, pourraient être en situation de lockout. Vu que l’employeur a déposé une demande de rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation, il est en mesure de déclarer un lockout. Les parties doivent se rencontrer le 9 novembre prochain avec l’aide d’un médiateur pour essayer à nouveau de conclure une entente.

En juin dernier, les membres avaient donné à l'équipe de négociation un mandat de grève de 100 %.

« Il n’est pas étonnant que les travailleurs aient donné un tel mandat de grève à leur équipe », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « C’est un autre exemple d’un bon programme public qui a été téléchargé vers le bas à une agence qui se soucie bien peu de l’impact d’une telle mesure sur ses employés et clients. Et une autre bonne raison de protéger les travailleurs avec un premier contrat solide.

Radius demande à son personnel d’accepter une réduction salariale de 1,5 pour cent, de dire adieu à leur régime de retraite courant et de se plier aux augmentations des primes de leurs prestations existantes. 

Les membres sont actuellement couverts par la Convention collective existante de la FPO, qui a expiré le 31 décembre 2014. La négociation d’un premier contrat a commencé chez Radius en décembre 2014. Après 11 jours de négociation, les parties étaient arrivées à une impasse. Les parties concluaient leur deuxième journée de conciliation lorsque le SEFPO a été informé de la demande de rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation de Radius. 

L’unité de négociation de 19 membres comprend des travailleurs sociaux, des psychométriciens et du personnel administratif; ces travailleurs fournissent une évaluation et un traitement spécialisés aux jeunes qui ont subi des agressions à caractère sexuel dans leur famille, aux enfants qui ont des problèmes de comportement sexuel et aux adolescents délinquants sexuels. Leur travail est difficile et stressant. « Nos membres sont fiers du travail qu’ils accomplissent et ils méritent d’être payés de façon équitable », a dit Kim Madden, présidente du Comité de négociation.

Le programme SAFE-T (Abus sexuel: éducation familiale et traitement), établi en 1983, a été téléchargé du ministre des Services à l'enfance et à la jeunesse (MSEJ) vers une agence indépendante du gouvernement, Radius Child and Youth Services, en 2013. Depuis que ce programme a perdu tout contrôle direct du ministère, le personnel a perdu la confiance qu’il avait dans les assurances du MSEJ de protéger l'intégrité du programme.

Les travailleurs du traitement des enfants chez Radius demandent à leurs supporteurs d’envoyer des tweets à

  1. la ministre du MSEJ, Tracy MacCharles, à @TracyMacCharles.
  2. Radius, à @RadiusChild_Yth

Veuillez inclure le hashtag : #StoptheLockoutatRadius et demander à Radius de négocier équitablement.

Vous pouvez aussi téléphoner au directeur exécutif de Radius, Darryl Hall, au numéro 1-905-825-3242, poste 223 

Pour plus d'information :

Kim Madden
Présidente, Comité de négociation
416 453-7838

Paul I. Myers
Délégué du personnel/négociateur
416-452-8301

Téléchargez le communiqué de presse ici