SEFPO Personnel Scolaire des Collèges bannière

Le travail précaire au centre de la manifestation du personnel scolaire des collèges à Queen's Park

#standwithfaculty #solidaritepersonnelscolaire
Facebook
Twitter
Email

Toronto –  La question du travail précaire était au cœur des préoccupations du personnel scolaire et des étudiants des collèges et de leurs alliés qui ont manifesté en nombre à Queen's Park aujourd'hui.

« La lutte pour procurer une rémunération égale pour un travail égal, pour se débarrasser de ces emplois précaires et pour créer davantage d'emplois à temps plein, c'est un combat entièrement légitime », a dit le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) aux milliers de membres du personnel scolaire, qui étaient venus en autobus des quatre coins de la province. « En étant à l'avant-garde de ce combat, vous contribuez à faire changer les choses pour tout le monde. »

L'équipe de négociation du SEFPO, qui représente plus de 12 000 professeurs, instructeurs, conseillers et bibliothécaires des collèges, est retournée à la table des négociations ce matin avec le Conseil des employeurs des collèges. C'était la première fois que les deux parties se rencontraient depuis que le personnel scolaire avait déclenché la grève, le 16 octobre dernier.

Le traitement du personnel scolaire contractuel dans les collèges constituait une pierre d’achoppement dans les négociations. Près de 70 pour cent des membres du personnel scolaire des collèges sont engagés avec des contrats de courte durée (généralement 4 mois), des salaires inférieurs aux normes et sans aucune sécurité d'emploi. Certains font partie de l'unité de négociation en grève alors que d'autres, qui ne sont pas syndiqués, ont voté lors d’un scrutin de représentation du SEFPO au début du mois dernier.

« Alors que le projet de loi 148, la Loi de 2017 pour l'équité en milieu de travail et de meilleurs emplois, est examiné en comité cette semaine, j'exhorte le gouvernement à reconnaître que, lorsqu'il s'agit de travail précaire, nos collèges sont dans l'œil du cyclone », a déclaré le président Thomas lors du rassemblement. « Les membres du personnel scolaire à contrat et à temps partiel effectuent le même travail que leurs collègues à temps plein, mais ils sont traités comme des employés de deuxième classe dans leur milieu de travail. »

« Cela doit cesser », a-t-il ajouté. « Les collèges doivent se réveiller et se rendre compte que nous sommes dans une ère nouvelle. Cela veut dire avoir la volonté de négocier de bonne foi afin de traiter équitablement le personnel scolaire contractuel et reconnaître des droits de négociation aux employés qui n'ont pas encore de voix collective. »

Le président Thomas a également exhorté les collèges à accepter le fait que le personnel scolaire a besoin d’avoir un mot à dire plus important dans les décisions académiques afin de pouvoir former les étudiants à un marché du travail en constante évolution. Il a demandé aux collèges de prendre des mesures concrètes pour inclure le personnel scolaire et les étudiants dans la planification et la surveillance des programmes et des cours.

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas,  président du SEFPO : 613-329-1931