Le président Thomas invité de l’émission The Agenda de TVO pour parler de la nouvelle législation du travail

Smokey Thomas
Facebook
Twitter
Email

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO, s’est joint à Steve Paikin, de l’émission The Agenda de TVO, cette semaine, pour discuter de l’introduction de la Loi de 2021 visant à œuvrer pour les travailleurs et de son impact sur les lois du travail de l’Ontario.

Martin Regg Cohn, chroniqueur politique pour le Toronto Star, et Sheila Block, économiste en chef au Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), étaient avec Smokey Thomas pour parler de certains des éléments clés de la Loi, en particulier, de l’augmentation du salaire minimum en Ontario.

Tandis que les intervenants ont convenu que le nouveau salaire minimum ne suffisait pas, M. Thomas a déclaré que mieux valait tard que jamais, et que l’augmentation montrait que le gouvernement est enfin à l’écoute.

« Pour la première fois avec trois gouvernements, nous en avons un qui écoute et qui prend des mesures très positives pour les travailleurs », a déclaré M. Thomas. « Je me bats avec eux quand il le faut, mais je suis prêt à reconnaître le mérite là où il est. »

Monsieur Thomas a ajouté que le syndicat continue de lutter contre le projet de loi 124 du premier ministre et son plafond salarial inconstitutionnel pour les travailleurs du secteur public, et pour l’augmentation des prestations du POSPH et du programme Ontario au travail pour les bénéficiaires de l’aide sociale, mais dit qu’il n’oublie pas les bonnes choses que fait ce gouvernement.

« C’est de l’incrémentalisme », a souligné M. Thomas. « Vous obtenez du premier ministre Ford qu’il bouge sur une ou deux choses et vous continuez de faire pression sur d’autres. »

« J’ai été élu pour représenter les membres de l’OPSEU/SEFPO », a ajouté M. Thomas. « Et je crois que les syndicats devraient se rappeler qui les a élus, qui ils représentent, et que ce sont ces personnes qui paient leurs cotisations, et non pas un parti politique. »

Interrogé sur les élections provinciales de l’année prochaine, M. Thomas a réitéré qu’il était non partisan et qu’il ne soutiendrait aucun parti politique particulier.

« Ce qui est important, je crois, c’est que les gens se familiarisent avec les différents enjeux, assistent aux réunions de tous les candidats, aillent voter et demandent des comptes aux politiciens », a encore dit M. Thomas. « Mais je n’appuierai aucun parti. »

En travaillant de manière non partisane et collaborative, M. Thomas affirme avoir réussi à faire des progrès considérables pour les membres de l’OPSEU/SEFPO et d’autres travailleurs de première ligne pendant la pandémie.

« Quand j’ai téléphoné à [Ford] pour lui parler de questions sérieuses, qu’il s’agisse des inspecteurs des établissements de soins de longue durée, des inspecteurs du ministère du Travail ou du manque d’ÉPI dans les milieux de travail, là où les patrons refusaient d’agir, il a intervenu », a dit M. Thomas.

Pour regarder l’entretien au complet (en anglais), visitez https://www.tvo.org/video/assessing-ontarios-new-labor-laws