Skip to content
opseu_rainbow_alliance.jpg

Mois de la Fierté : Regardons au-delà des paillettes et du glamour

Rainbow alliance arc-en-ciel logo
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Juin est reconnu dans le monde comme le mois de la Fierté, en grande partie pour la commémoration des émeutes de Stonewall, qui avaient eu lieu à New York en 1969.  Il s’agissait d’une série de manifestations spontanées et violentes lancées par la communauté gaie en réaction à un raid de la police, le 28 juin 1969, au petit matin, au Stonewall Inn de New York. 

Avant ces émeutes, la police effectuait périodiquement des descentes violentes dans les bars fréquentés par la communauté gaie. Ces émeutes constituent aujourd’hui l’un des moments marquants de la lutte du mouvement de libération gaie pour la défense des droits civiques. 

De son côté, le Canada a, lui aussi, sa propre histoire.   L’événement le plus connu étant l’« Opération savon » – des raids de la police qui ont lieu le 5 février 1981 à Toronto.   Ce jour-là, la police de Toronto organise une descente dans les saunas fréquentés par la communauté gaie de Toronto et arrête un peu moins de 300 hommes.    La plupart des accusations seront retirées ou rejetées, mais la communauté gaie manifestera pour dénoncer le traitement injuste dont elle est victime.  Ces manifestations ont ouvert la voie au lancement de l’événement qui est aujourd’hui le plus grand festival de la Fierté au monde.  

De nos jours, non seulement l’« opération savon » est l’équivalent des émeutes de Stonewall au Canada, mais elle est également la plus importante arrestation de masse ayant eu lieu dans notre pays.   En 2016, le chef de la police de Toronto, Mark Saunders, a présenté des excuses officielles pour ces raids.  

« Prenons le temps de regarder au-delà des paillettes et du glamour que nombre de gens connaissent et attendent lors des activités et festivals de la Fierté », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « C’est un moment important pour souligner les obstacles, la discrimination et les crimes haineux ciblés auxquels sont confrontés aujourd’hui encore les membres de la communauté TBLGIAPQQ2S (les personnes transgenres, bisexuelles, lesbiennes, gaies, intersexuées, asexuées, pansexuelles, queer, en questionnement et bispirituelles). »   

La pandémie de COVID-19 a, en outre, braqué les projecteurs sur les insuffisances de notre système de santé en ce qui concerne les soutiens à apporter aux membres de la communauté TBLGIAPQQ2S.   « Des rapports mettent en évidence une augmentation des taux de dépression et de problèmes de santé mentale au sein d’une communauté qui est déjà susceptible d’isolation et d’ostracisme de la part de la société », a déclaré Morgen Veres, coprésidente de la Rainbow Alliance arc-en-ciel du SEFPO.   « Nous devons tous faire notre part pour ne laisser personne au bord du chemin », a-t-elle ajouté 

La Fierté est également l’occasion de célébrer les sacrifices et les accomplissements de la communauté TBLGIAPQQ2S dans sa lutte continuelle pour l’égalité des droits pour tous.   Une histoire jalonnée de nombreux accomplissements :

  • Le 14 mai 1969, la décriminalisation de l’homosexualité au Canada grâce à l’adoption de la Loi de 1969 modifiant le droit pénal.
  • En 1986, l’ajout de l’orientation sexuelle comme motif de distinction illicite conformément au Code des droits de la personne de l’Ontario.  Lorsque le Code entre en vigueur en 1962, c’est la première fois au Canada que différentes formes de discrimination étaient enchâssées dans un code.
  • Le 17 mai 1990, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) retire l’homosexualité, qui était répertoriée comme une maladie mentale, de la Classification internationale des maladies.  Cela ouvre la voie à l’instauration de la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, qui est célébrée annuellement le 17 mai;  
  • Le 30 juin 1993, la Cour suprême du Canada statue que les gais et lesbiennes, qui sont persécutés dans leur pays d’origine, pourront faire une demande pour obtenir le statut de réfugiés;
  • Le 24 mai 1995, l’Ontario devient la première province à autoriser légalement l’adoption pour les couples de même sexe;
  • En 1996, l’orientation sexuelle est ajoutée la liste des motifs de distinction illicite en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne;
  • En 1999, Blockorama est la première personne queer noire à participer au défilé de la Fierté de Toronto.  De nos jours, le festival de la Fierté consacre toute une journée à célébrer les personnes queer noires, l’histoire Trans, leur créativité et activisme;
  • En 2005, le Canada devient le premier pays en Amérique à légaliser le mariage entre les personnes de même sexe. À ce jour, 28 pays dans le monde reconnaissent juridiquement le mariage entre les personnes de même sexe.  
  • En 2012, la discrimination fondée sur l’identité de genre et l’expression de genre est enchâssée dans le Code des droits de la personne de l’Ontario en tant que motif de distinction illicite de discrimination;
  • En 2013, la Chambre des communes adopte le projet de loi C-279 qui protège officiellement les droits des personnes transgenres et transsexuelles au Canada; En 2013, pour la première fois au Canada, Kathleen Wynne, une femme ouvertement homosexuelle, est assermentée première ministre de l’Ontario; et
  • Le 19 juin 2017, le Parlement adopte le projet de loi C-16.  Le projet de loi modifie la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel afin d’y inclure l’« identité de genre » et l’« expression de genre ». Cette loi ajoute également  l’« identité de genre » et l’« expression de genre » à la liste des motifs de distinction illicite.   Elle modifie également les lois pour étendre la protection contre la propagande haineuse afin d’y inclure ces deux termes et qualifie de crime haineux le fait de cibler une personne parce qu’elle est transgenre.

En raison des directives de distanciation physique prises durant la pandémie de COVID-19, de nombreux événements ont été annulés ou reportés dans un avenir prévisible.  Tout au long de la saison de la Fierté 2020, les membres de la communauté TBLGIAPQQ2S de toute la province saisiront cette opportunité pour faire preuve de créativité dans la manière de se connecter entre eux. 

« L’histoire de notre communauté est jalonnée de nombreux événements qui illustrent la résilience de ses membres qui continueront à faire preuve de cette même résilience durant la pandémie de COVID-19.  Nous continuerons à célébrer les uns et les autres tout en veillant à protéger tout le monde durant cette crise », a déclaré Billie Bridgewater, co-présidente de la Rainbow Alliance arc-en-ciel. 

Pour en savoir plus, consultez : https://www.queerevents.ca/canada/pride/history