Skip to content
news_press_releases_french.jpg

La privatisation de la vente de cannabis : un navire en perdition, selon le président Thomas

Warren (Smokey) Thomas, OPSEU President
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que Doug Ford fait des pieds et des mains pour sauver le naufrage du navire cannabis maintenant que plusieurs municipalités ont refusé d’adhérer à son plan de privatisation irresponsable.

« Le navire a sombré au port avant même de prendre la mer », a déclaré le président Thomas. 

Le gouvernement conservateur essaie de camoufler l’échouage de son plan de privatisation en réduisant le nombre de permis de vente qu‘il octroiera de 40 à 25, invoquant des difficultés d’approvisionnement pour satisfaire ses engagements précédents. Le premier ministre Ford essaye de nous enfumer, a lancé le président Thomas.

« Pense-t-il vraiment nous abuser avec cette entourloupette? », a lancé le président Thomas. « Ce n’est pas un problème d’approvisionnement de cannabis. Il s’agit d’un gouvernement de débutants qui paniquent parce que leur plan irresponsable coule à pic. Certaines municipalités importantes de l’Ontario se retirent et je parie que le premier ministre tremble de peur. Elles sont conscientes des lacunes de ce plan, qui fait passer les intérêts des acolytes du monde des affaires de M. Ford avant la santé et la sécurité de nos enfants et communautés. »

Des municipalités telles que Mississauga et Markham ont déjà interdit les magasins de cannabis privés sur leur territoire et la liste s’allonge », a ajouté le président Thomas. « Les gens sont inquiets à juste titre que M. Ford brise sa promesse électorale d’assurer la sécurité des enfants en adoptant un règlement qui autorise les détaillants à ouvrir des commerces à seulement 150 mètres d’une école. » 

Selon le premier vice-président/trésorier, Eduardo (Eddy) Almeida, de nombreux Ontariens estiment que la vente de cannabis serait entre de meilleures mains avec la LCBO et que le gouvernement devrait permettre aux municipalités de choisir cette option.

Au lieu de cela, les conservateurs ont annoncé en toute hâte, jeudi, la réduction à 25 du nombre de permis octroyés aux magasins privés et que la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario aurait recours à un système de loterie pour déterminer les heureux élus. Les résultats seront annoncés une semaine avant la date limite du 22  janvier qui a été fixée aux municipalités pour décider si elles souhaitent renoncer à l’offre de vendre du cannabis dans des magasins privés. 

« Le dossier du cannabis n’est qu’un autre exemple de mauvaise gestion flagrante par le gouvernement », a déclaré le premier vice-président/trésorier Almeida. « Ils ont déjà essuyé de nombreuses critiques pour avoir introduit une réglementation laxiste et sous-financé les municipalités qui doivent assumer les coûts des services de police et de santé publique. La Société ontarienne du cannabis (SOC) de l’Ontario, qui est exploitée par le privé – la seule source légale de cannabis dans la province – est enlisée dans la culture du secret et est vertement critiquée pour les retards de livraison. »

« Ouvert aux affaires? Quelle plaisanterie », a lancé le premier vice-président/trésorier Almeida. « Ces clowns de Queen’s Park sont tellement incompétents qu’il est impossible de les sous-estimer. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931