Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les changements proposés au POSPH généreraient « chaos et incertitude » pour les personnes les plus vulnérables, selon l’OPSEU/SEFPO

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, dit que les changements proposés au Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH), qui ont été annoncés aujourd’hui, entraîneraient chaos et incertitude pour nombre des personnes les plus vulnérables de la province.

Le président Thomas, qui dit que ces changements obligeront les personnes handicapées à naviguer dans un système de soutien entièrement nouveau, s’inquiète du fait qu’une telle proposition soit présentée en plein milieu d’une crise de santé publique sans précédent.

« C’est le mauvais moment pour introduire des changements radicaux et perturber la vie des personnes les plus vulnérables », a déclaré le président Thomas. « En dépit de toute la rhétorique, le but de ces changements n’est pas d’aider les personnes handicapées. Ils visent à transférer plus de travail sur les municipalités, qui sont déjà sous tension et à exclure davantage de personnes du POSPH sous couvert d’emploi et d’indépendance. »

« La révision du POSPH ne ferait qu’engendrer davantage d’instabilité à un moment où tant de personnes souffrent déjà », a déclaré le président Thomas. « Cela mettrait davantage de pression sur les petites municipalités qui ne disposent pas des fonds nécessaires pour le financer, mais aussi sur les plus grandes qui sont également aux prises avec des difficultés. Ni les unes ni les autres n’ont la capacité d’augmenter leurs revenus ni d’assumer davantage de responsabilités en matière de prestation de services. »

La plupart des bénéficiaires du POSPH ont commencé par bénéficier du programme Ontario au travail (OT) avant d’être admissibles au POSPH et de recevoir des prestations à plus long terme. Le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, qui a déclaré que beaucoup d’entre eux ont déjà été reconnus dans l’incapacité de travailler, a qualifié l’annonce d’aujourd’hui de particulièrement cruelle en plein milieu d’une pandémie mondiale.

« Les bénéficiaires du POSPH ont déjà prouvé leur admissibilité », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida. « Annoncer des changements qui priveront les personnes les plus vulnérables des prestations de soutien aux personnes handicapées et faire pression sur celles et ceux qui ne sont pas en mesure de travailler pour qu’ils rentrent sur le marché du travail durant une période de chômage record, d’insécurité d’emploi et de crise de santé mentale n’est pas seulement une mauvaise idée, c’est cruel et inhabituel. Et c’est alarmant. »

Le syndicat affirme que les changements proposés seraient extrêmement déstabilisants pour les bénéficiaires.

« Il serait indûment déstabilisant et traumatisant pour des milliers de bénéficiaires vulnérables de transférer la gestion des cas du POSPH et les services de stabilisation de la vie », a déclaré Nicole St. Amand, présidente du Comité des relations employés-employeur de l’OPSEU/SEFPO pour le ministère des Services à l’enfance et Services sociaux et communautaires (MSESSC). « Les bénéficiaires handicapés ont besoin de stabilité en ces temps incertains. Ce n’est pas le moment de procéder à une refonte, mais plutôt de faire preuve de compassion et d’éviter le chaos. »

« Passer à un processus de demande numérisé déshumaniserait notre programme de soutien aux personnes handicapées », a ajouté le président Thomas. « Aujourd’hui plus que jamais, notre province devrait centraliser et normaliser les soutiens aux personnes défavorisées et aux personnes handicapées. Nous devons traverser cette crise ensemble et la province doit montrer la voie en assumant la responsabilité de nos personnes les plus vulnérables, et non pas en s’en débarrassant et en les transférant ailleurs.

« Nos membres sont nos héros de première ligne depuis le début de la pandémie », a conclu le président Thomas. « Nous n’abandonnerons pas les personnes qui sont le plus dans le besoin. Les Ontariennes et les Ontariens méritent mieux et nous lutterons en leur nom ».

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931
OPSEUCommunications@opseu.org