Skip to content
news_press_releases_french.jpg

La Province gaspille des millions en préparatifs de grève mais ignore la crise dans les Services correctionnels

TORONTO – Le gouvernement de l’Ontario gaspille des millions de dollars publics en préparatifs de grève, qu’il devrait dépenser pour atténuer la crise dans les services correctionnels, a dit le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

« Il semblerait que le gouvernement n’ait aucun mal à dépenser de l’argent vainement pour se préparer à une grève éventuelle dans les Services correctionnels », déclarait aujourd’hui même Warren (Smokey) Thomas. « Mes membres qui travaillent dans les prisons sont témoins de dépenses chiffrées en millions pour construire des logements, acheter des provisions et installer des téléviseurs à grand écran pour l’assortiment de gestionnaires et de briseurs de grève qui tenteront de faire tourner les choses dans ces établissements en cas d’arrêt de travail.

« Il serait préférable d’utiliser cet argent pour éviter une grève », a-t-il ajouté. « Cet argent pourrait être utilisé pour réduire le surpeuplement et le manque de personnel et pour aider les milliers de détenus qui vivent avec de graves problèmes de santé mentale et de dépendance. »

Selon Monsieur Thomas, c’est à Deb Matthews, présidente du Conseil du Trésor, qui a insisté pour que tous les employés provinciaux acceptent moins pour rembourser le déficit budgétaire, qu’incombe la responsabilité de ce gaspillage.

« Si je devais estimer ce que Madame Matthews dépense pour se préparer en vue d’une grève, en plus de ce qu’elle accepte de payer pour embaucher des briseurs de grève et pour des heures supplémentaires, je dirais que ça pourrait aller jusqu'à 50 millions de dollars », a-t-il ajouté. « Si elle a tout cet argent pour se battre contre son propre personnel de première ligne, alors elle a les moyens de les traiter équitablement et de faire en sorte qu’ils aillent travailler chaque jour sans craindre pour leur sécurité. »

Le SEFPO représente quelque 6 000 travailleurs correctionnels de première ligne dans les établissements et bureaux de probation à travers la province. Ils seront en position de grève ou de lockout légal à minuit une dimanche 10 janvier.

Pour plus d'information :
Timothy Humphries, Division des communications du SEFPO
(416) 443-8888 ext. 8775 (bureau); (416) 432-6907 (cell.)

Connexe : Page d’index Services correctionnels en état de crise