Des compressions chez Santé publique Ontario mettraient en danger les familles rurales, selon l’OPSEU/SEFPO

SEFPO Service de sang et diagnostic
Facebook
Twitter
Email

Toronto – Les récentes recommandations de la vérificatrice générale de fermer six des 11 sites de laboratoire de Santé publique Ontario (SPO) mettraient en danger les familles et les collectivités rurales, affirme JP Hornick, présidents de l’OPSEU/SEFPO, qui réclame des solutions qui renforcent la capacité en matière de soins de santé.

« La fermeture de laboratoires de Santé publique Ontario menacerait l’infrastructure de la santé et la résilience des petites collectivités rurales qui se remettent encore de la crise de la COVID », a déclaré Mme Hornick. « Les familles et les collectivités rurales dépendent d’analyses de laboratoire précises et opportunes, et elles méritent une eau potable salubre, comme les résidentes et résidents de Toronto. »

Le personnel de première ligne de Santé publique Ontario a exprimé sa profonde préoccupation au sujet des problèmes de capacité dans son milieu de travail et affirme que de graves pénuries de personnel et d’équipement ont forcé certains sites à transférer une partie importante de leurs tests au laboratoire de Toronto. Ces sites sont maintenant menacés.

« Le recrutement et le maintien en poste sont la solution aux problèmes de capacité de Santé publique Ontario, et non pas les compressions », a déclaré Casey McGuire, président de l’équipe de négociation et représentant du secteur 19, SCS et diagnostic, de l’OPSEU/SEFPO. « Nous traitons de problèmes de capacité dans tous les secteurs du système de soins de santé qui doivent être réglés. Mais l’acheminement des tests à Toronto n’est ni sécuritaire ni durable. La province doit renforcer la capacité publique pour assurer la sécurité de l’ensemble de la population ontarienne, peu importe où elle vit. Pour nous, c’est une question de justice et d’équité. »

Les professionnelles et professionnels de laboratoire de Santé publique Ontario sont à l’avant-garde de la santé publique. Ils fournissent des services d’analyses pour 34 unités de santé publique, des hôpitaux et des foyers de soins de longue durée; ils testent les pathogènes viraux dans les aliments, l’eau et l’environnement; et ils suivent les épidémies de maladies infectieuses comme la COVID. Ils analysent également l’eau des puits résidentiels et des petites collectivités pour s’assurer que l’eau potable est propre et salubre.

« Le travail qu’accomplissent les membres de l’OPSEU/SEFPO à SPO a sauvé des vies pendant la pandémie », a déclaré Mme Hornick. « La fermeture de sites compromettrait notre capacité à détecter et à prévenir la propagation des maladies et compromettrait notre préparation aux crises sanitaires futures inévitables. Nous continuerons de soutenir nos membres qui luttent pour protéger la sécurité publique et l’avenir des laboratoires de Santé publique Ontario. »