Skip to content
news_press_releases_french.jpg

La résistance entraîne la suspension de la fermeture des bureaux de ServiceOntario

Toronto –  La pression intense exercée par les syndicats, les députés, les maires, les conseillers municipaux, les propriétaires d'entreprises et les citoyens concernés a obligé le gouvernement libéral de réfléchir sur son plan de fermer neuf bureaux de ServiceOntario dans les communautés de l'Ontario.

Le 3 juin, le gouvernement a discrètement annoncé qu'il allait « prendre plus de temps et faire un examen plus approfondi » de sa décision de fermer les bureaux, qui sont tous publiquement gérés et exploités.

« Je pense que les gens sous-estiment le pouvoir qu'ils exercent quand ils unissent leurs forces et repoussent, » a déclaré Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO). « Les résidents dans neuf communautés diverses ont identifié le besoin de maintenir un service public vital – et a obligé le gouvernement de continuer à l’offrir aux contribuables. »

Il y a à peine un mois, le 4 mai, la province avait annoncé qu'il allait fermer les bureaux de ServiceOntario à Guelph, Mississauga et Milton, Minden, Terrace Bay, Embrun, Morrisburg, Blind River et Kemptville, l’un après l’autre, au plus tard en février 2017.

Le SEFPO s’est immédiatement joint à une campagne communautaire pour sauver les bureaux, qui comprenait des pétitions, résolutions des conseils, lettres, brochures et grands rassemblements.  Thomas croit que le gouvernement a beaucoup entendu d’un grand nombre de citoyens en colère – est obligé de reporter sa décision.

« Les résidents, en particulier les personnes âgées, me disent qu'ils sont inquiets de ne pas pouvoir obtenir leur carte de santé ou permis de conduire, » a déclaré Thomas.  « Les propriétaires d'entreprise disent qu'ils dépendent de la présence d'un bureau de ServiceOntario à proximité.  Les gens sont préoccupés par l'impact sur la vie et l'identité de leur communauté.

« C’est grâce à la résistance des citoyens que nous avons pu mettre les freins au plan des libéraux de fermer ces bureaux de ServiceOntario.  Ils se sont levés pour crier fort : « C’est un bien public.  Il nous appartient !  On ne doit ni l’enlever, ni le vendre, ni le privatiser ! »

Bien que les gens aient gagné cette fois-ci, Thomas a averti que la lutte n'est pas encore terminée.

« Il est essentiel que les gens maintiennent la pression sur le gouvernement pour garder les bureaux ouverts et au service des personnes dans leurs propres communautés.  Nous devons continuer à résister les tentatives de privatisation du gouvernement.  Nous devons faire comprendre à ce gouvernement la valeur que les gens accordent à d'excellents services publics. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931