Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO, qui représente les employés de la LCBO, demande le gel du plan d'élargissement de la vente de bière aux épiceries

fighting-privatization-fr-campaign-button-265x150.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

TORONTO – Le SEFPO, qui représente les employés de la Régie des alcools de l'Ontario, demande au gouvernement Wynne d'abandonner la mise en œuvre de son plan qui autoriserait jusqu'à 450 épiceries à vendre de la bière.

« On assiste au plus important élargissement du marché de détail de l'alcool dans l'histoire de l'Ontario sans études préalables et sans consultations appropriées », a déclaré Denise Davis, présidente de la Division des employés de la Régie des alcools du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario. « Le gouvernement n'a pas pris la peine de consulter quiconque ayant une réelle expertise dans les politiques publiques en matière d'alcool. »

Nous l'avons fait, a-t-elle ajouté. « L'élargissement de la vente de bière aux épiceries doit être mis en suspens jusqu'à ce que gouvernement tienne une discussion ouverte et transparente sur les politiques publiques en matière d'alcool. »

Denise Davis a fait ces observations, jeudi, aux audiences du comité législatif dans le cadre du projet de loi sur le budget provincial.

« L'alcool n'est pas un produit de consommation parmi tant d'autres », a ajouté le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « C'est une substance contrôlée, et pour de bonnes raisons. Notre système de vente au détail d'alcool constitue un bon compromis entre les dangers d'un marché non réglementé et l'absurdité de la prohibition. C'est un système qui marche. »

Les recherches montrent qu'une augmentation importante du nombre de points de vente autorisés à vendre de l'alcool se traduit par une hausse significative de la consommation d'alcool et des problèmes sociaux qui en découlent. L'alcool est directement associé à de nombreux problèmes de santé, à des actes de violence, à des accidents de la circulation, au syndrome d'alcoolisation fœtale, aux éclatements de famille et à la perte de productivité en milieu de travail.

« En élargissant le nombre d'établissements qui vendent de l'alcool et en traitant l'alcool comme un aliment plutôt que comme une drogue, la province encourage les Ontariennes et Ontariens à boire davantage, a conclu Davis. C'est toute la société qui en paiera le prix. »

Le SEFPO représente environ 7 000 employés de première ligne de la LCBO. En 2013-2014, les membres du SEFPO ont contesté le droit d’acheter de l’alcool à plus de 11,4 millions de personnes qui semblaient d’âge mineur ou en état d’ébriété et ont refusé de servir plus de 400 000 d’entre elles.

Lutte contre la privatisation

Visitez notre page de lutte contre la privatisation