Skip to content
pwc_opseu_french_banner.jpg

Le CPF demande la réintégration de l’intervenant en faveur des enfants

Dans une lettre au ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires, le Comité provincial des femmes (CPF) du SEFPO demande la réintégration de l’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario.

« Selon l’ancien intervenant en charge du portefeuille, Irwin Elman, son bureau représentait les enfants et les jeunes qui reçoivent des services de protection de l’enfance, les jeunes vivant avec une invalidité ou des problèmes de santé mentale et les jeunes qui ont des démêlés avec le système de justice, dont la plupart viennent de communautés marginalisées et autochtones », écrivait la présidente du CPF, Dianne Clarabut, au ministre Todd Smith.

« Nous vous demandons instamment de réintégrer l’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario pour assurer que nos enfants aient droit à l’avenir qu’ils méritent. »

Voici le texte intégral de la lettre du CPF :

Le 12 mars 2020

Hon. Todd Smith
Ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires
Édifice Hepburn, 6e étage
80, rue Grosvenor
Toronto (Ontario)  M7A 1E9
todd.smithco@pc.ola.org, ministermccss@ontario.ca

Monsieur le ministre,

Le Comité provincial des femmes du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO), et ses membres vous invitent à reconsidérer votre décision de démanteler le Bureau de l’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario.

Le Bureau de l’intervenant en faveur des enfants était un organisme indépendant avec un mandat spécifique, servant de porte-parole et de représentant aux enfants et aux jeunes les plus vulnérables et marginalisés.  La décision de démanteler ce service a laissé croire que l’austérité et les coupures étaient plus importantes pour votre gouvernement que le bien-être des jeunes de l’Ontario.

Selon l’ancien intervenant en charge du portefeuille, Irwin Elman, son bureau représentait les enfants et les jeunes qui reçoivent des services de protection de l’enfance, les jeunes vivant avec une invalidité ou des problèmes de santé mentale et les jeunes qui ont des démêlés avec le système de justice, dont la plupart viennent de communautés marginalisées et autochtones.

Bien que le gouvernement Ford ait promis de continuer de soutenir les enfants de l’Ontario par l’entremise du bureau de l’ombudsman, on ne cesse d’observer des coupures au niveau de services qui sont essentiels pour un si grand nombre  de familles et de jeunes en Ontario.  Nos communautés méritent et exigent une action immédiate et positive.

Nous sommes d’avis que pour que les jeunes Ontariens puissent prospérer, ils doivent être une priorité pour votre gouvernement, devant le genre de mesures d’austérité et de coupures que nous avons pu observer.

Nous vous demandons instamment de réintégrer l’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario pour assurer que nos enfants aient droit à l’avenir qu’ils méritent.

Dianne Clarabut
Présidente, Comité provincial des femmes du SEFPO