Skip to content

Rassemblement et sondage montrent un soutien solide à l'égard des services publics

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas speaks with reporters during a We Own It rally in Toronto.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Pour montrer que plus de deux tiers des Ontariens veulent de solides services publics, une foule enthousiaste de partisans des services publics s’est réunie devant les locaux d’une importante conférence sur la privatisation, au centre-ville de Toronto, lundi 6 novembre dernier.

woi_p3_rally_nov_2017-34a.jpg

« Plus de 42 000 Ontariens ont rejoints la campagne Ça nous appartient pour garder nos services publics publics », a dit le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, à l’occasion du rassemblement de l’heure du dîner. « Et nous ne sommes pas les seuls. Une nouvelle étude de la firme Nanos révèle que deux tiers des Ontariens veulent des services publics, pas des services privatisés.

« Nous voulons que chaque personne à cette conférence nous entendent clairement : L’Ontario n’est pas à vendre, parce que Ça nous appartient. »

Monsieur Thomas et la campagne Ça nous appartient ont été rejoints par un certain nombre d’autres groupes communautaires et syndicats, dont les TTC Riders, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), le Conseil des Canadiens, le Conseil des travailleuses et travailleurs de l’aéroport de Toronto et les Raging Grannies.

Jessica Bell, des TTC Riders, a déclaré que son groupe était engagé à lutter contre la privatisation du système des transports en commun. 

« Lorsque de grosses entreprises s'emparent des transports en commun, elles font du mal aux utilisateurs en augmentant les tarifs », a-t-elle dit. « Lorsque les grosses entreprises s’emparent des transports en commun, elles font du mal aux utilisateurs en coupant sur les routes, nous laissant avec encore de plus longs déplacements quotidiens.

« C'est pourquoi nous disons non aux transports en commun privés. »

woi_p3_rally_nov_2017-36.jpg

Le président du SCFP, Fred Hahn, nous a assuré de la solidarité de ses membres dans toute la province.

« Je suis fier de dire que nous appuyons le SEFPO, nous appuyons la campagne Ça nous appartient », a dit Monsieur Hahn. « Nous appuyons les étudiants et les travailleurs postaux et les membres du SUT, ainsi que tous ceux et toutes celles qui cherchent à mettre fin à la privatisation une fois pour toutes. »

Rosario Marchese, président de la campagne Hydro One Pas à vendre!, a dit à la foule qu’en restant unis, nous pourrions mettre fin à la privatisation.

« Si vos tarifs d’électricité vous font grimper les murs, alors il est temps de mettre fin à la privatisation de l’électricité », a déclaré Monsieur Marchese. Si nous ne rachetons pas notre électricité, nos tarifs ne vont pas s’arrêter d’augmenter. »

Les Raging Grannies ont égayé le rassemblement avec de la musique, mettant de nouvelles paroles sur la privatisation des soins de santé à la chanson Solidarity Forever: « Get sick, you’ll make somebody richer / Get sick you’ll make somebody richer » (Tombez malade pour enrichir quelqu’un / Tombez maladie pour enrichir quelqu’un), ont-elles chanté. « Get sick you’ll make somebody richer / It’s for-profit health care now » (Tombez malade pour enrichir quelqu’un / Les soins de santé sont désormais à but lucratif).

Monsieur Thomas a remercié toutes les personnes qui ont assisté au rassemblement.

« Je suis heureux de voir tant d’autres groupes et syndicats aujourd’hui avec nous. Nous sommes engagés à l’égard des services publics; ils sont pour les gens, pas pour le profit, et nous travaillerons avec quiconque veut les garder publics », a-t-il encore dit.

« Grâce à vous et à la campagne Ça nous appartient, de plus en plus de gens réalisent qu’avec la privatisation, on paie plus pour moins », a-t-il ajouté.