Communiqués bannière

Manifestation contre les mises à pied aux Services à l’enfance et à la famille du Comté de Renfrew

Pembroke – Le 26 mai dernier, une foule de résidents et de défenseurs concernés du Comté de Renfrew s’est jointe à l’OPSEU/SEFPO et aux représentants du conseil du travail local pour protester contre la mise à pied par les Services à l’enfance et à la famille du Comté de Renfrew de 14 intervenants de première ligne en protection de l’enfance.

Le syndicat a immédiatement dénoncé cette mesure, la qualifiant d’imprudente et de menace pour le bien-être des enfants, des jeunes, des adultes et des familles.

« Vu la complexité de notre travail et le fait que nous manquons déjà de personnel, notre charge de dossiers est à peine soutenable », a déclaré Nicole Dennison, présidente de la section locale 459. « Entre temps, le fait que nous comptions 31 gestionnaires pour 112 membres du syndicat n’est rien de moins qu’inquiétant. L’employeur ne veut même pas parler d’une éventuelle réduction du personnel de gestion. »

« Ils savent depuis octobre dernier qu’il y aurait un déficit budgétaire, mais ils ont laissé aller les choses pendant des mois, et maintenant ils coupent dans le personnel de première ligne », a-t-elle ajouté. « C’est la pire des choses qu’ils puissent faire. Des enfants vont inévitablement passer à travers les mailles du filet. »

Les Services à l’enfance et à la famille comptent actuellement 112 employées et employés de première ligne syndiqués, tant dans le secteur de la protection de l’enfance que des services aux personnes atteintes d’un handicap de développement, pour servir un grand nombre de familles qui connaissent des niveaux de marginalisation sociale variés dans la région.

« Cette décision causera des torts inadmissibles pour certains des résidents les plus vulnérables à Renfrew », a déclaré JP Hornick, présidente de l’OPSEU/SEFPO. « Nos membres dévoués et empathiques sont déjà submergés de travail. Il n’est tout simplement pas possible pour le personnel restant d’ajouter ce fardeau supplémentaire à leur charge de travail. »

« La ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires doit immédiatement intervenir pour remédier à la situation. »

La première vice-présidente/trésorière de l’OPSEU/SEFPO, Laurie Nancekivell, qui appartient également à ce secteur, a fait remarquer que, du point de vue économie des coûts, les mises à pied témoignent d’un point de vue étroit et sont contre-productives.

« Étude après étude, on ne cesse de démontrer de façon concluante qu’en faisant des coupures dans les services sociaux, on parvient à économiser un peu d’argent au début, mais que les coûts, sous forme de pauvreté, soins de santé et criminalité, augmentent de manière considérable par la suite.

« De plus, on ne sait pas pourquoi les placards sont vides », a lancé Mme Nancekivell. « Et les gens du Comté de Renfrew méritent de le savoir. »

Pour plus d’information : Kiera Chion, superviseure par intérim, OPSEUCommunications@opseu.org