SEFPO En Solidarite

La réunion sur le leadership de la Région 1 axée sur la santé mentale remporte un succès cérébral

en Solidarite
Facebook
Twitter
Email

Par Craig Hadley, comité enSolidarité

Les membres de l’OPSEU/SEFPO de la Région 1 ont tenu à Windsor une réunion sur le leadership  axée sur les militantes et militants et mettant l’accent sur la santé mentale, le mieux-être, les initiatives d’équité et le renforcement des capacités sections locales.

Après la Reconnaissance du territoire et l’Énoncé de respect, la journée a pris un départ passionnant lorsque la présidente de l’OPSEU/SEFPO, JP Hornick, s’est adressée à plus de 70 participantes et participants composés de présidentes et présidents de section locale, de déléguées et délégués syndicaux et de nouveaux activistes.

Mme Hornick a parlé de l’importance de maintenir une bonne santé mentale dans tous les aspects de la vie, y compris le travail syndical. Elle a remercié la foule d’investir dans son syndicat et dans leur avenir en étant présente et en reconnaissant que lorsqu’il s’agit de notre travail, nous devons nous occuper de nous-mêmes pour pouvoir prendre soin des autres.

La première vice-présidente/trésorière, Laurie Nancekivell, a remercié tout le monde d’avoir donné la priorité à leur santé mentale et d’avoir pris le temps de participer à l’événement. Des remerciements particuliers ont été adressés à la vice-présidente régionale Jennifer Van Zetten et au MCE de la Région 1

Geoff Cain d’avoir organisé ce nouvel événement innovant. Mme Nancekivell a parlé de la partie organisatrice de la journée, soulignant que nous sommes les travailleuses et travailleurs de cette province et que nous sommes plus forts ensemble.

Interrogée sur ce qui a inspiré le thème de l’événement, Mme Van Zetten a déclaré : « Le maintien d’une bonne santé mentale est souvent négligé dans la société et dans les événements éducatifs syndicaux. En tant que dirigeants régionaux, Geoff et moi, nous voulions nous assurer que nos militantes et militants disposent d’outils pour gérer au mieux les facteurs de stress de la vie quotidienne, y compris la vie syndicale. »

L’éducatrice en santé mentale Tammy Whelen a fait une présentation percutante sur la priorité accordée à notre propre santé mentale dans notre vie quotidienne de travail et d’activisme syndical. Mme Whelen a révélé que notre corps nous parle constamment et que nous devons l’écouter. Elle a partagé que tout au long de la vingtaine, elle était toujours fatiguée et a éprouvé des douleurs de corps intenses, accompagnées d’une multitude de problèmes de santé.

Après plusieurs années de souffrance et des dizaines de consultations médicales qui n’ont fourni aucune réponse, sa frustration a atteint un sommet lorsque nombre de médecins lui ont dit qu’elle avait l’air en bonne santé et qu’elle devait aimer consulter des médecins si souvent. Des tests ont finalement confirmé ce que son corps lui disait : elle avait un cancer accompagné de plusieurs tumeurs sur sa colonne vertébrale. Mme Whelen a depuis fait un plein rétablissement et a consacré sa vie à l’enseignement et à la sensibilisation sur des sujets de santé mentale, y compris l’écoute de son corps.

Après un délicieux déjeuner préparé par le programme culinaire du Collège St. Clair, le président de la Coalition des travailleurs racialisés, Peter Thompson, et la présidente du Comité provincial des jeunes travailleurs, Taylor McIntosh, ont ouvert la programmation de l’après-midi avec un bref historique du projet de cartographie sociale.

  1. Thompson et Mme McIntosh ont ensuite fait le point sur la modification constitutionnelle proposée au Congrès 2023 qui ajouterait sept membres du Conseil exécutif – membres qui s’identifient comme issus de communautés visées par l’équité Ils ont déclaré que l’OPSEU/SEFPO était en retard sur les initiatives d’équité tant au sein du gouvernement que dans d’autres syndicats. « Cette initiative est en cours depuis longtemps et, pour simplifier cette démarche, ce vote, s’il est adopté, fournira une plate-forme qui donnera une voix aux personnes appartenant à des groupes méritant l’équité », a déclaré Mme McIntosh.

Les deux dernières présentations de l’après-midi ont porté sur l’aide aux dirigeantes et dirigeants des sections locales à mieux gérer et à accroître le nombre de membres militants. La première était axée sur un nouveau modèle d’organisation qui adopte une nouvelle approche pour renforcer les capacités locales et qui utilise de nombreuses techniques et enseignements éprouvés de l’organisatrice syndicale et auteure Jane McAlevey.

La deuxième présentation de l’après-midi fut animée par les membres du personnel de soutien du Collège Lambton, Shelly Gartshore et Carrie Caldwell de la section locale 124. Mmes Gartshore et Caldwell ont raconté une histoire de leur section locale composite qui n’était pas aussi efficace qu’elle aurait pu être. Elles ont noté que 65 % des membres de la section locale étaient nouveaux et ne s’y impliquaient pas, ce qui a affaibli la capacité du Comité exécutif local.

La section locale a mis en œuvre une série de meilleures pratiques pour s’organiser et faire participer ses membres. Elle a supprimé toute duplication des tâches au sein du CEL et a mis en œuvre le suivi de l’adhésion pour découvrir qui étaient leurs membres. Une fois que la section locale avait une liste, elle a adopté des stratégies d’engagement des membres à l’aide d’une méthodologie de campagne d’organisation interne. Depuis le changement, l’implication de la région a augmenté de façon exponentielle.

 

Related News