Skip to content
equity_opseu_french_banner.jpg

La Conférence sur l’équité de la Région 3 humanise « Les nombreux visages de la santé mentale »

Region 3 equity conference logo/image multicoloured outlines of heads
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Compte rendu de la conférence

Les questions de santé mentale étaient au centre de la Conférence 2019 sur l’équité de la Région 3.  Le thème de la conférence, « Les nombreux visages de la santé mentale », reconnaissait le fait que la santé mentale concerne un grand nombre de personnes dans le milieu de travail, le syndicat et les communautés de l’Ontario. 

Les organisateurs de la conférence, qui s’est tenue du 13 au 15 septembre 2019, avaient travaillé d’arrache-pied pour créer un espace permettant de parler ouvertement et sincèrement des questions de santé mentale. 

La conférence mettait l’accent sur les buts et objectifs suivants :

  • comprendre les signes cachés ou visibles de la santé mentale
  • lutter contre la stigmatisation et encourager les gens à parler des problèmes de santé mentale
  • examiner les problèmes d’accessibilité qui empêchent les gens d’avoir accès à des services essentiels
  • approfondir le rôle central que les syndicats peuvent jouer pour lutter contre la stigmatisation

« Les coupes dans les services de santé mentale nous montrent que la santé mentale n’est même pas une priorité pour ce gouvernement. Mais en tant que syndicat, nous devons faire en sorte que la santé mentale soit une priorité », a déclaré Sara Labelle, vice-présidente de la Région 3 du SEFPO.  Le gouvernement Ford a réduit le financement de la santé mentale de 2,1 milliards de dollars sur quatre ans à 1,9 milliard de dollars sur 10 ans. 

« Ces réductions auront une incidence encore plus considérable sur les communautés autochtones et racialisées qui ont déjà du mal à obtenir les soutiens nécessaires », a ajouté Sara Labelle.

Plusieurs membres du SEFPO, qui ont des connaissances et de l’expertise dans le domaine de la santé mentale, ont dirigé les discussions et les séances de perfectionnement des compétences qui étaient au programme du samedi. 

  • Cristine Rego, membre de la section locale 352 du SEFPO, travaille principalement dans le domaine de la justice sociale et des traumatismes, y compris les traumatismes intergénérationnels. 
  • Dre Zoe Hilton est psychologue et déléguée syndicale à la section locale 329 du SEFPO, au Centre de soins de santé mentale Waypoint.  Elle occupe actuellement le poste de scientifique chercheure principale et a fait des recherches sur l’état de stress post-traumatique (ÉSPT) et d’autres troubles mentaux qui touchent à la violence et aux facteurs de stress chronique en milieu de travail.  
  • Mary Bloomfield est infirmière à Ontario Shores et vice-présidente de la section locale 331 du SEFPO.  Elle se bat sans relâche pour combattre la stigmatisation envers les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. 

 « Nous voulions mettre en valeur les connaissances et l’expérience hors du commun de nos consœurs et confrères du SEFPO qui travaillent dans les services de santé mentale », a expliqué Bonnie Eddy, organisatrice de la conférence et représentante de la Région 3 du SEFPO au Comité provincial des femmes (CPF).  « Dès le départ, nous avons voulu faire en sorte que les participants à la conférence puissent bénéficier de l’expertise de leurs pairs. » 

Le dimanche matin, les participants ont élaboré un plan d’action concret qu’ils ont emporté avec eux.  Un consensus s’est dégagé sur le fait que chaque personne, en tant que membre de la même communauté, doit jouer un rôle actif pour parler de la santé mentale et démystifier les nombreuses idées fausses.  La discussion, qui a été fructueuse, a encouragé les participants à remettre en cause le système et sa façon de traiter les personnes qui vivent avec ces problèmes au quotidien, notamment dans les communautés autochtones et racialisées.      

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a félicité les participants pour le succès de la conférence et remercié Sara Labelle, ainsi que Joel Usher et Janel Perron, tous deux membres du Conseil exécutif du SEFPO, pour leur appui et participation.

« Les problèmes de santé mentale sont au nombre des défis les plus importants dans les milieux de travail en Ontario », a déclaré Smokey Thomas.  « Notre syndicat joue un rôle de chef de file pour souligner l’importance de sensibiliser les gens en Ontario et pour organiser des discussions comme dans le cadre de cette conférence, qui fait partie de nos efforts visant à mettre les questions de santé mentale sur “l’écran radar” des employeurs, du gouvernement et des Ontariens. »