Skip to content
news_press_releases_french.jpg

L’abrogation de la Loi 148 : une « course vers l'abîme », selon le président Thomas

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, fustige le gouvernement de l’Ontario pour le dépôt de la Loi de 2018 pour un Ontario ouvert aux affaires, qui abrogera un grand nombre de protections des travailleurs qui étaient incluses dans la Loi 148. Le président Thomas considère que le dépôt de ce projet de loi est une implacable « course vers l’abîme ».

Télécharger le communiqué en pdf

« Doug Ford étend son règne en s’attaquant brutalement à tous les travailleurs de l’Ontario », a déclaré le président Thomas. « Aucun gens d’affaires prospère ne nierait jamais le fait que les travailleurs constituent le fondement même de la réussite de tout commerce ou entreprise. Pour ce gouvernement, les travailleurs ne représentent rien de plus que de la “paperasserie” et qu’un “fardeau réglementaire”. »

En novembre 2017, le précédent gouvernement avait introduit des réformes aux normes du travail en adoptant le projet de loi 148. Parmi diverses protections, le projet de loi garantissait un salaire égal pour un travail égal, deux jours de congé de maladie payés et l’augmentation du salaire minimum, qui aurait atteint 15 $ l’heure le 1er janvier 2019.

Le premier ministre Ford avait dénoncé la Loi 148, affirmant qu’elle « détruisait les emplois ». Depuis la dernière augmentation du salaire minimum le 1er janvier dernier, l’Ontario connaît pourtant une vague de création d’emplois et a le plus faible taux de chômage depuis le début du siècle.

« C’est une gifle au visage de tous les travailleurs précaires, de nos travailleurs des collèges en particulier, qu’ils fassent partie du personnel scolaire ou du personnel de soutien. Cette annonce enhardit le Conseil des employeurs des collèges qui se voit autoriser à aller chercher des millions de dollars dans la poche des travailleurs des collèges de l’Ontario. »

« Doug Ford nous dit sans cesse qu’il agit pour créer de bons emplois en Ontario afin d’aider les familles à aller de l’avant, mais les mesures qu’il prend, pour s’attaquer aux travailleurs de l’Ontario et éliminer de bons emplois, en disent plus long que ses paroles. »

« Si la province est toujours prospère, c’est en dépit de toutes les mesures prises par Doug Ford, qui la précipitent dans l’abîme », a ajouté le président Thomas. « Tout ce qu’il touche se transforme en catastrophe, à l’instar de son échec cuisant pour vendre la bière à 1 $ et de sa stratégie désastreuse en matière de vente du cannabis. L’Ontario est ouvert aux affaires; il suffit de poser la question au crime organisé. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931