Skip to content
cas_opseu_french_banner.jpg

Annulez les coupures aux programmes de soins prénatals et postnatals, dit le SEFPO à la SAE

Societes d'aide a l'enfance
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les membres de la section locale 454 du SEFPO demandent à la Société d'aide à l'enfance (SAE) d’Ottawa d’annuler les coupures faites à ses programmes de soins prénatals et postnatals.

Mardi dernier, dans le cadre d’une conférence de presse, les membres ont parlé du rôle essentiel de l’équipe spécialisée de soins prénatals et postnatals.

20170530_100246.jpgDes membres du SEFPO demandent à la SAE d’Ottawa d’annuler les coupures aux programmes de soins prénatals et postnatals De gauche à droite: Pam Parent, section locale 464; Michele Thorn, présidente de la section locale 454; Chrisy Tremblay, membre du Conseil exécutif du SEFPO, région 4; et  Shaun Reid, président de la section locale 474. 

« Leur formation va bien au-delà de la formation de base sur la protection de l’enfance », a déclaré Chrisy Tremblay, membre du Conseil exécutif du SEFPO, région 4, qui a travaillé à la SAE d’Ottawa pendant plus de 18 ans. « Ils sont capables de reconnaître les signes précurseurs d’un retard de croissance, d’un manque de stimulation, d’une dépression pré et post-partum, de complications médicales et de santé fragile. »

Madame Tremblay a également fait remarquer que le programme de soins prénatals et postnatals était issu d’une recommandation spécifique qui avait suivi une enquête sur le décès tragique d’un petit garçon de 5 semaines à Toronto, Jordan Heikamp.

« La recommandation demandait d’augmenter les interactions en face à face avec les bébés et de développer un programme public de soins de santé prénatals et postnatals qui permettrait de contrôler les visites à domicile obligatoires pour les dossiers à risque élevé », a-t-elle ajouté. « Vingt ans plus tard, ces deux recommandations se trouvent face à de larges coupures.

{“fid”:”32533″,”view_mode”:”default”,”fields”:{“format”:”default”,”filename_field[en][0][value]”:”OPSEU members demand reversal of cuts to Ottawa CAS pre/post natal programming”},”type”:”media”,”attributes”:{“alt”:”OPSEU members demand reversal of cuts to Ottawa CAS pre/post natal programming”,”class”:”img-responsive media-element file-default”}}Faits saillants de la conférence de presse du 30 juin, à Ottawa

« Le ministère prétend accorder la priorité aux enfants; pourtant, on dissout aujourd’hui des ressources et des services qui étaient en place pour aider les travailleurs à le faire! »

Les Sociétés d'aide à l'enfance de la province ont fait face à des années de compressions. La SAE d’Ottawa est aujourd’hui dotée de deux préposées aux services de soutien à la famille, alors qu’elle en comptait 18 au début des années 2000.

« Les bébés ne peuvent pas s’exprimer », a déclaré Michele Thorn, présidente de la section locale 454 du SEFPO, qui représente les travailleurs de la SAE d’Ottawa. « Ils ne peuvent nous dire qu’ils ne mangent rien, qu’ils pleurent depuis des heures, qu’ils sont dans une couche sale depuis des heures, que leurs parents se battent ou encore que leur maman est enfermée dans sa chambre pendant des heures à pleurer. »

Les membres du SEFPO demandent à la directrice générale de la SAE d’Ottawa, Barbara Mckinnon, d’annuler immédiatement ces coupures.

« Nous ne reculerons pas », a affirmé Madame Tremblay.

Des membres de la section locale 464 du SEFPO (Hôpital d’Ottawa) et de la section locale 474 (Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario) étaient également présents à la conférence de presse pour soutenir les membres de la section locale 454.