Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les libéraux appliquent la théorie de « Robin des bois à l’envers » en volant la population pour donner à leurs riches amis

Toronto – Avec les sondages qui indiquent que les jours du gouvernement libéral sont comptés, Kathleen Wynne semble vouloir utiliser le peu de temps qu’il lui reste pour payer ses dettes aux initiés fortunés qui ont financé les libéraux au cours de la dernière décennie, déclare le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO).

La nouvelle d'aujourd'hui qui autorise 76 autres épiceries à vendre de la bière, du vin et du cidre tombe seulement un jour après l'annonce de la vente d'une autre tranche de 20 pour cent des actions d'Hydro One. En regardant ces deux annonces, on peut voir qu’une tendance claire se dessine, a affirmé le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

« Les Libéraux sentent que c’est sans espoir au même titre que leurs amis fortunés qui les ont soutenus au fil des ans », a déclaré le président Thomas. « À présent, ces initiés fortunés réclament ce que les libéraux leur doivent et les libéraux les payent avec des biens provinciaux qui appartiennent à tous les Ontariens. »

« Qu'il s'agisse d'Hydro One, dont la vente coûtera 500 millions de dollars aux Ontariens en perte annuelle de revenus ou de la LCBO, qui a versé, l'année dernière, plus de 2,4 milliards de dollars de revenus à la province qui ont servi à financer les services publics, les Ontariens sont, en définitive, les grands perdants. »

« Les libéraux appliquent la théorie de Robin des bois à l’envers en volant la population pour remplir les poches de leurs amis fortunés. »

La présidente de l'équipe de négociation du SEFPO, qui représente les travailleurs de la LCBO, a déclaré que l’annonce de cette nouvelle expansion de la vente d'alcool, qui tombe au moment où la LCBO et ses travailleurs sont à la table de négociation, brise la confiance à l’endroit de l’engagement de la direction à parvenir à un accord négocié.

« L'un des enjeux les plus importants auxquels sont confrontés les travailleurs est le risque de perdre ce bien public à cause d’une privatisation au coup par coup », a déclaré Denise Davis. « Depuis le début, nous avons été clairs à ce sujet. Pourtant, au moment même où nous discutons de cette question à la table de négociation, le gouvernement va de l'avant et poursuit sa privatisation. »

« Les actes en disent plus longs que les mots. Avec tout ça, comment pouvons-nous faire confiance à tout ce que nous dit la LCBO à la table? »

Renseignements :Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; Denise Davis, 905-767-6867