Skip to content
SEFPO Coalition des traveailleurs racialises

Solidarité et espoir : Le SEFPO renouvelle son engagement à mettre un terme au racisme anti-Noirs

Anti-Black racism town hall panelists
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Plusieurs milliers de membres et d’employés du SEFPO ont participé aux télétribunes du syndicat sur le racisme anti-Noirs, le 7 juillet dernier, pour faire un pas déterminant vers une véritable égalité en milieu de travail et au sein du syndicat.

« Le racisme systémique est réel. Il est mortel. Et cela doit cesser », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, au début de la télétribune. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons l’éliminer. En travaillant ensemble, nous pouvons contribuer à bâtir de nouvelles fondations pour engendrer une nouvelle manière de penser et d’agir. »

Ces télébribunes, qui n’étaient qu’une partie de l’engagement ferme du SEFPO à combattre le racisme anti-Noirs, ont permis aux membres et au personnel d’avoir la possibilité de partager leurs histoires, questions et préoccupations. On encourage les membres et le personnel à continuer de soumettre leurs histoires et recommandations par courriel à : antiblackracism@opseu.org.

Organisées en deux séances pour tenir compte des horaires des membres, les télétribunes étaient animées par Farley Flex, personnalité et militant bien connu de la lutte contre le racisme anti-Noirs. Il était entouré d’un panel composé de membres noirs du SEFPO et d’employés noirs du SEFPO, du président Thomas et du premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida.

« Ma vie n’a pas toujours été facile et j’ai dû surmonter de nombreux obstacles, mais je n’ai jamais eu à surmonter le racisme systémique auquel sont confrontés les Noirs », a déclaré Eddy Almeida. « Je l’ai vu de mes yeux. Je suis agent des services correctionnels et je peux vous dire que les Noirs et les Autochtones sont surreprésentés dans nos prisons. »

Le président Thomas et le premier vice-président/trésorier Almeida ont conclu les télétribunes en prenant l’engagement fort de lire toutes les questions et tous les commentaires des membres et du personnel et de rendre compte bientôt avec des plans d’action concrets, y compris par plus d’éducation et d’investissement.

« Aujourd’hui marque le renouvellement de l’engagement du SEFPO à éradiquer le racisme anti-Noirs. Nous savons que nous n’avons pas toujours eu la bonne réponse, mais nous vous entendons », a déclaré Smokey Thomas. « Nous vous promettons que nous ne laisserons jamais tomber. On peut dire une chose sur notre syndicat : nous n’abandonnons jamais. »

Le président Thomas, le premier vice-président/trésorier Almeida, les panélistes, ainsi que les membres et le personnel du SEFPO qui ont posé des questions ont indiqué clairement qu’il reste encore beaucoup à faire pour éliminer le racisme anti-Noirs sur les lieux de travail où le SEFPO représente les membres et dans le syndicat lui-même.

En tant que syndicat fermement attaché à la justice sociale, les membres du SEFPO ont souvent été à l’avant-poste de la lutte contre le racisme systémique. L’ancien président du SEFPO, Fred Upshaw a été le premier Noir à diriger un important syndicat au Canada lorsqu’il a été élu en 1990.

Le panéliste Joscelyn Ross, agent de la santé et de la sécurité au SEFPO, a déclaré que tous les travailleurs peuvent poser un geste concret en considérant le racisme anti-Noirs comme une question de santé et de sécurité : documentez-les faits et déposez un grief.

« Je vous encourage à en parler à votre représentant de la santé et de la sécurité afin de considérer le racisme et les micro agressions en milieu de travail comme des gestes qui peuvent entraîner un stress psychosocial », a déclaré Joscelyn Ross, qui a été membre du SEFPO pendant plus de 20 ans avant de se joindre au personnel du syndicat en 2016. « Lorsque vous pouvez démontrer à l’employeur que les employés sont confrontés à un stress dû à la discrimination en milieu de travail, vous pouvez alors dire : “Voici nos preuves et nous devons en parler parce que vous avez l’obligation de fournir le milieu de travail le plus sûr possible.” »

Nombre des commentaires et des questions des membres ont porté sur ce que peut faire le SEFPO pour soutenir ses membres – en particulier les jeunes travailleurs – qui ont peur de parler de discrimination sur le lieu de travail, qu’elle soit fondée sur l’absence de promotions ou sur du harcèlement pur et simple.

« Je sais ce que c’est d’être une jeune travailleuse et de rester silencieuse. Mais si quelque chose vous semble condamnable c’est probablement le cas. Faites confiance à votre instinct. Ce n’est pas le moment de rester silencieux », a déclaré la panéliste Shauna-Kay Cassell, membre de la section locale 526. Et rappelez-vous qu’il y a beaucoup de choses qui vous protègent, des lois comme la Loi sur les droits de la personne, mais aussi votre convention collective et votre syndicat. Toutes ces choses sont là pour vous protéger. »

La panéliste Carlotta Ewing, membre de la section locale 222, a ajouté que les membres qui sont victimes de racisme ou en sont témoins peuvent toujours communiquer avec leur président de section locale ou délégué du personnel pour obtenir de l’aide, des recommandations et des conseils.

« Au SEFPO, il y a beaucoup de ressources et d’expertise pour vous aider », a déclaré Mme Ewing. « Les unités de l’équité, des communications, des campagnes, des services juridiques, des griefs. Ce syndicat dispose de nombreuses ressources pour vous soutenir. Et c’est votre syndicat, utilisez-le. »

Le panéliste Peter Thompson, président de la Coalition des travailleurs racialisés (CoTR) du SEFPO, a déclaré que depuis qu’il est membre du SEFPO, le syndicat est à l’avant-garde de la lutte contre le racisme, qu’il s’agisse de sensibiliser les membres et le personnel ou de lancer des projets ambitieux comme la cartographie sociale.

« Je vois toutes sortes de sociétés et d’organisations qui font aujourd’hui des déclarations contre le racisme, mais je suis fier de dire que le SEFPO et la Coalition des travailleurs racialisés font ces déclarations et lutte contre le racisme depuis des années », a déclaré M. Thompson. « Si vous voulez en savoir plus sur les actions du syndicat et de la CoTR, communiquez avec vos présidents de section locale – plus ils partagent ces informations, mieux c’est ».

Le panéliste Evan Wickham, membre du Comité provincial des jeunes travailleurs (CPJT) du SEFPO, a fait écho aux déclarations de Peter Thompson, en ajoutant que les sections locales du SEFPO sont, à bien des égards, en première ligne de cette lutte.

« Le meurtre de George Floyd a mis en colère un grand nombre d’entre nous et nous a donné l’occasion de nous faire entendre », a déclaré Evan Wickham. Le SEFPO est un syndicat axé sur ses membres. En tant que membres, nous avons accès à beaucoup de soutien, alors faisons un autre pas en avant et continuons à exprimer nos préoccupations et à déposer nos griefs. C’est ainsi que nous pouvons tirer le meilleur parti de cette opportunité. »

En plus des sections locales et de la CoTR, l’Unité de l’équité du SEFPO est une autre source d’information et de soutien pour les membres.

« Nous ne vous laisserons jamais seul dans votre lutte contre le racisme », a déclaré la panéliste Andrea McCormack, déléguée du personnel de longue date du SEFPO, qui est réaffectée temporairement à un rôle de chef de file de l’équité en matière d’emploi au sein de l’Unité de l’équité. « Ce n’est que la première conversation d’une série de plusieurs qui seront organisées par le SEFPO. Assurez-vous d’en faire partie parce que les dirigeants du syndicat apportent un appui indéfectible. Le SEFPO s’engage à faire résonner nos voix ».

Monsieur Flex a conclu la télétribune en demandant une dernière réflexion aux panélistes. Elles sont toutes très émouvantes (vous pouvez les trouver ici sur Twitter), mais celle de Shauna-Kay Cassel les résume toutes magnifiquement :

« Je terminerai par quatre observations », a déclaré Mme Cassel. « Un : parlez, surtout si vous êtes un jeune travailleur. Deux : connaissez vos droits, vous en avez beaucoup. Trois : trouvez un champion, il y en a beaucoup au SEFPO. Quatre, et c’est peut-être le plus important : soyez optimiste. Le changement est inévitable, mais il nous appartient d’accélérer les progrès. Et je suis convaincue que nous pouvons les accélérer. »

Ressources et commentaires sur la lutte contre le racisme anti-Noirs

On encourage les membres et le personnel à continuer de soumettre leurs histoires et recommandations par courriel à : antiblackracism@opseu.org.

Pour plus d’informations sur les ressources et les soutiens du SEFPO en matière de lutte contre la discrimination, suivez ces liens. Vous trouverez les coordonnées au bas de chaque page :

L’Unité de l’équité du SEFPO

Coalition des travailleurs racialisés du SEFPO

Comité provincial des droits de la personne du SEFPO

Projet de cartographie sociale du SEFPO

Cercle des Autochtones du SEFPO

Caucus des personnes handicapées du SEFPO

Comité provincial des francophones du SEFPO

Comité provincial des femmes du SEFPO

Rainbow Alliance arc-en-ciel du SEFPO