Skip to content

Défendons notre pays en ce Jour de la Terre

Jour de la terre
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le Jour de la Terre, que l’on célèbre depuis près de 50 ans, a toujours été une journée importante, mais il y a cette année un degré d’urgence bien plus grand que par le passé.

Nous sommes confrontés à une vague de politiciens conservateurs qui se soucient peu de la planète qu’ils vont laisser à leurs enfants et petits-enfants. Ils se préoccupent surtout de leurs propres intérêts et de remplir les poches de leurs amis fortunés.

Soit ils ne prennent pas suffisamment au sérieux les changements climatiques, soit ils pensent qu’il s’agit d’une tromperie. Et en considérant que la protection de nos espaces verts et espèces en voie de disparition est un obstacle à l’activité et au développement, ils nous conduisent tout droit vers un véritable désastre environnemental.

On se doute, sans risque de beaucoup se tromper, que le Jour de la Terre n’est pas une date que l’on célèbre ou marque en toute sincérité dans le petit monde de Doug Ford.

Mais nous savons que Doug Ford célèbre avec enthousiasme les résultats de l’élection en Alberta. Il se réjouit de l’élection de Jason Kenney, un autre allié conservateur, pour l’aider à combattre la taxe sur le carbone imposée par le gouvernement fédéral, qui vise à lutter contre les effets désastreux des changements climatiques. Mais il oublie toujours de mentionner que l’argent perçu par le biais de la taxe sur le carbone sera rendu aux Canadiens dans leurs déclarations d’impôt sur le revenu.

Au SEFPO, nous savons qu’un air pur, qu’une eau propre et que vivre en harmonie avec les autres espèces jouent un rôle primordial dans notre qualité de vie, aujourd’hui et demain. Nous savons de surcroît que protéger notre environnement est moins coûteux et meilleur pour l’économie et la productivité. Un air pur et une eau propre, c’est moins de travailleurs malades, moins de temps de travail perdu et moins de pression sur notre système de soins de santé.

Le gouvernement Ford dit qu’il est ouvert aux affaires, mais il n’est certainement pas ouvert à investir pour l’avenir de la planète. Doug Ford affirme qu’il gouverne « pour le peuple », mais gouverne-t-il vraiment « pour le peuple » quand il sape les protections de l’environnement et menace l’avenir des générations futures qui payeront le prix en fin de compte?

À l’occasion de ce Jour de la Terre, consolidons notre relation personnelle avec l’environnement et engageons-nous à le protéger – aujourd’hui et chaque jour de l’année.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas, président

Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier