Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Déclaration du président du SEFPO, Smokey Thomas, un an après la débâcle du Système automatisé de gestion de l’aide sociale

Voici la déclaration prononcée par Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat de la fonction publique de l'Ontario :

Aujourd'hui, le 12 novembre, marque exactement un an après le lancement du Système de gestion de l'aide sociale (SAGAS).

Même quand il a été mis en service pour la première fois en novembre 2014, le SAGAS avait beaucoup de problèmes.  Ses inefficacités et ses erreurs en raison de sa mauvaise conception ont gravement sapé les efforts des travailleurs de première ligne pour fournir un service de haute qualité aux bénéficiaires de l'aide sociale.  De nombreux bénéficiaires n’ont pas reçu leurs chèques mensuels et certains n’ont rien reçu du tout.

Les problèmes techniques avec le SAGAS ont été bien documentés dans les médias.  Le gouvernement a dépensé des millions et des millions de dollars en essayant de rendre le système fonctionnel.  Malgré le reportage médiatique réduit dans les 4 ou 5 derniers mois, le SAGAS continue d'être une source majeure de frustration pour les travailleurs et les bénéficiaires de l'aide sociale.  Les membres du SEFPO signalent régulièrement des défauts et des pannes.

Je tiens à remercier tous les membres du SEFPO qui travaillent dans le programme Ontario au travail, le Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées et le programme de l’aide aux enfants gravement malades.  Leurs efforts inlassables au cours de la dernière année pour naviguer ce système informatique défectueux et minimiser les dommages causés à leurs clients représentent des actes d'héroïsme sublimes.

Dans un récent rapport, le ministère des Services sociaux et communautaires a indiqué que le SAGAS a coûté au moins 300 millions de dollars jusqu’à ce jour.  La vérificatrice générale mène actuellement une vérification du SAGAS qui sera incluse dans son prochain rapport annuel.  Je soupçonne qu'elle va conclure que le SAGAS est encore un autre gâchis du secteur privé qui coûte plus et qui en rapporte moins.

Page d’accueil : Index du SAGAS