Communiqués bannière

Arrêtons immédiatement la privatisation absurde d’Hydro One!

OPSEU / SEFPO flag
Facebook
Twitter
Email

TORONTO – Le gouvernement libéral de Kathleen Wynne doit arrêter la privatisation absurde d’Hydro One pendant que la compagnie de distribution d’électricité est encore en un seul morceau, nous dit le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

« Le rapport publié aujourd’hui par Stephen LeClair, directeur de la responsabilité financière (DRF), reflète ce que nous avons toujours dit à propos de la privatisation d’Hydro One », a déclaré aujourd’hui le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Vendre des parts d’Hydro One ne permettra pas au gouvernement d’amasser de l'argent. Plutôt, une telle privatisation nous coûtera de l’argent. C’est aussi simple que ça! »

Dans son tout premier rapport, le DRF mentionne qu’à tous les points de vue, la province perdrait de l'argent en vendant des parts d’Hydro One, augmentant aussi la dette de la province. « Tandis que la perte des revenus d’Hydro One commence à excéder les avantages initiaux du gain avant impôts et du produit net de la vente, une seule chose peut se produire, et c’est l’augmentation de la dette », a-t-il dit. (Traduction libre)

« La première ministre Wynne justifie la privatisation d’Hydro One en disant qu’elle doit recueillir des fonds pour l'infrastructure publique pour ne pas augmenter la dette », ajoute le président du SEFPO. « Mais il est clair que la privatisation ajoutera à la dette publique tout en dépouillant les Ontariens d’une machine à sous stratégique. »

« J’en ai vu des gouvernements qui prenaient de mauvaises décisions dans ma vie, mais cette escroquerie les dépasse toutes. »

Le rapport de Monsieur LeClair fait écho au rapport de la vérificatrice générale Bonnie Lysyk, qui avait été publié en décembre 2014 », a ajouté Thomas. Dans son rapport, Madame Lysyk nous disait que les Ontariens avaient payé 8 milliards de dollars de trop après la privatisation par le gouvernement de la gestion et du financement de 74 projets d’infrastructure majeurs.

« La politique de transfert des richesses publiques au secteur privé en privatisant les biens publics définit clairement ce gouvernement libéral », a encore dit Thomas. « Ce que nous voyons ici avec Hydro One n’est rien de moins qu’un vol en cours. »

Le poste de directeur de la responsabilité financière avait été créé sur l’insistance du Nouveau Parti démocratique pendant les négociations du budget provincial 2013.

fighting-privatization-fr-campaign-button-265x150.jpg

Visitez notre page de lutte contre la privatisation

Related News