Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le compte à rebours a commencé pour les 140 préposés aux soins à domicile du comté de Renfrew

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

RENFREW – Un rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation émis récemment lance le compte à rebours vers une grève possible en septembre du personnel de Paramed Home Healthcare, dans le comté de Renfrew.

Quelque 140 professionnels et membres du personnel de soutien syndiqués fournissent des services de soins à domicile à travers le comté. Le rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation met les travailleurs en position de faire grève à compter du 2 septembre.
 
Paramed a déjà dit au personnel qu'il avait demandé au Centre d'accès aux soins communautaires Champlain de ne plus faire de renvois à l'organisme.
 
Paramed s'efforce de pousser son gel des salaires à cinq ans pour le personnel infirmier et le personnel de soutien. Seuls les préposés aux services de soutien à la personne (PSSP) recevront une augmentation, et ce, grâce au financement ciblé de Queen's Park.
 
Le salaire des travailleurs de soutien à domicile commence à 12,88 $ l'heure, soit bien au-dessous du seuil de pauvreté au Canada. En outre, on s'attend d'eux qu'ils utilisent leur propre véhicule pour aller de rendez-vous en rendez-vous. Avec une importante hausse des coûts d'energie cette année, ainsi qu'une hausse du prix de l'essence et de l'électricité, les travailleurs disent ne plus pouvoir suivre.
 
Souvent des femmes à faibles salaires, tel David face à Goliath, les préposés aux soins à domicile doivent se battre contre une des plus grandes entreprises de soins de santé à but lucratif du continent. Tandis que le personnel de première ligne nage dans la pauvreté, Timothy Lukenda, le PDG d'Extendicare, l'entreprise mère, aurait empoché 1,129 million de dollars en 2012.
 
« Le gouvernement Wynne a reconnu le besoin de recruter et de conserver le personnel dans ce secteur », a dit Warren (Smokey) Thomas, le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario, fort d’environ 130 000 membres. « D'un côté, on augmente la rémunération des PSSP, de l'autre, des organismes à but lucratif tentent de récupérer cet argent par tous les moyens. »
 
Le CASC de Champlain a vu augmenter la demande au cours des deux dernières années, le nombre de patients desservis a augmenté de 11 pour cent entre 2011-2012 et 2013-2014. En outre, le nombre de renvois complexes nécessitant un travail intensif a augmenté de 48,8 pour cent pendant la même période.
 
« Il est peu probable que le CASC soit capable de remplacer ces travailleurs s'ils tombent en grève », a dit Thomas. « Ainsi, un plus grand nombre de patients devront rester plus longtemps dans les hôpitaux de la région, à un coût de loin supérieur. »
 
Pour plus d'information, communiquez avec Nelson Ross Laguna au 1-800-268-7376, poste 5445, ou au 613-324-4174.