Une éducation publique forte : c’est plus important que jamais

OPSEU / SEFPO flag
Facebook
Twitter
Email

À l’occasion de la Journée internationale de l’éducation, qui est célébrée le 24 janvier, l’OPSEU/SEFPO tient à saluer ses milliers de membres qui contribuent à l’excellence du système d’éducation publique de l’Ontario, de l’éducation de la petite enfance jusqu’à l’université, ainsi qu’à tous les autres niveaux de l’éducation qui se trouvent entre les deux.

« Changer de cap, transformer l’éducation » est le thème de la journée 2022. Depuis le début de la pandémie, les éducateurs ont en effet surmonté des situations qui changent du jour au lendemain. Grâce à leur créativité, inventivité et résilience, ils ont transformé radicalement la manière de transmettre l’éducation.

La pandémie a montré combien la vitalité de nos membres est importante pour le bien-être des enfants et de leur famille.  Les études montrent que les enfants n’apprennent jamais aussi bien que dans une salle de classe, mais le fossé a été en partie comblé grâce aux efforts surhumains que les éducateurs ont déployés pour dispenser le meilleur enseignement possible à distance.

Les experts de la santé mentale continuent de faire part de leurs préoccupations au sujet de l’absence de contact en personne entre les éducateurs, les élèves et leurs camarades et des répercussions sur les enfants.

Et une fois que la pandémie sera derrière nous, ces répercussions ne disparaîtront pas du jour au lendemain dans l’éducation.  Elles se feront sentir pendant des années.  Chaque fois qu’il y a un changement important, il y a des risques d’abus. L’OPSEU/SEFPO veillera à ce que les changements consécutifs aux nouvelles façons de faire les choses ne fassent pas du tort aux élèves et ne violent pas les droits au travail de nos éducateurs.

Dans les collèges, nous avons déjà constaté que les employeurs remplissent à l’excès les classes en ligne et exploitent sans vergogne leur personnel scolaire – le personnel scolaire à temps partiel et vulnérable en particulier.  Une situation qui est particulièrement inéquitable tant pour le personnel enseignant que pour la population estudiantine.  C’est également la raison pour laquelle le personnel scolaire a besoin, aujourd’hui plus jamais auparavant, de siéger à la table de gouvernance.

Et l’OPSEU/SEFPO ne permettra pas que le gouvernement considère l’apprentissage en ligne comme la solution financière magique pour infléchir le budget de l’éducation qui est déjà comprimé à l’excès.  Ce n’est rien de cela.  Aux niveaux élémentaires et secondaires en particulier, l’apprentissage en ligne peut s’avérer un outil d’appoint, mais pas une panacée financière.

Lors de l’élection du printemps, les Ontariens auront une bonne occasion de mettre les politiciens sur la sellette et de questionner leur engagement en matière d’éducation. Du fait qu’elle est essentielle pour la reprise économique, l’éducation doit être une priorité majeure du prochain gouvernement.  Faisons en sorte qu’ils s’engagent à mettre en place un plan concret qui apportera une stabilité financière solide aux secteurs de l’éducation.

Nos éducateurs sont aux prises avec de nombreux défis et nous tenons à leur exprimer de nouveau notre reconnaissance pour leur dévouement à l’égard de leurs élèves.  Depuis le début de cette pandémie, vous avez été les balises lumineuses qui ont éclairé le chemin à suivre.  En ce début de trimestre, nous vous souhaitons réussite professionnelle et satisfaction personnelle.

Solidairement,

Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas
Le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida