Skip to content
news_announcements_french.jpg

Appuyez le débrayage des étudiants à travers la province

Le 18 mars 2019, le SEFPO envoyait le courriel suivant à tous les membres des Divisions du personnel scolaire et de soutien des collèges :

Le mercredi 20 mars, les étudiants sortiront de classe pour dénoncer les attaques du gouvernement Ford contre les étudiants et les organismes qui les représentent. Le SEFPO se tient aux côtés des étudiants qui s’opposent au plan désastreux du gouvernement Ford concernant les études postsecondaires.

Le sous-financement chronique de nos collèges dessine une crise depuis longtemps. Le financement par étudiant est le plus bas au Canada. Les droits de scolarité ont grimpé en flèche et les étudiants sont surchargés de dettes.

Par ses actions, le gouvernement Ford n’a fait qu’aggraver les choses. Et pas juste un peu.

Les réductions du gouvernement au Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO) causeront un tort réel aux étudiants des collèges, dont 70  % sont récipiendaires du RAFEO. Une analyse récente des données gouvernementales a permis d’identifier les 10 établissements postsecondaires avec la plus grande part d’étudiants à temps plein bénéficiant d’études gratuites en 2017-2018. Les 10 établissements sont tous des collèges. À partir de la prochaine année scolaire, tous les étudiants admissibles au RAFEO devront prendre une partie de leur financement sous forme de prêts, augmentant ainsi leur endettement. La réduction de 10  % des droits de scolarité ne remplacera pas les subventions devenues prêts. Même avec cette baisse, les droits de scolarité restent les plus élevés au pays.

Les changements apportés par le gouvernement Ford rendent l’éducation postsecondaire plus coûteuse et moins accessible, plus particulièrement pour les étudiants matures, les étudiants qui ont une famille et les étudiants des milieux défavorisés.

Le gouvernement réduit les droits de scolarité sans augmenter les subventions de fonctionnement des collèges pour compenser le manque à gagner de 80 millions de dollars. Il en résultera des classes surchargées, des services moins nombreux et des emplois plus précaires. Trois quarts du personnel scolaire et plus de la moitié du personnel de soutien des collèges travaillent à temps partiel ou avec un contrat à court terme.

La décision du gouvernement Ford de rendre certains frais d’études optionnels ne fera que vider les poches des organisations mêmes qui défendent l’éducation postsecondaire, soit les syndicats et associations étudiants démocratiquement élus. Soutirer des fonds des syndicats étudiants menacera l’existence même des services de première ligne tels que les banques alimentaires d’urgence, les programmes destinés aux étudiants vulnérables, le soutien par les pairs et les journaux étudiants. Le programme de M. Ford vise à retirer tous les soutiens aux étudiants marginalisés et à faire taire les voix de quiconque s’oppose à lui. Cette attaque sur le droit démocratique de s’organiser des étudiants doit être dénoncée.

Le SEFPO encourage ses membres à manifester leur appui aux étudiants pendant le débrayage :

  • Pendant vos pauses, joignez-vous aux étudiants et participez aux rencontres organisées dans votre collège.
  • Visitez la page Facebook Student Walk Out- Débrayage des étudiantes et étudiants by CFS Ontario/FCEE Ontario – Toronto pour obtenir une liste des collèges et universités qui participent : https://www.facebook.com/events/1934474343318023/
  • Envoyez un courriel à votre député provincial, en allant à http://cfsontario.ca/action/
  • Accommodez tous les étudiants qui participent au débrayage.
  • Discutez de ces problèmes avec vos étudiants.

Le SEFPO représente 50 000 travailleurs de l’enseignement postsecondaire à travers la province, dont le personnel de soutien et le personnel scolaire des collèges. La moitié de nos nouveaux membres dans les collèges sont des travailleurs étudiants. Nous représentons également le personnel de certaines associations étudiantes. Ce combat nous concerne. Il est temps de réagir contre le plan destructeur de M. Ford pour l’éducation postsecondaire.