Skip to content
news_opseu_french_banner.jpg

La décision de la Cour suprême en faveur du droit de grève est une victoire pour tous les travailleurs

Le SEFPO félicite le Saskatchewan Government and General Employees’ Union (SGEU) et la Fédération du travail de la Saskatchewan pour leur récente victoire devant la Cour suprême du Canada.  Le 30 janvier, la Cour suprême a rendu sa décision concernant l'affaire de la Fédération du travail de la Saskatchewan c. Saskatchewan, relative à la portée du droit de grève. 
 
La Cour suprême a statué que les travailleurs ont le droit constitutionnel de faire la grève – un « élément essentiel » de leur droit à participer à un processus véritable de négociation collective.  À la suite de cette décision, le droit de grève est considéré comme un droit fondamental, consacré et protégé par la Charte canadienne des droits et libertés.
 
« La décision de la Cour suprême est une bonne nouvelle pour tous les travailleurs canadiens. Nous sommes plus forts aujourd'hui et grâce à cette décision et à notre force collective, nous continuerons à protéger les droits des travailleurs et à améliorer leurs conditions de vie », a déclaré le président du SEFPO Warren (Smokey) Thomas.
 
La décision comprend une description détaillée des exigences constitutionnelles qui sont nécessaires pour désigner légalement les travailleurs du secteur public qui ne sont pas autorisés à faire grève parce qu'ils procurent des « services essentiels ». Il est intéressant de noter que la Cour a délimité un champ d'application étroit qui est essentiel et a défini l'arbitrage exécutoire comme une alternative légitime aux grèves – une alternative nécessaire pour résoudre certains conflits de négociation.
 
Le SEFPO, qui examine actuellement la décision, déterminera dans les jours à venir comment elle s'applique à la négociation collective dans la fonction publique de l'Ontario et dans les prochaines rondes de négociations où des services essentiels sont envisagés. Les négociations sur les services essentiels sont actuellement en cours dans la FPO. Le SEFPO représente quelque 35 000 employés dans la fonction publique de l'Ontario.
 
« Cette décision accroît l'importance des droits du travail. Il est maintenant temps d'aller de l'avant et de les faire respecter. Soyez assurer que nous obligerons le gouvernement à y donner suite », a indiqué Thomas.
 
Renseignements :
Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO 1-800-268-7376