Skip to content
ops_opseu_french_banner.jpg

Tour de table: Tout à fait inacceptable

Les dernières nouvelles sur la négociation et la mobilisation des membres de la FPO

22 novembre 2012

L”offre du gouvernement saperait la convention collective de la FPO

Le 13 novembre, les membres de la FPO ont enfin pu découvrir ce que le gouvernement souhaite voir dans la prochaine convention collective.

En un mot, moins. BEAUCOUP moins.

Loin de surprendre le syndicat, la position du gouvernement est une liste de concessions après concessions. La sécurité d”emploi, les indemnités de départ, les congés de maladie, les avantages sociaux, les salaires…tous sont menacés, dans une forme ou une autre.

En même temps, les représentants du gouvernement disent vouloir que les négociations aboutissent rapidement. Ils veulent qu”elles soient terminées et conclues d”ici le 14 décembre pour, comme nous le croyons, dégager la route pour le Congrès à la course à la chefferie du Parti libéral de l”Ontario, qui aura lieu au mois de janvier. Avec ce genre d”affirmation en guise d”introduction, les chances d”arriver à un aboutissement rapide des négociations sont plus que minces, sinon nulles.

On se demande ce que le gouvernement souhaite vraiment à cette étape. Un ensemble de propositions qui pourraient facilement mener à une grève si elles restent inchangées. Nous pouvons seulement en conclure que ce gouvernement essaye de faire peur à chaque employé de la FPO en adoptant une position dure dès le début. Au fur et mesure où le 14  décembre approche, l’employeur retirera certaines de ses propositions de la table à l”exception des plus inacceptables, demandera un vote en espérant que les membres se sentiront tellement soulagés qu”ils se feront berner.

Vos équipes de négociations ont adopté une position crédible et supportable pour la prochaine convention collective. Nous voulons arrêter la privatisation des services sans raison ou obligation de rendre compte. Nous voulons des lieux de travail sûrs pour nos membres. Nous voulons négocier des services publics de qualité pour les usagers. Nous voulons un contrat juste et raisonnable pour nos membres qui fournissent des services essentiels.

Nous ne demandons pas la lune.

À l”occasion d”une entrevue récente avec les médias, Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, a résumé la position du gouvernement : « Le gouvernement nous donne toutes les raisons de déterrer la hache de guerre et de préparer une guerre de tranchées. Et nous sommes prêts à ouvrir les hostilités. Ce n”est pas que nous voulons la guerre, mais s”il tire le premier, nous répondrons. Vous pouvez nous faire confiance. Nous ne rendrons pas les armes ».

Avec le soutien des membres, vos équipes de négociations sont prêtes à relever le défi. Nous irons de l”avant avec VOS propositions, pas avec celles du gouvernement. Nous montrerons à l”employeur que nos membres ne prennent pas peur si facilement et qu”ils sont assez perspicaces pour comprendre ses tactiques.

Les propositions du gouvernement

La semaine dernière, nous avons donné un aperçu de l”offre du gouvernement ainsi que les documents qui ont été présentés par les deux parties. Ci-dessous, vous trouverez une explication plus détaillée des concessions que l”employeur propose d”apporter à votre convention collective.

ARTICLE 16 (CONVENTION UNIFIÉE) et ARTICLE COR19 (CONVENTION DES SERVICES CORRECTIONNELS)

Salaire :

Un gel des salaires de deux ans. En tenant compte de l”inflation, un gel des salaires de deux ans correspond en réalité à une réduction de salaire de deux ans.

GEL DE LA PROGRESSION SALARIALE ET INSTAURATION DE NOUVELLES ECHELLES SALARIALES (CONVENTION CENTRALE)

Créer un nouvel échelon sur la grille salariale de trois pour cent inférieur à l’échelon le plus bas pour les nouveaux employés et peut-être pour ceux qui se seraient candidats à un nouveau poste. Aucune progression des employés sur leurs grilles salariales pendant deux ans. En fonction de l”augmentation d”échelon, il s”agit d”une autre réduction de salaire pour n”importe quel employé qui n”est pas en haut de la grille.

Pour les services correctionnels, étant donné l”actuel gel du recrutement et la pénurie chronique de personnel, l”impact est encore plus grand.

ARTICLES 53 et 78 (CENTRALE)

Indemnité de cessation d’emploi (jusqu’à la retraite)

Éliminer l’indemnité de cessation d’emploi pour tous les nouveaux employés. Pour les employés actuels, l’indemnité de cessation d’emploi sera plafonnée au montant qui a été accumulé jusqu”au 31 décembre 2012. Par exemple, si vous avez 11 ans d”ancienneté au 31 décembre, votre indemnité de cessation d’emploi serait plafonnée à 11 semaines.

ANNEXES 9 et 18 (CENTRALE)

Indemnité de cessation d’emploi sous « efforts raisonnables »

Éliminer l’indemnité de cessation d’emploi sous « efforts raisonnables » pour n”importe quel employé mis à pied qui accepte un poste hors de la FPO sous efforts raisonnables, indépendamment du poste. L”employé recevra seulement des indemnités conformément à la Loi sur les normes d’emploi, le cas échéant.

ARTICLES 44 et 71 (CENTRALE)

Congé de maladie de courte durée

C”est la « triple menace » de l”employeur. Primo, l”employeur veut réduire les paiements de congé de maladie de 75 pour cent à 66 2/3 pour cent pour le temps pris entre le sixième jour et le 124e jour.   Secundo, durant cette période, l”employeur vous permettra d”utiliser seulement des suppléments de salaire (des crédits) jusqu’à 75 pour cent (actuellement vous pouvez utiliser des suppléments de salaire jusqu”à 100 pour cent). Tertio, l”employeur vous permettra d”utiliser seulement des crédits de vacances à titre de supplément de salaire pendant un congé de maladie (actuellement vous pouvez utiliser n”importe quels crédits à titre de supplément de salaire pendant un congé maladie, y compris les heures supplémentaires ou crédits de congé compensateur).

Pour couronner le tout, après six jours d”absence, il y aura deux jours non payés, et pour toute absence subséquente les deux premiers jours ne seront pas payés.

NOUVELLE ANNEXE (CENTRALE)

Gestion des présences

L”employeur a l”intention d”appliquer la politique de gestion des présences à d”autres programmes l”utilisation du crédit de présence (congés de maladie) est au-dessus des niveaux que l”employeur fixe arbitrairementCe programme est de nature punitive.

ARTICLES 39 et 67 (CENTRALE)

Assurance maladie complémentaire et hospitalisation

Actuellement, les employés de la FPO ont droit à 25 $ par visite pour un maximum annuel de 1 200 $ par année par praticien pour les visites chez un chiropraticien, ostéopathe, naturopathe, podiatre, physiothérapeute ou masseur, et jusqu”à 25 $ pour une demi-heure pour un maximum annuel de 1 400 $ par pour un orthophoniste.  Les employés ont également droit à un maximum de 25 $ par demi-heure pour un maximum annuel de 1 400 $ pour les visites chez un psychologue.  En vertu de la proposition de l”employeur, tous ces services seraient regroupés, et les employés n”auraient droit qu’à un maximum annuel de 500 $ au total.  Ce serait une réduction de 95 pour cent de ces prestations.

ARTICLE 5 (UNIFIÉE) et ARTICLE COR5 (CORRECTIONNELS)

Horaires des quarts de travail

L’employeur propose de réduire le nombre d”heures de préavis selon lequel il est tenu de vous donner avant de modifier votre horaire de travailActuellement, il est de 120 heures et l”employeur veut réduire ce nombre à 24 heures.  Cela va à l’encontre d’avoir un calendrier de travail et annule les accords relatifs à la semaine de travail comprimée. Vous ne serez pas en mesure de planifier quoi que ce soit dans votre vie privée.

ARTICLE 9 (UNIFIÉE) et ARTICLE COR9 (CORRECTIONNELS)

Rappel

Un changement de libellé pour que l’employé ne reçoive qu’un seul paiement d’un rappel de quatre heures, peu importe le nombre de fois l’employé est rappelé pendant la période de quatre heures.

ARTICLE 8 (CENTRALE)

Affectations temporaires

À l’heure actuelle, l’employeur est tenu d”afficher tous les postes temporaires d”une durée supérieure à six mois.  Il propose de l’augmenter à 12 mois, ce qui lui permettrait d” embaucher qui il veut pour un travail d’une durée maximale d’un an.  Cela permettrait également à l”employeur de « cacher » des postes temporaires pendant un an, ce qui rend presque impossible pour les employés en surplus de trouver des affectations temporaires

ARTICLE 31A (CENTRALE)

Employés à terme fix

Ramener le temps de conversion au poste à temps plein de 18 mois à 24 mois (comme il était précédemment), ce qui diminuerait le nombre d’employés à terme fixe admissibles à la conversion.

ARTICLE 22 (CENTRALE)

Procédure de grief

Éliminer la phase un qui enlèvera la capacité du membre et de son directeur d’essayer de résoudre le problème.  Cela fera seulement augmenter le temps requis pour régler les griefs et détériorer davantage les relations de travail.

NOUVEL ARTICLE (CENTRALE)

Information et technologie de l’information

Convertir l’annexe 38 à un nouvel article de la convention collective.  Cela permettra à l’employeur de continuer à embaucher davantage de consultants externes en informatique et en même temps à mettre les membres des services informatiques dans la catégorie des employés en surplus.

ARTICLES 9 et 60 (CENTRALE)

Santé et sécurité et terminaux à écran vidéo

L’employeur veut éliminer cet article (ce qui élimine le droit à des pauses et à des examens annuels de la vue).  Bien que de nombreux sites de travail soient maintenant dotés des moniteurs LCD, il ne resterait aucune protection pour les employés qui sont obligés de travailler avec des anciens moniteurs CRT.  Cependant, le vrai problème est l’ergonomie et la fatigue oculaire, qui s’appliquent aux deux moniteurs.

FACTEUR 80 : EMPLOYÉS EN SURPLUS

L’employeur propose de ne pas renouveler cette disposition.  Cela ne convient pas du tout aux membres ayant plus d’ancienneté qui se trouveraient dans la catégorie des employés en surplus.  Il vaut mieux noter que l’employeur a accepté cette disposition avec les membres d’AMAPCEO, avec la possibilité de la renégocier à la fin de leur contrat.

DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES CORRECTIONNELS

ARTICLE COR15/COR18 (Cibles d’absentéisme et cibles d’absentéisme des employés réguliers à temps partiel); ARTICLE COR 8/COR16 (Heures supplémentaires et heures supplémentaires des employés réguliers à temps partiel); ANNEXE COR13 (Comité mixte de stratégie relative à la présence au travail et mise en application); ANNEXE COR7 (Arrangements spéciaux)

La pratique continue de la politique de gestion de présence au travail avec des seuils inférieurs irréalistes, des primes plafonnées à 500 $, qui reste toujours non inclusive.

ARTICLE COR 8/COR16 et ANNEXE COR8

Protocole provincial relatif aux heures supplémentaires et heures supplémentaires des employés réguliers à temps partiel

L’employeur propose de contourner le protocole d’embauche en supprimant les temps d’attente entre les appels, ce qui lui permet de choisir un favori plus rapidement.  Cela permettrait de réduire le protocole d’embauche à rien de plus qu’un exercice de tenue de dossiers, ce qui élimine la répartition juste et équitable des heures supplémentaires.

L’employeur propose également de déplacer les huissiers provinciaux de l’annexe 4 à l’annexe 4-7, ce qui leur permettrait des heures supplémentaires, mais leur enlèverait les congés compensatoires au lieu de paiements des heures supplémentaires.

ANNEXE COR3

Allocation accordée aux agents de libération conditionnelle

Réduire les jours compensatoires des agents de libération conditionnelle de sept jours à cinq jours, malgré l’augmentation continue des heures de travail supplémentaires qui ne sont pas payées.

ARTICLE COR6

Prime de quart

L’employeur propose l’élimination de la prime de quart en fin de semaine, avec seulement une petite partie de l’argent redirigé vers le taux de base des salaires des agents de correction.  Cela donnera lieu à une réduction substantielle des salaires.

Horaires de travail des employés à terme fixe et changement de période de paie

L’employeur a l’intention de demander à tous les employés à terme fixe de travailler les vendredis, samedis et dimanches.

Participez à la conversation : Négociation de la FPO

Tribunes téléphoniques

Mercredi 28 novembre : 20 h à 21 h

Jeudi 29 novembre : 20 h à 21 h

Renseignez-vous davantage sur l’offre initiale de l”employeur et sur notre plan visant à négocier des services publics de qualité et à empêcher la privatisation.

Si votre numéro de téléphone est dans notre base de données, vous recevrez un appel téléphonique quelques minutes avant le début de la tribune téléphonique.  Tout ce que vous devez faire est de rester en ligne si vous voulez participer.

Si vous ne recevez pas d’appel, composez 1-866-476-7782 à n’importe quel moment au cours de la tribune téléphoniqueVous pouvez choisir d”écouter seulement ou de participer à la discussion et au sondage en suivant les instructions.

Modérateur :

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO

Panélistes :

Roxanne Barnes, présidente de l’équipe de négociation centrale/unifiée

Dan Sidsworth, président de l’équipe de négociation des Services correctionnels

Soutien et ressources :

Ron Langer, vice-président de l’équipe de négociation centrale/unifiée

Glenna Caldwell, vice-présidente de l’équipe de négociation des Services correctionnels

Ruth Hamilton, superviseure et négociatrice principale, FPO

 

Conmmuniquez avec nous :

Central/Unified Team centralbargaining@opseu.org

Corrections Team correctionsbargaining@opseu.org

N’écoutez pas les rumeurs ! Le Tour de table est le seul bulletin officiel préparé par les équipes de négociation de la FPO.

Les équipes de négociation de la FPO

Équipe centrale/unifiée

Roxanne Barnes, présidente 

CERC

Ron Langer, vice-président

Région 1

Elaine Young

Région 2

Tammy Carson 

Région 3

Daryl O’Grady 

Région 4

Edie Strachan

Région 5

Pierre Verhelst 

Région 6

John Watson

Région 7

Len Elliott 

Administration

Barb Friday

Services correctionnels

Cindy Falcao

Services de soins de santé

Betty Marchegiano

Administration de bureau

Shelley McCormick

Administration de bureau

Cam Jay 

Services opérationnels, techniques et d’entretien

Jeff Weston

Employés à terme fixe

Ruth Hamilton

Négociatrice (personnel du syndicat)

 

Équipe des services correctionnels

 

Trish Goden 

Région 1

Dan Sidsworth,

Président, Région 2

Glenna Caldwell,

Vice-président, Région 3

Brian Dunham 

Région 4

Monte Vieselmeyer 

Région 5

Jim Mitchell 

Région 6

Greg Arnold  

Région 7

Rob Field  

Négociateur (personnel du syndicat)