Skip to content

La lutte contre les « mauvais patrons » de la FHO engagée à Queen's Park

Members of OPSEU Local 276 outside Queen's Park.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, et le président national d’Unifor, Jerry Dias, ont rejoint les travailleurs des soins de santé communautaires de première ligne d’Owen Sound et de Thunder Bay dans la lutte engagée à Queen’s Park contre les « mauvais patrons.

l276_qp_media-4.jpg

« Les médecins font le serment de ne faire aucun mal, mais les médecins de la Owen Sound Family Health Organization (OSFHO) ne respectent pas ce serment », a déclaré M. Thomas dans le cadre d’une conférence de presse dans le studio des médias de Queen’s Park. « Ils dépensent une fortune sur des services de sécurité privés et des avocats surpayés de Toronto plutôt que d’investir un peu d’argent dans les salaires et conditions de travail de leurs travailleurs de première ligne. »

« Le nouveau première ministre a promis dans sa campagne de soutenir les travailleurs ontariens.  Nous sommes ici aujourd’hui pour lui rappeler ses promesses. » 

L276 FHO QP conference

Les membres de la section locale 276 du SEFPO, qui travaillent comme infirmières, personnel de bureau et d’entretien, sont en grève depuis le mois de mai. Les membres de la section locale 229 d’Unifor, qui travaillent comme réceptionnistes et commis aux dossiers médicaux, le sont depuis la fin du mois d’avril.

« Nous investissons des milliards de dollars publics en soins de santé publics », a déclaré M. Dias. « Nous voulons nous assurer que ces milliards sont utilisés pour faire en sorte que les travailleurs de nos cliniques de santé communautaires gagnent un salaire décent plutôt que pour engraisser les médecins. »

La conférence de presse a mis en vedette des grévistes des cliniques d’Owen Sound et de Thunder Bay, ainsi que M. Thomas et M. Dias.

« Nous ne voulons pas faire grève. Nous voulons retourner au travail. », a déclaré Tina Roscoe, une infirmière à la FHO d’Owen Sound. « Mais nous ne retournerons pas au travail tant que les choses n’ont pas changé. Tant que les questions de salaire et de respect ne sont pas réglées. »

« Ils attendent un certain respect de notre part. Nous en demandons autant. »

l276_qp_media-3.jpg

Les grévistes de Thunder Bay se réjouissent aussi de retourner au travail avec des conditions de travail et des salaires décents. »

« Certains d’entre nous travaillent ici depuis une trentaine d’années et gagnent 14 $ de l’heure », a déclaré Lori Salmi. « Les médecins nous ont dit qu’ils ont la capacité de payer des salaires décents, mais qu’ils veulent aussi maintenir leur marge bénéficiaire. »

« Salaires décents et respect sont plus importants que leurs profits. »

Après la conférence de presse, M. Thomas et M. Dias ont accompagné les travailleurs à l’étage supérieur, jusqu’au bureau de Doug Ford, exigeant une brève rencontre avec le nouveau premier ministre à ce sujet. Le premier ministre n’a pas voulu les rencontrer, mais s’est engagé à le faire dans un proche avenir.

l276_qp_media-2.jpg