Skip to content

Nous sommes tous et toutes responsables de défendre les droits et la dignité de la personne

Monsenor Oscar Romero
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’Organisation des Nations Unies a proclamé le 24 mars Journée internationale pour le droit à la vérité en ce qui concerne les violations flagrantes des droits de l’homme et pour la dignité des victimes.

Cette date a été choisie pour rendre hommage à la mémoire de l’archevêque Óscar Arnulfo Romero, au Salvador, qui a été assassiné le 24 mars 1980, après avoir dénoncé les violations des droits humains des populations les plus vulnérables du Salvador. L’archevêque Romero avait été canonisé par le pape Francis, en 2018.

C’est une journée pour se rappeler les innombrables victimes de violations graves et systématiques des droits humains, des crimes commis chaque jour dans chaque coin du monde, et promouvoir le droit à la vérité et à la justice. À cet égard, le Canada a malheureusement beaucoup à faire, comme avec les peuples autochtones, les travailleurs et immigrants chinois, les réfugiés juifs et bien d’autres.

La journée rend également hommage à ceux qui, comme l’archevêque Óscar Romero, ont consacré leur vie pour promouvoir et protéger les droits humains pour tous. Il nous suffit de regarder un billet de 10 $ pour voir le visage d’une de nos héroïnes canadiennes, Viola Desmond, qui a refusé de passer à la question de l’égalité à son niveau le plus élémentaire.

Tandis que les efforts de Mme Desmond relativement à la ségrégation dans les cinémas d’Halifax peuvent ne pas comparer à la lutte contre les régimes horribles du Salvador, d’Allemagne et d’ailleurs, ce sont ces premières attaques à petite échelle sur la dignité humaine qui peuvent avoir un effet boule de neige si nous ne les étouffons pas dans l’œuf.

C’est pourquoi vigilance et unité se doivent d’être nos mots d’ordre, tandis que nous nous efforçons de protéger et élargir les droits humains ici et à l’étranger. Cette journée sert de rappel puissant de ce qui se passe lorsque nous choisissons de fermer les yeux.

En solidarité,
Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO