Skip to content

Le nœud coulant : On ne doit pas banaliser les plus récents crimes haineux envers les Noirs à Toronto

Anti-racism Teletown Hall
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Au cours des derniers mois, des nœuds coulants ont été trouvés sur des chantiers de construction importants à Toronto. Plus récemment, deux autres ont été découverts sur un chantier de construction à l’Hôpital Michael Garron. On compte maintenant quatre actes distincts de racisme anti-Noirs, alors même qu’un seul est inacceptable.  

Le nœud coulant est depuis longtemps l’arme de prédilection des suprémacistes blancs en Amérique du Nord. Historiquement, il a été utilisé par des groupes comme le Ku Klux Klan dont les membres se rassemblaient pour torturer et pendre des Noirs – des crimes haineux, cruels et impardonnables. 

« Installer un nœud coulant est une forme sérieuse et odieuse de racisme anti-Noirs – un signe de rassemblement appelant les sympathisants à la lutte », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Nous ne tolèrerons pas ça dans nos milieux de travail et communautés. » 

Depuis de nombreuses années, la communauté noire se bat pour que le nœud coulant soit reconnu comme le symbole du racisme anti-Noirs – afin de souligner la terreur qu’il symbolise – comme la croix gammée est reconnue comme le symbole de l’antisémitisme. Au lieu de cela, le tollé provoqué par ces crimes est souvent confronté au mépris ou au doute. 

En 2015, trois nœuds coulants avaient été signalés à l’usine de montage Chrysler à Windsor. Certains ont considéré qu’il s’agissait d’un crime haineux, mais d’autres ont expliqué que ces nœuds servaient simplement à transporter de l’équipement. L’été dernier, il a été déterminé que le nœud coulant qui avait été trouvé dans le garage du pilote noir de la série NASCAR, Bubba Wallace, servait simplement à ouvrir la porte du garage. 

« Nos travailleurs hospitaliers noirs et nos travailleurs noirs qui sont en première ligne pour servir le public ne méritent pas d’être confrontés à ces symboles de haine et de violence lorsqu’ils se présentent au travail », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO. « Aucun travailleur noir ne devrait jamais être confronté à une telle chose sur son lieu de travail. Des mesures doivent être mises en place afin de surveiller étroitement ces sites. » 

Les coupables de ces actes de racisme anti-Noirs n’ont toujours pas été identifiés et la Coalition des travailleurs racialisés (CoTR) du SEFPO lance un appel à la police afin que ces crimes haineux ne restent pas impunis. 

« Si on avait découvert au matin une croix gammée peinte sur un mur de l’Hôpital Michael Garron, plus de gens ne protesteraient-ils pas avec véhémence? », a demandé le président de la CoTR, Peter Thompson. « La police doit traiter cette affaire avec la rigueur qu’elle mérite et lancer une enquête pour découvrir le responsable. »