Skip to content
news_press_releases_french.jpg

La privatisation relève d’une véritable corruption politique et les conservateurs sont eux aussi responsables

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, déclare que si le premier ministre Doug Ford veut vraiment aller au fond du « plus gros scandale gouvernemental de cette génération », il jettera son dévolu sur la privatisation et sur les « initiés » politiques qu’elle enrichit.

« La privatisation des services publics est la plus grande escroquerie que nous ayons jamais vue dans cette province. La privatisation transfère les deniers du contribuable au secteur privé », a dit M. Thomas. « Tandis que les acolytes libéraux et conservateurs s’enrichissent grâce à la privatisation, nous héritons d’un déficit budgétaire de 15 milliards de dollars et de services de qualité médiocre et dangereux. »

« J’espère sincèrement que le comité législatif annoncé par le premier ministre ce matin ne servira pas seulement à lancer une chasse aux sorcières contre ses ennemis du Parti libéral. Il pourrait en fait ramener un peu d’honnêteté et d’intégrité à Queen’s Park en demandant au comité d’enquêter sur la privatisation et sur tous les initiés qui en ont profité. »

Monsieur Thomas fait remarquer que la vérificatrice générale avait examiné un certain nombre de projets de privatisation appelés « partenariats public-privé » ou « P3 » et avait conclu qu’ils avaient entraîné des coûts supplémentaires de 8 milliards de dollars pour les contribuables de l’Ontario.

Bon nombre de ces P3 avaient été autorisés par les premiers ministres libéraux, et selon M. Thomas, il existe suffisamment de preuves de liens étroits entre les despotes libéraux et ceux et celles qui ont profité des opérations de privatisation. 

Une publication du SEFPO parue en 2015 et intitulée « C’est dans leur ADN », fait le suivi d’un grand nombre de ces liens avec le Parti libéral, qui remontent à plusieurs dizaines d’années. (Voir les quelques faits cités plus bas ou consultez le document original ici)  

« Aucun de ces liens avec les libéraux ne devrait surprendre qui que ce soit », a encore dit M. Thomas. « Quand nous avons publié « C’est dans leur ADN », nous en avons envoyé un exemplaire à tous nos députés provinciaux, y compris à M. Fedeli, ministre des Finances. »

Toutefois, le président Thomas dit que les libéraux ne sont pas les seuls à s’être embarqués dans des projets de privatisation louches. Il rappelle que ce sont les conservateurs de Mike Harris qui ont vendu l’autoroute 407 pour des milliards de moins que sa valeur réelle.

Selon M. Thomas, beaucoup plus récemment, un acolyte du Parti conservateur avec des liens à la campagne de M. Ford semble avoir lui-même bénéficié de la privatisation de la vente de cannabis. 

Will Stewart était autrefois chef de cabinet pour John Baird, ancien député provincial et député conservateur, aussi membre de la campagne facilitant la transition de M. Ford. 

Monsieur Stewart participe depuis ce temps au commerce du cannabis, à titre de lobbyiste et de cadre. Le mois dernier, il a écrit un article d’opinion dans le Toronto Sun, dans lequel il s’identifie en tant que vice-président du détaillant de cannabis Hiku Brands, récemment acquis par Canopy Growth pour, a-t-on dit, 250 millions de dollars.

Monsieur Thomas a encouragé le nouveau premier ministre à agir.

« Doug Ford a raison, la corruption politique est énorme et coûte des milliards de dollars aux contribuables. Ça s’appelle la privatisation, et il est temps d’y mettre fin. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931

Quelques faits tirés du document C’est dans leur ADN

  • Don Smith, le géant de la construction, fondateur de la société EllisDon, a recueilli 11 millions de dollars pour la victoire électorale du premier ministre libéral David Peterson, en 1987. Geoff Smith, son fils, est plus tard devenu président-directeur général de la société EllisDon et un des directeurs du Conseil canadien pour les partenariats public-privé. Entre 2010 et 2014, la société EllisDon a donné 158 675 $ au Parti libéral de l’Ontario.
  • Avant de devenir président-directeur général d’Infrastructure Ontario, Bert Clark travaillait pour le premier ministre libéral McGuinty; il était aussi directeur général des Services bancaires et marchés mondiaux de la Banque de Nouvelle-Écosse, lesquels ont participé à six P3 totalisant 4,2 milliards de dollars. Entre 2010 et 2014, la Banque Scotia a fait un don de 37 925 $ au Parti libéral de l’Ontario. 
  • Le père de Bert Clark est Ed Clark, ancien président-directeur général de la Banque TD, qui a participé à 11 contrats P3 totalisant 1,8 milliard de dollars. Kathleen Wynne, première ministre du Parti libéral, avait nommé Ed Clark à son conseil consultatif pour la gestion des biens provinciaux, lequel avait recommandé la privatisation d’Hydro One et d’OPG, et la vente de bière et de vin dans les épiceries. Entre 2010 et 2014, la Banque  TD a fait un don de 31 375 $ au Parti libéral de l’Ontario.