C'est le moment de protéger et de défendre les droits de la personne

OPSEU / SEFPO flag
Facebook
Twitter
Email

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO, demande au gouvernement Ford de renforcer le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario, qui est débordé.

Le Tribunal, qui est aux prises avec plusieurs milliers de requêtes, n’a pas les ressources nécessaires pour examiner et traiter les plaintes en temps opportun.  Il est urgent d’accroître significativement le nombre d’experts ayant une solide expérience en matière de droits de la personne et de médiation.

« Un report de justice est un déni de justice », a déclaré le président Thomas.  « On doit augmenter la dotation en personnel du Tribunal afin qu’il puisse accomplir le travail pour lequel il a été créé. Un chien de garde sans dents n’est pas une bonne chose pour les citoyens qui ne disposent d’aucun autre recours. »

La pandémie de COVID-19 a creusé encore plus le fossé dans l’accès des populations à la santé et aux services publics.  Cela comprend la capacité de prendre des jours de congé de maladie sans crainte de représailles ou de harcèlement. La discrimination systémique continue également d’augmenter de manière alarmante.

« La discrimination systémique est un problème préoccupant durant cette pandémie », a déclaré le président Thomas.  « C’est la raison pour laquelle le Tribunal des droits de la personne doit disposer des ressources nécessaires pour résoudre ces problèmes en temps opportun. »

Durant la dernière décennie, le Tribunal a réussi à tenir des audiences et à traiter les plaintes dans un délai raisonnable.  Mais le Tribunal est privé de ressources depuis 2018 et le règlement des plaintes a ralenti, certaines affaires étant retardées depuis des années.

Le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eddy Almeida, dit que le résultat est que les personnes les plus vulnérables qui font appel à la justice passent à travers les mailles du filet.

« Ces audiences ne sont pas qu’un moyen de trouver un moyen de régler un différend et de rendre justice à un individu », a déclaré Eddy Almeida.  « Nous avons vu l’impact des décisions du Tribunal des droits de la personne. Elles ont contribué à modifier les politiques, la législation et le cours de l’histoire. »

Le processus de médiation et de résolution est le fondement, le pendule de la justice en quelque sorte, qui assure le respect du Code des droits de la personne de l’Ontario. Le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario est un acteur important, sinon un acteur clé de la lutte pour l’équité, l’égalité et la justice. Le Tribunal joue un rôle fondamental pour faire en sorte que le règlement des différends et les obligations légales se fassent en vertu du Code.  Le moment n’a jamais été aussi critique en ce qui concerne le respect des droits de la personne de chaque citoyen.